LES GRANDES ENQUÊTES GP

LE GOLF ET LA TRICHE (1ère partie) : une pratique amplifiée par la médiatisation mais qui reste marginale

2 mars 2020

1ère partie : Une pratique amplifiée par la médiatisation mais qui reste marginale

par Denis Machenaud

Les récentes déclarations de quelques champions professionnels – voir les répercussions de l’affaire Reed évidemment -, si elles montrent que le golf, comme d’autres sports, accueille en son sein des personnages pas toujours d’une grande moralité, ne doivent pas pour autant nous alarmer outre-mesure. La pratique est plus répandue quand il s’agit de millions de dollars en jeu que pour une timbale, fut-elle en argent…

Et si la pratique de la triche est amplifiée par la médiatisation contemporaine, elle reste marginale dans le golf.

Il importe également de savoir ce qu’il y a derrière le mot «triche», un terme qui peut faire peur alors que, bien souvent, il n’est que le reflet d’une certaine légèreté, certes coupable, mais ne méritant peut-être pas l’opprobre générale.

En posant un certain nombre de questions, nous tenterons de comprendre les motivations sous-jacentes, à la lumière de la réflexion d’un éminent responsable de la Fédération et bien sûr d’un arbitre, personnage central de ce dossier. Prudence, souvent, dans les propos, avec la volonté de ne pas faire d’amalgame, en donnant l’impression que le golf serait «pourri» comme peuvent l’être d’autres disciplines sportives alors qu’il ne le mérite pas.

Et le sentiment, in fine, que le golf, probablement en grande partie grâce à ses règles bien définies et encadrées, résiste plutôt bien dans un monde qui a tendance à perdre sa boussole, pour ne pas parler de «valeurs». Le «golf bashing» n’est d’ailleurs pas à l’ordre du jour et on ne peut que s’en réjouir.

Le second volet de notre enquête qui paraitra la semaine prochaine sera consacré plus spécifiquement aux quelques «affaires» tristes, cocasses et savoureuses, qui ont émaillé la vie de notre sport, sans véritablement lui nuire, et tant mieux, aussi bien dans le monde professionnel qu’amateur. Un regard éclairé par l’interview de journalistes spécialisés et des meilleurs joueurs français.

Le troisième volet sera consacré à la mésaventure incroyable vécue par notre ami, grand expert mondial du golf, Richard Wax, lors de son intronisation en qualité de membre du célèbre Wentworth Golf Club à Londres il y a quelques années. Où la triche peut-elle bien conduire un homme dévoré par l’envie effrénée de gagner coûte que coûte ?


Qui n’a jamais triché ?

Qui n’a jamais triché ? C’est effectivement la question.

Cela ressemble au mensonge ou même au péché : il y a celui qu’on ne veut pas avouer car il nous paraît sans importance, et l’autre, plus grave, dont on ne se vante pas car il masque une réelle volonté de cacher la réalité et d’en tirer avantage. Le philosophe allemand Emmanuel Kant, célèbre pour sa « critique de la raison pure », ne faisaient pas la distinction. Aujourd’hui, la réalité a changé, jusqu’à arriver à une société où le faux (le fameux «fake») côtoie sans complexe le vrai, jusqu’à le remplacer parfois… Il est alors moins difficile de paraître plus blanc qu’on est alors que tout ou presque nous incite à se donner le beau rôle.

Pourquoi toutes ces considérations éloignées apparemment du sujet à traiter ? Parce que, précisément, le monde a changé et l’approche du golf aussi dans une certaine mesure probablement.

Les bergers écossais reconnaîtraient-t-ils le jeu qu’ils ont inventé il y a bien longtemps ? Les règles actuelles, qu’on peut considérer parfois comme intransigeantes et complexes, freinent-elles un développement plus grand encore de notre sport ou constituent-elles un rempart indispensable pour éviter la foire d’empoigne sur les parcours ? La triche, que d’aucuns disent être consubstantielle à l’être humain, on la retrouve bien sûr au golf, comme partout ailleurs dans le sport, avec des spécificités plus nombreuses peut-être. Les règles de Saint Andrews, telles un véritable code mondial du golf, élaborées au cours des siècles, conservent un caractère unique. Dans quelle autre activité sportive existe-t-il une pareille réglementation ? Je n’en connais pas…

Alors, doit-on aujourd’hui simplifier notre jeu, le rendre plus accessible au plus grand nombre ? Doit-on avoir des règles différentes pour les amateurs et les professionnels ?

La jurisprudence et les cas de triche avérée dans les clubs ont-t-ils proliféré lors des dernières décennies ?

Toute une série de questions qu’on va tenter d’aborder maintenant en essayant de ne pas… tricher et en conservant à l’esprit que le golf est avant tout un moment de plaisir et de pure décontraction. Qu’il doit rester le plus longtemps possible un sport de gentlemen, pratiqué dans un esprit irréprochable. Existe-t-il dans d’autres disciplines le terme «étiquette» ? Je ne le crois pas.

La majorité des golfeurs, ceux qu’on appelle «du dimanche» ne se soucient pas ou presque de savoir si c’est la règle 17 ou une autre qui doit s’appliquer lorsque leur balle tombe dans un obstacle d’eau. Ce qui les intéresse, c’est d’abord de réussir un vrai coup de golf et tant pis si la balle ne prend pas le chemin souhaité.

La beauté du geste en somme dépasse le résultat final. L’interprétation de la règle à adopter ne les préoccupe guère, rien ne doit être fait pour gâcher ce pur moment de bonheur qui consiste à se trouver dans un endroit magnifique, à se tester lors d’une véritable rencontre avec soi-même, le reste n’étant qu’épiphénomène… ou presque.

Et puis il y a les golfeurs dits «de compét» qui, eux, ne transigent pas avec le règlement car, pour eux, le golf est d’abord une histoire de défi, une conquête, une confrontation contre un adversaire qui a pour nom le parcours qu’on respecte et avec lequel trou après trou, coup après coup, on veut rivaliser. La carte de score étant l’aboutissement de 4 heures, voire plus, de concentration et d’efforts à la fois physique et mental.

Chacun a son but qui lui est propre, chacun son plaisir…


Golfeurs du dimanche et golfeurs engagés

Cette séparation entre golfeurs pour le plaisir et golfeurs qu’on nommera engagés, on la retrouve dans la triche, les premiers considérant qu’elle n’existe pas puisque l’enjeu n’existe pas, les seconds y trouvant au contraire une source de motivation, où seul le résultat compte et donc les moyens d’y parvenir.

Il est clair qu’à partir du moment où chacun marque la carte de score de l’autre, en compétition ou pas d’ailleurs, la démarche n’est plus tout à fait la même. Le score réalisé ne peut être contesté, chacun doit assumer sa responsabilité en indiquant au marqueur le chiffre qui fera foi à l’arrivée, au moment du décompte final. D’où l’importance de chaque coup et de la façon dont il a été exécuté. La différence est donc claire entre les golfeurs du dimanche et les golfeurs de compétition, qu’ils soient amateurs ou professionnels. Il y a enfin ceux qui se trompent de bonne foi, ne jouent pas avec les règles puisqu’ils ne les connaissent pas parfaitement. On les retrouve dans les deux «camps» aussi bien les «golfeurs-loisir» et les «golfeurs-compét». Difficile de les incriminer sauf quand une place de vainqueur est en jeu, en compétition par exemple. Le cocasse de l’histoire est que bien souvent les joueurs disqualifiés ont fait preuve d’honnêteté et c’est précisément à cause de cette bonne foi qu’ils ont été disqualifiés alors que le véritable tricheur, lui, passe entre les gouttes car il ne se dénoncera jamais quoi qu’il lui en coûte.

On le voit, les choses ne sont pas aussi simples qu’il y paraît. Le mieux est d’aller voir de plus près, ce qu’il en est vraiment, sur le gazon même.


Que de tentations !

Une particularité du Golf, et pas des moindres : le joueur est à la fois acteur et son propre arbitre.

Il faut donc avoir une bonne dose d’humilité, d’honnêteté et de sincérité pour pouvoir dire que jamais, au grand jamais, on a été tenté à un moment ou un autre de déplacer sa balle pour un meilleur lie ou quelque autre action destinée à favoriser son placement ou bien encore oublier une pénalité sur la carte de score. «Je résiste à tout, sauf à la tentation» écrivait Oscar Wilde…

Un sondage réalisé au Canada il y a quelques années sur 7 000 golfeurs amateurs avait fait apparaître que 70 % des joueurs déclaraient avoir un jour triché sur un parcours. Pire, sur 400 cadres d’entreprise interrogés dans ce panel, 82 % avouaient s’être rendu coupable de «traficotage» sur la carte de score. C’est dire… Ce que ne disait pas ce sondage, c’était de savoir si cela s’était passé en compétition, ce qui change pas mal de choses malgré tout.

Si on veut dresser une liste des principales tentations auxquelles même un gentleman – et on sait que le golf est un sport de gentlemen – pourrait succomber, en définitive, ce sont toujours les mêmes fautes ou presque qu’on relève et qui sont sanctionnées.

La plus fréquente est l’amélioration du lie de la balle sur le fairway lorsque le règlement l’interdit ou dans le rough en la poussant, en la dégageant ou en faisant semblant de marcher dessus, mais ce n’est pas la seule. Également, après avoir joué une balle provisoire, affirmer en arrivant au point de chute supposé que c’est bien la première et non la seconde, afin d’éviter la pénalité qui va avec. Quant au comptage, là aussi, tous les coups sont permis à certains, à croire que certains golfeurs ont de vrais problèmes avec l’arithmétique ! Et de tenter de convaincre le partenaire légèrement sceptique de sa bonne foi. Cela peut se faire dans une bonne ambiance mais pas toujours.

Le risque existe de pourrir le reste de la partie, ce qui n’est jamais agréable pour personne…


Dans les clubs, les tricheurs, on les connaît

Si on peut donner un seul conseil, ce serait d’éviter à tout prix le ridicule et de perdre la face.

Pour cela, rester soi-même vaut mieux que d’être catalogué de tricheur. Avec un objectif : travailler son swing pour acquérir suffisamment de confiance et montrer aux autres sa véritable personnalité.

Sur les fairways comme dans la vie, le «crime» profite rarement à son auteur. Et le ridicule, lui, colle à la peau, longtemps, longtemps…

Avouons-le : les tricheurs, dans les clubs, on les connaît. Dans notre propre milieu golfique, dans les clubs, ils sont repérés, ce n’est pas une raison pour les montrer du doigt et de jouer les «monsieur propre», c’est la responsabilité des arbitres et responsables terrain que de les dénoncer et les sanctionner. Pour que le golf reste le plus longtemps possible un sport de gentle(wo)men et préserve sa belle image.


L’avis de Jean-Bertrand de Bouyn

Arbitre international, traducteur des Règles R&A

« Le tricheur est celui qui connaît les Règles et les détourne sciemment »

Golf Planète : Rassurez-nous, existe-t-il beaucoup de cas de triche sanctionnés dans les épreuves amateurs en France ?

J.B.B : Il n’y a qu’un nombre infime de cas de tricherie avérés dans les épreuves amateurs en France et probablement dans le monde entier.

Golf Planète : Quelles sont les règles qui punissent la triche ?

JBB : En cas de tricherie, le joueur a enfreint sciemment une Règle de golf et encourt la pénalité prescrite dans la Règle concernée. La pénalité peut être un coup de pénalité, deux coups de pénalité (ou perte du trou en match play) ou bien la disqualification. Les Règles ne font pas le distinguo entre une infraction volontaire et une infraction par méconnaissance des Règles, mais le Comité de l’épreuve ou l’entité en charge du golf (Ffgolf ou European Tour ou PGA…) dispose en général d’une Commission de discipline qui pourra prendre des sanctions vis à vis d’un joueur ayant triché. Cette sanction pourra interdire au joueur de participer à toute compétition pendant un temps donné.

Golf Planète : Quelle est la règle la plus souvent détournée (et sanctionnée) ?

JBB : Chez les amateurs, les cas les plus fréquents, bien que rarissimes : laisser tomber une balle de sa poche quand on ne trouve pas sa balle d’origine, modifier la carte de score avant de la rendre au secrétariat (dans les compétitions de club), annoncer qu’on a fait un coup d’essai alors qu’en réalité il s’agit d’un airshot. J’ai été témoin des deux premiers cas et probablement du troisième, mais seul le joueur peut affirmer qu’il a effectué un coup d’essai et non pas un airshot !! 

Golf Planète : Constate-t-on une augmentation des pénalités dues à la triche (ou non) ?

JBB : Non, je ne crois pas que les cas de triche soient en augmentation.

Golf Planète : Les règles ne sont-elles pas un peu compliquées parfois, peut-on (et faut-il) les simplifier ?

JBB : Peu importe que les Règles soient simples ou compliquées : le tricheur est celui qui connaît les Règles et qui les détourne sciemment. La simplification n’est pas chose aisée compte tenu de la diversité des terrains de golf : ce n’est pas un terrain de tennis ou de basket et les situations rencontrées sont infinies. Les Règles de golf sont là pour aider le joueur à poursuivre le jeu dans des situations difficiles. Le principe de base de jouer la balle comme elle repose et le terrain comme on le trouve devient parfois inapplicable (balle hors limites ou perdue, balle dans un arbre, balle dans une étendue d’eau etc).

Golf Planète : Peut-on envisager de faire passer au golfeur un test obligatoire de connaissance des règles élémentaires à connaître avec un certificat à présenter avant chaque compétition ?

JBB : Il existe le Pass Carte verte mais il n’est pas obligatoire.


L’avis de Pascal Grizot

Vice-président de la Fédération Française de Golf

A la question posée par Golf Planète : «Pensez vous qu’il serait souhaitable que les Règles évoluent dans le sens d’une plus grande simplicité, pour faire augmenter l’audience du Golf et le nombre de licenciés ?»

La réponse de Pascal Grizot a été claire : « Je ne pense pas que les règles soient un frein au développement. Les règles basiques sont appliquées par le plus grand nombre. Seuls ceux qui font des compétitions sont concernés par l’intégralité des règles et ils sont très minoritaires». 


L’avis de Basile Lenoir

Directeur du Service Juridique et de la Vie Fédérale à la Fédération Française de Golf

Suite à notre questionnement, voici, en guise de réponse, le tableau récapitulatif des affaires traitées de 2012 à 2016 assorti d’un commentaire.

«Deux autres cas non répertoriés dans ce tableau depuis 2016 ont été traités mais l’un a fait l’objet d’une relaxe car les faits étaient «non avérés» et l’autre portait sur un remplacement d’équipier non conforme au règlement dans une compétition Sénior par équipe. Donc pas de triche aux règles de golf dans ce dernier cas.

Nous pouvons en conclure que les cas dénoncés officiellement et traités en commission de discipline sont plutôt en baisse voir anecdotiques.

Il convient d’insister sur le fait que si le recording est effectué oralement et contradictoirement, cela limite de fait la triche sur les cartes de scores.

Je dirais enfin que l’attention des marqueurs est également un facteur limitant dans notre sport sur le terrain au trou par trou.»

Quelques exemples

Commission du 20 décembre 2012 : Tricherie en déplaçant sa balle
Sanctions : suspension des compétitions pour 18 mois, dont 6 mois ferme ; Interdiction de participer aux championnats de France par Equipes Seniors en 2013 ; Publication de la décision dans la Lettre aux Clubs 2013
Commentaire : a reconnu les faits

Commission du 20 décembre 2012 : Falsification de la carte des scores
Sanctions : rétablissement de l’index ; Suspension de compétitions pour 12 mois, dont 6 mois fermes ; Publication de la décision dans la Lettre des Clubs ; Notification de la décision à la Ligue Ile de France de Golf et au Golf de Cergy
Commentaire : décision réformée en appel le 13 mai 2013, annulation du score de l’éclectique de Cergy et rétablissement de l’index, le reste est confirmé

Commission du 6 décembre 2013 : Falsification de la carte des scores
Sanctions : suspension des compétitions pour12 mois, dont 4 mois ferme et 8 avec sursis ; Publication de la décision dans la Lettre aux Clubs
Commentaire : a reconnu les faits et regrette

Commission du 6 décembre 2013 : Tricherie par modification de scores
Sanctions : annulation des résultats ; Remise à niveau de l’index ; Accomplissement d’activités d’intérêt général de 3 jours avec sursis ; publication de la décision dans la Lettre aux Clubs ; Notification de la décision à la ligue régionale de golf de Champagne Ardenne et Troyes le Cordelière
Commentaire : a avoué avoir triché et regrette

Commission du 6 décembre 2013 : Tricherie par modification de scores
Sanctions : annulation des résultats ; Remise à niveau de l’index ; Accomplissement d’activités d’intérêt général de 3 jours avec sursis ; publication de la décision dans la Lettre aux Clubs ; Notification de la décision à la ligue régionale de golf de Champagne Ardenne et l’Ermitage
Commentaire : a reconnu les actes de tricherie

Commission du 6 décembre 2013 : Tricherie par modification de scores
Sanctions : annulation des résultats ; Remise à niveau de l’index ; Accomplissement d’activités d’intérêt général de 3 jours avec sursis ; publication de la décision dans la Lettre aux Clubs ; Notification de la décision à la ligue régionale de golf de Champagne Ardenne et la Forêt d’Orient

Commission du 9 juillet 2014 : Tricherie par substitution de balle 
Avertissement, publication de la décision dans la Lettre aux Clubs

Commission du 05 juillet 2016 : Tricherie en relevant sa balle sans la marquer et faute de comportement 
Sanctions : relaxe, publication de la décision dans la Lettre aux Clubs 
Commentaire : pas de preuve solides


Mais aussi, pour notre bien-être : Des accommodements avec la règle ?

Certains des manquements ci-dessous ne peuvent être considérés comme de la triche s’ils sont acceptés par tous les joueurs et seulement en partie amicale.

Également, les règles locales peuvent autoriser certaines pratiques.

  • Jouer plusieurs balles à chaque trou et ne prendre que le meilleur score
  • Poser le club dans le sable dans un bunker
  • Améliorer son lie sur le fairway
  • Dropper sans pénalité si la balle est posée sur une racine, un caillou…
  • Jouer avec plus de clubs que possible, soit 14 maximum
  • Considérer les hors-limites comme des obstacles latéraux
  • Dropper de l’endroit le plus favorable de l’obstacle d’eau et non de celui situé dans la trajectoire de la balle
  • Limiter son score au triple bogey max.
  • Jouer un Mulligan au drive de départ
  • Donner un putt un peu trop long pour l’être
  • Faire croire qu’une balle perdue ne l’est pas
  • Poser le tee en avant des boules de départ
  • Jouer avec d’autres règles que celles du R&A

La semaine prochaine, la deuxième partie de notre enquête reviendra sur des «affaires» qui ont émaillé les dernières saisons du circuit professionnel masculin et sur le livre ébouriffant du journaliste américain Rick Reilly sur «Trump-golfeur».

Des personnalités nous livreront aussi quelques anecdotes savoureuses, du vécu !

Nous vous relaterons enfin dans notre troisième et dernier volet l’histoire étonnante de Richard Wax, éminent expert du golf qui vit à Paris quand il ne court pas le monde : cela s’est passé, il ya quelques années, lors de son intronisation dans le très fameux et très select Wentworth G.C près de Londres. Une histoire exemplaire de la triche au paradis du golf.

Avec pour terminer une citation d’une star du cinéma – il a reçu un César 2020 -, mais aussi très bon joueur et grand gentleman. Un témoignage après avoir joué avec lui !

Dans la même catégorie
23 mars 2020 | Lecture

Notre sélection de livres à lire pendant le confinement

Nous avons demandé à trois amis très connus dans le milieu du golf pour leur connaissance du jeu et son histoire de nous indiquer trois […]

16 mars 2020 | LES GRANDES ENQUÊTES GP

LE GOLF ET LA TRICHE (3e partie) : l’incroyable histoire vécue par Richard Wax à Wentworth

Voici la troisième partie et la dernière de notre enquête sur Le Golf et la Triche. Elle raconte une histoire incroyable et rocambolesque qui est […]

16 mars 2020 | Les Grandes Enquêtes GP

Le golf et la triche : le témoignage de Grégory Bourdy

Dans le cadre de notre enquête sur « Le golf et la triche », Grégory Bourdy nous a fait passer le témoignage en réponses à nos questions […]

9 mars 2020 | LES GRANDES ENQUÊTES GP

LE GOLF ET LA TRICHE (2eme partie) : des règles qui prêtent à interprétation et certains pros en jouent !

Par Denis Machenaud Il ne se passe pas une semaine sans qu’un problème de règles, plus ou moins aigu, ne se produise. La couverture médiatique […]

17 février 2020 | ENVIRONNEMENT

Golf et Environnement : une prise de conscience réelle et des initiatives qui portent leurs fruits

GOLF PLANÈTE avait publié l’an dernier un important dossier sur l’épineuse question de la place et de la responsabilité du golf dans notre environnement actuel. […]

bee and golfers abeille golf
21 janvier 2020 | Environnement, Solution Durable

Golfeurs et abeilles cohabitent à Singapour

En marge de l’Open de Singapour remporté par Matt Kuchar au Sentosa Golf Club, quelques joueurs de l’Asian Tour ont été sensiblisés aux défis environnementaux […]

9 décembre 2019

Topgolf : les meilleures vidéos de ce phénomène qui vous a plu !

Vous avez été des milliers et des milliers à lire notre article sur le phénomène Topgolf paru la semaine dernière. Incroyable. Nous avons aussi reçu […]

6 novembre 2019

Baisse du nombre de golfeurs en Europe selon KPMG

KPMG vient de publier un rapport qui montre que le golf en Europe a perdu 25 000 joueurs en 2017/2018, avec un nombre de parcours pratiquement […]

4 novembre 2019

Thomas Levet nous dévoile son plan de travail avec Mathilda Cappeliez : « Remettre la tête du joueur sur ses épaules »

Thomas Levet nous accueille au club-house du golf du RCF la Boulie, quelques jours seulement après sa première victoire sur le circuit professionnel senior Staysure […]

30 septembre 2019

GP enquête. « Golf et Environnement ». 3e partie : des parcours exemplaires

Après le constat qui constituait la première partie du dossier, puis la recherche de solutions pour améliorer la pratique, voici maintenant le dernier volet pour […]

22 septembre 2019

GP enquête. « Golf et Environnement ». 2e partie : propositions de solutions

2e partie : Propositions de solutions Un dossier réalisé par Denis Machenaud Après le constat de la situation parfois alarmante en 2019 en France et […]

15 septembre 2019

GP enquête. « Golf et Environnement ». 1ère partie : le constat

UN MARIAGE … CONTRE NATURE ?