Golf au Maroc : un parcours Jack Nicklaus et un resort somptueux au cœur d’une montagne préservée

18 août 2019 par Roland Machenaud

De notre envoyé spécial, Roland Machenaud

Évoquer le golf au Maroc se résume malheureusement souvent à des destinations, certes appréciables mais parfois surexploitées comme Marrakech ou Agadir.

Si, comme golfeur, vous cherchez quelque chose de différent, de plus authentique, de plus calme, de plus reposant, alors Ifrane près de Fès est une destination à visiter au plus vite.

D’autant que cette petite ville touristique baptisée « La Petite Suisse du Maroc », située à 1 600 mètres d’altitude, bénéficie depuis peu de la présence du plus beau parcours du Maroc – osons l’affirmer ! – à condition de mettre hors-catégorie le beau complexe de Dars El Salam. Dans l’Atlas marocain, Le Golf Resort Michlifen (« flocon de neige ») vous attend : l’aéroport de Fès est à environ 50 kms et des navettes sont à votre disposition. Beauté et défi sportif sont ici au rendez-vous.

Un bijou signé Nicklaus

Parlons d’abord de ce parcours : il est signé Jack Nicklaus. Un vrai bijou qui démontre une nouvelle fois que le maître est non seulement un grand, un très grand architecte de golf, mais aussi qu’il honore ses clients quand il signe ses œuvres d’art et de science.

Quel talent : on devine que dans ses dessins, les bunkers sont posés au millimètre près, les départs sont juste surélevés à souhait pour apprécier la distance, embrasser l’ensemble du jeu et éliminer de votre vision les chemins des voiturettes, les greens sont ondulés sans rendre impossible l’approche ou le putt… 

Rien n’est laissé au hasard. Quelques trous sont vraiment signatures : le 4, un par 4 atteignable avec un driver si l’on a le courage de couper en sautant un bois de chênes verts, la série 7/8/9 est exceptionnelle (le 9, un par 3 de 181 mètres des jaunes, ramène au club house dans un décor élevé et dépouillé). Au retour, nous avons aimé le 15, un par 5 qui se termine par un survol d’un lac où se baignent des oiseaux d’une espèce protégée, le 16, un boisé par 4 de 444 mètres des noires et le 18, qui remonte vers le club en longeant un abîme surplombant les vallées agricoles voisines. Le paysage rocailleux, aride en été et enneigé parfois en hiver, rappelle étrangement l’Arizona.

IMG, comme gage de qualité

Terminons sur le golf en signalant que :
–      La gestion de l’ensemble golf a été confiée à IMG, la très expérimentée entreprise née en Écosse avec son siège social à Londres (plus de 100 golfs réalisés et 20 golfs premium gérés dans le monde)
–      L’excellence de la maintenance qui sur ce golf, encore très peu fréquenté, en fait un espace privilégié de grand luxe. 43 personnes travaillent à l’entretien du parcours et le parc des machines dépasse les 2 millions d’investissement. Des joueurs de la NBA, des personnalités et des chefs d’entreprise, des joueurs du circuit sont toutefois déjà passés à Michlifen attirés par la renommée grandissante de ce parcours Nicklaus.
–      Une académie de golf avec des équipements de dernière génération (Sam Putt lab,  Sam balance, trackman, visiogolf, Kwest V-one etc) est animée par le pro Baptiste Rouch qui a rejoint Michlifen récemment en provenance d’Agadir.
–      Greens et départs sont plantés en bentgrass et les fairways en Kentucky bluegrass. Des jaunes, la longueur du parcours est de 5 467 mètres.
–      Le golf est aussi fréquenté par des étudiants de l’université d’Ifrane : certains sont originaires des USA avec lesquels de nombreux échanges ont été établis.
–      Romain Pourveer qui dirige avec dynamisme le golf après être passé par Samanah et l’Asie vous invitera à prendre en compte le fait que, à cette altitude (1650m), les balles volent davantage : les coups gagnent +10% en distance !
–      Le personnel de réception et de transfert a insisté sur la gentillesse de Jack Nicklaus et de sa famille lors de leurs déplacements sur place… Chez les grands, tout est grand. C’est connu ! Mais ne sont pas grands tous les grands…
–      « Les paysages d’Ifrane et du Michlifen GC figurent parmi les plus pittoresques et somptueux que l’on puisse trouver pour pratiquer le golf. Un site golfique tout à fait unique, attractif et plaisant. Avec une vue à couper le souffle sur la plaine d’Azrou, les trous 9, 17 et 18 permettent d’apprécier pleinement la beauté des paysages du Michlifen ». Jack Nicklaus

Un séjour apprécié par le roi Hassan II

Le golf est au cœur d’une nature tout à fait préservée à 8 kilomètres de la ville d’Ifrane où le roi Hassan II aimait venir trois ou quatre fois par an afin de passer plusieurs jours de repos et de calme dans son palais. Qu’il aurait aimé jouer le merveilleux parcours de Nicklaus !

Le resort en plein centre-ville d’Ifrane appartient à l’ONCF, la société de chemins de fer marocaine, qui possède aussi d’autres hôtels comme La Mamounia à Marrakech. Dans ce chalet géant entouré de cèdres et de chênes verts, tout rappelle la nature environnante : le choix des matériaux nobles (marbre, bois massif, ardoise, pierre), colonnes en pierre de Timahdit, rondins de bois façon lodge américain, sapin et autres essences, ardoise, bois flotté, peaux, pisé et tataoui dans le Spa… Le mobilier est signé de marques prestigieuses : canapés Ralph Lauren, meubles Chellini, tissus Pierre Frey, Rubelli…

Quant au service, il est à nul autre pareil, souriant sans être apprêté, rapide sans être bruyant…

Le spa est le plus grand du pays (3 500 m2 !). Les suites sont vastes et confortables et la cuisine est de très grande qualité… Il faut dire que la terre est généreuse et les produits du terroir divers, purs et tellement parfumés.
Les prix sont très corrects pour le luxe 5*offert : le package Stay & Play offre ainsi des nuits à partir de 175 en chambre double selon la saison.

Aux alentours

La ville de Fès dont l’aéroport moderne est bien reliée à de nombreuses villes françaises possède deux parcours de golf pouvant compléter votre déplacement à Michlifen.

L’Oued Fès est un parcours de golf intéressant dessiné par Jonathan Gaunt en pleine ville : nous avons aimé les trous 1, 6, 8, 16 et 17. Ce par 72 de 5 904 mètres est un joli défi sportif à tenter. Un impressionnant club-house était en cours de finition quand nous y sommes passés en juillet.

Le Royal Fès a été dessiné par Cabell Robinson et se trouve à l’extérieur de la ville. Le parcours est un par 72 de 6 026 mètres. Il est vallonné et pas trop difficile … si l’on évite les nombreux bunkers. On a aimé les trous 2/3/4 et 17/18. La cuisine au restaurant était raffinée et peu onéreuse.

Les deux golfs sont gérés par la société marocaine Madaef Golfs, filiale du groupe CDG, qui possède 8 golfs au Maroc dont le Noria à Marrakech et le Tagzegzout près d’Agadir. C’est la première chaine de golfs au Maroc : elle souhaite promouvoir la destination Fès qui, par son authenticité, ses produits culturels, son hospitalité et ses prix modérés, pourrait devenir une destination golf originale.

Enfin, un saut à Meknès s’impose pour jouer le 9 trous du Royal qui se loge dans les remparts du Palais où l’histoire se faufile entre palmiers et fleurs du jardin. Un lieu magique !

Pour se loger à Fès, deux adresses à retenir : soit l’hôtel 5* Les Mérinides qui domine la ville soit le Riad le Ksar de Fès, appartenant à un Français formidable, Pascal Capdevielle dont la famille vit à Fès depuis trois générations et qui est vice-président de la Chambre de Commerce franco-marocaine. Très bon golfeur et le meilleur guide pour tout savoir sur la région, il vous emmènera aussi au Vichy Thermalia à Moulay Yacoub : une destination thermale très rare, étonnante, aux équipement modernes, très appréciée de la clientèle nationale et internationale.

Infos et réservations pour Michlifen Golf Resort : www.michlifen.com

Dans la même catégorie
Exercice de putting avec Olivier Léglise, entraineur fédéral
23 septembre 2019

Visualisez parfaitement vos putts en pente

Les putts en pentes sont toujours délicats et difficiles à réussir.  Olivier Léglise, entraîneur fédéral, vous propose de suivre ces 3 conseils à appliquer lors […]

22 septembre 2019

BMW PGA Championship : Danny Willett intouchable

Danny Willett a écrasé la concurrence ce dimanche à Wentworth et remporte le BMW PGA Championship avec trois coups d’avance. L’Espagnol Jon Rahm termine second. […]

22 septembre 2019

Lacoste Ladies Open de France : Nelly Korda comme un crocodile, Céline Boutier 2e

L’image était évidente : Nelly Korda, 21 ans, 10e joueuse mondiale, n’a fait qu’une bouchée de ses adversaires au Lacoste Ladies Open de France qui […]

22 septembre 2019

PGA : première victoire pour le Colombien Sebastián Muñoz

Sebastián Muñoz, originaire de Colombie, a enquillé un putt de 5 mètres sur le dernier trou ce dimanche pour forcer le sud-Coréen Sungjae Im à […]

22 septembre 2019

GP enquête. « Golf et Environnement ». 2e partie : propositions de solutions

2e partie : Propositions de solutions Un dossier réalisé par Denis Machenaud Après le constat de la situation parfois alarmante en 2019 en France et […]

21 septembre 2019

BMW PGA : Willett et Rahm ne se quittent plus (-15), Langasque et Hébert 32es à -3

Deux trous avant la fin, on a cru que Rahm allait s’échapper. Et puis, rien de tout cela ! Est ce le public acquis à […]

21 septembre 2019

Lacoste Ladies Open de France au Médoc : Klatten et Boutier se rapprochent de Korda

Après le soleil chaud, le mauvais temps ! Nelly Korda venait de poser sa balle sur le tee au trou n°10 et le ciel est […]

21 septembre 2019

PGA : les sud-américains Muñoz et Ortiz en tête

Signe des temps ? Aux quatre premières places du deuxième tournoi PGA de l’année, le Sanderson Farms, on trouve, dans l’ordre, un Colombien, un Mexicain […]

20 septembre 2019

BMW PGA à Wentworth : Willett et Rahm en tête suivis par Rose, Stenson et Casey.

Il va y avoir une belle bagarre sur la belle pelouse de Wentworth ce week-end : deux hommes sont en tête l’Anglais Danny Willett qui […]

20 septembre 2019

Lacoste Ladies Open : Nelly Korda s’échappe, Klatten et Boutier en chasse

Nelly Korda, 21 ans, est 10e joueuse mondiale et elle n’est pas dans la région de Bordeaux pour faire du tourisme. On arrosera peut-être dimanche […]