HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS, par Philippe Palli

Henri de Noailles, duc de Mouchy, président de la Fédération Française de Golf (1923-1940 et 1945-1946)

29 mars 2021

Après avoir présenté le rôle fondamental joué par Pierre Deschamps lors de la naissance du golf en France, Golf Planète vous propose de partir à la rencontre de Henri de Noailles, duc de Mouchy, qui lui a succédé à la tête de la Fédération Française de Golf et qui en fut donc le deuxième président.

Une chronique de Philippe Palli


Un compétiteur dans l’âme


En novembre 1923, Henri de Noailles 33 ans depuis le 9 avril, est nommé à l’unanimité président de l’Union des Golfs de France, en remplacement de Pierre Deschamps décédé un mois plus tôt.

Pour Le Figaro du 13 novembre, Il était impossible de faire un meilleur choix. Le duc de Mouchy fait partie des meilleurs golfeurs amateurs de France. Passionné de golf, cela va de soi, c’est un compétiteur dans l’âme. Membre en 1921, de l’équipe française qui a disputé le 1er match France/Angleterre à Chantilly, il a participé à l’International de France Messieurs, et au National Amateur dès la création du championnat en 1923. 

C’est durant sa présidence que la grande majorité des compétitions amateurs, et toujours existantes, qu’elles soient nationales ou internationales, vont être créées. Avec sa présidence, une commission sportive est mise en place et, en 1929, un comité des Dames chargé de promouvoir et d’organiser l’avenir du golf féminin français est créé au sein de l’UGF.

Henri de Noailles, duc de Mouchy, élu membre de l’Académie des Sports en février 1924, espère aussi comme son prédécesseur, qu’un jour le jeu de golf devienne en France aussi populaire qu’il ne l’est Outre-Manche.

À la question du Figaro (10 juillet 1934), Le golf est-il plus favorable au « vieux » qu’aux « jeunes » ? Henri de Noailles répond : Favorable à tous les âges, excellent pour le moral comme pour le physique. Et à la question, Faut-il le démocratiser ? Il répond : Oui ; mais c’est bien difficile.


Henri-Antoine-Marie de Noailles, duc de Mouchy, 1890-1947


Fils de François de Noailles décédé en 1900, Henri de Noailles devient duc de Mouchy en 1909, au décès de son grand-père Antoine de Noailles. Celui-ci, sénateur de l’Empire et député de l’Oise, avait épousé Anna Murat, la petite-fille de Joachim Murat, roi de Naples, et de Caroline Bonaparte, sœur de Napoléon 1er.  

Lieutenant de réserve, Mouchy est mobilisé dès septembre 1914. Officier de liaison à l’armée d’Orient, il reçoit en 1916, la « Military Cross » du général Milne, Commandant des forces anglaise de Salonique. Fait Chevalier de la Légion d’Honneur, il a également été décoré de la Croix de Guerre.

En 1920, il se fiance à Marie de la Rochefoucauld, qu’il épouse le 22 juillet, quelques jours après son titre de Champion de la Boulie 1920. En raison du décès de l’Impératrice Eugénie, survenu le 11 juillet, le mariage s’était déroulé dans une plus stricte intimité.


Mouchy, le champion de golf


Il fut une époque où être membre dans plusieurs clubs, était chose courante par contre pour jouer en équipe Club, on ne peut représenter qu’un seul golf. D’après le Chicago Tribune du 17 mai 1924, à l’annonce de la 1ère coupe Ganay, il est signalé que le duc de Mouchy joue pour le golf de Chantilly tout comme André M Vagliano, André Gobert….

C’est d’ailleurs avec André M Vagliano, que le duc de Mouchy va devenir champion de France de Double en 1924, 1925 et 1926.

En 1928, associé à Diana Esmond, il est finaliste de l’International de France Double Mixte qui est doté de la Coupe Thion de la Chaume.

En simple, Mouchy a à son actif une demi-finale au championnat de France 1926 et, jusqu’au début des années 30, en compagnie de Francois Roissard-de-Bellet, André Vagliano, Jacques Castel, Pierre Fauquet-Lemaître, Pierre Maneuvrier, Louis de Montgomery, Robert Thion de la Chaume, Patrick Le Blan, André Gobert etc, il fait partie du groupe de joueurs pouvant représenter une équipe française lors de rencontres internationales.


Mouchy, président de la Fédération Française de Golf


La carte des golfs en France en 1927

Si la date officielle du changement de nom en Fédération Française de Golf est le 13 janvier 1933, c’est par un vote à l’unanimité lors de l’Assemblée Générale de l’Union des Golfs de France du 25 novembre 1932, qu’a été effectuée cette modification.

Il est précisé dans le Figaro du 2 décembre, que ce simple changement d’appellation est appelé à apporter au golf un regain d’activité. La Fédération, en effet, aura plus d’autorité que l’Union et ses membres paraissent décidés à user de cette autorité pour donner au golf la place qu’il doit occuper dans l’activité sportive en France.

La Fédération ayant conservé le bureau qui dirigeait l’Union, le duc de Mouchy est toujours Président. Les vice-présidents sont le baron François de Bellet et Georges Durand, le trésorier est Henri Balézeaux et le secrétaire général est le comte Hubert de Ganay.


Durant la présidence Mouchy, 15 championnats amateurs sont créés


Qu’ils soient nationaux ou internationaux, ces nouveaux championnats vont s’adresser aux Juniors, aux Dames, aux Messieurs mais aussi aux Clubs.

Suite à la création en 1923 des deux Championnats de France Match Play par Pierre Deschamps, les Françaises avaient une épreuve supplémentaire, la coupe Femina.

Avec la création de la coupe Ganay en 1924, dont le but était de faciliter le classement des joueurs français et d’y découvrir d’éventuels espoirs, les meilleurs golfeurs et golfeuses amateurs de France disposaient respectivement d’un championnat national et d’un championnat international tous deux joués en match play et, d’une épreuve nationale qui était jouée en stroke play.

Quant au Grand Omnium de France ou Open créé en 1906, qui était ouvert aux amateurs, un handicap limite avait été instauré pour y participer. En plus de cet international, les pros français disposaient également d’un championnat National depuis 1911.


Le duc de Mouchy, à l’origine de deux épreuves


La première épreuve appelée coupe Mouchy ou coupe du duc de Mouchy a été l’International de France Foursome Messieurs. Celui-ci ne date pas de 1926 comme beaucoup le pense mais bien de 1924. A la sortie du calendrier national de l’UGF que publie le Figaro du 20 janvier 1924, l’épreuve de double Messieurs, n’y figure pas mais, le championnat certainement décidé au dernier moment, est annoncé le 11 octobre 1924 par une rubrique du même journal avec en titre, « La coupe du duc de Mouchy ». Le 31 octobre, le Figaro publie : Sur les links de Fontainebleau, s’est disputée la finale de l’épreuve internationale foursome messieurs, instituée par le duc de Mouchy, président de l’UGF. Faisant équipe avec André Vagliano, le donateur des coupes a facilement triomphé en finale de l’équipe Merlin -Prissé (Compiègne) qui, malgré une courageuse défense perdit par 9 et 8. 

L’année suivante à Saint Germain, Le duc de Mouchy et André M Vagliano, Champions de France est le titre de l’article du Figaro du 4 novembre. Le duo conserve leur titre en battant en finale André Gobert et Jacques Castel par 4 et 2.

En 1926, un trophée vient doter le Championnat. Du nom de Royal Blackheath, le trophée a été offert à l’Union des Golfs de France en gage d’Amitié et de Fraternité, suite à la rencontre Angleterre/France qui eut lieu en 1925 au Royal Blackheath Golf Club.

Afin de concrétiser les liens entre les deux pays, le duc de Mouchy annonce en remerciement et au nom de l’UGF, que le trophée dotera dès l’année suivante, l’International de France Double Messieurs.

Le 3ème international de France de Double Messieurs, doté pour la 1ère fois du Trophée Royal Blackheath, est remporté à Chantilly par le duc de Mouchy et André Vagliano sur la paire F.C  Havemeyer et Robinson par 2 et 1.

 


1927, la nouvelle coupe Mouchy


De nos jours et généralement durant le week-end de Pâques, sauf exception, la coupe Mouchy également appelé Coupe Frayssineau-Mouchy,  se joue sur 72 trous en stroke play scratch au golf de Fontainebleau et, depuis sa création en 1927, l’épreuve s’adresse à l’élite du Golf Amateur Français.

La formule de jeu originelle de la coupe Mouchy était autre. Après une qualification jouée en stroke play sur 36 trous, quatre joueurs s’affrontaient le lendemain en match play pour jouer la phase finale. Par la suite, le nombre de qualifiés a progressivement augmenté, il est passé à 8 puis 16…..

En 1965, la qualification est dotée d’une coupe Patrick Frayssineau. Jeune espoir amateur du golf français, Patrick Frayssineau est victime d’une rupture d’anévrisme le 4 avril 1964, lors des qualifications de la coupe Mouchy.

Le championnat est annulé et l’année suivante, la FFG décide de rendre hommage au jeune joueur de St Nom, en dotant la qualification de la coupe Mouchy d’un trophée à son nom.

Dans le Golf World de mai 1964, Patrick Frayssineau est défini comme un des plus brillants jeunes espoirs du golf français. Champion de France Cadet en 1961, il avait été finaliste du Championnat de France Juniors en 1962 et en 1963. Maxime Pons, Capitaine de l’équipe de France Juniors, le qualifiait de garçon au grand cœur, de camarade dévoué et de co-équipier exemplaire dont le jeune talent n’avait d’égal que sa courtoisie et sa loyauté sportives.

Au début des années 1970, la formule de jeu change. La Mouchy devient une épreuve en stroke play qui se joue sur 54 trous puis sur 72 trous.


La Mouchy, épreuve reine du golf de Fontainebleau ! Oui, mais pas depuis sa création


Avant que la coupe Mouchy ne devienne officiellement l’épreuve reine du golf bellifontain, différents parcours parisiens et de Province l’avaient accueillie.

La première coupe Mouchy a eu lieu au Club du donateur, Chantilly. L’épreuve a été jouée les 24 et 25 septembre 1927. André Vagliano, vainqueur de la qualification, remporte également le tournoi par 1up face à l’ex-champion de tennis, André Gobert.

L’année suivante, le golf de Morfontaine, récemment ouvert, reçoit la compétition nationale.

En 1929, la coupe se joue au golf d’Ormesson, puis en 1930 et 1931, c’est au tour de la Province et plus précisément, au golf de Wimereux sur la côte d’Opale puis celui d’Hossegor dans les Landes de recevoir la Mouchy.

En 1932, et pour la 1ère fois, le golf de Fontainebleau  accueille la Coupe mais en 1933, l’élite amateur se retrouve au golf de Saint Germain pour la jouer.

Par la suite, à l’exception de 1948 où elle a eu lieu au golf de Saint Cloud et, en 1966 au golf de Saint Nom la Bretèche, la coupe Mouchy se joue au golf de Fontainebleau depuis 1934.

Depuis 1927, de grands noms représentatifs du Golf Français sont gravés sur le socle de la Coupe Mouchy. Devenue un incontournable tournoi amateur national, le duc de Mouchy en serait certainement très fier.

 


Les autres championnats du golf amateur


Henri de Noailles, duc de Mouchy, va durant sa présidence, soutenir et encourager la création de nouveaux championnats sur le territoire national.

Pour les messieurs, tout commence avec la Coupe Ganay en 1924 et le National Omnium en 1926. Auparavant réservé aux pros nationaux, l’épreuve qui est jouée en stroke play, s’ouvre aux joueurs amateurs en 1926 et, devient le National Omnium.

Chez les dames, la Coupe de Vilmorin, l’équivalent féminin  de la Coupe Mouchy, est créée en 1929 et, en 1931, la Coupe Gaveau apparaît ainsi que la Coupe Vagliano, qui représente la rencontre féminine internationale  France /Angleterre.

Les juniors aussi ont leur coupe internationale. En 1926, la Coupe Carlhian dote celle des Jeunes Gens et la Coupe Esmond celle des Jeunes Filles en 1927.

Suivant l’exemple des grandes épreuves britanniques jouées en Doubles, l’International de France Foursome Mixte, Coupe Thion de la Chaume, s’ajoutent au calendrier dès 1926 et, la Coupe Saint Germain, International de France Doubles Dames, voit le jour en 1930.

Les Clubs ne sont pas en reste et dès 1926, le premier Championnat de France interclubs par équipes est mis en place. Il s’adresse aux messieurs et, il est doté par une coupe offerte par Gustave et Marcel Gounouilhou. Pour les dames, le championnat, doté de la Coupe Golfers’ Club date de 1929.

Avec le concours de « Tennis et Golf », Jean Puiforcat crée en 1934 une compétition Interclubs en région parisienne pour les joueurs dont le handicap est de 9 et plus.

Inspirée de celle-ci, Yvonne Cotnaréanu membre du Club de Saint Cloud, fait de même l’année suivante, pour les joueuses dont le handicap est de 10 et plus.

Le succès de ces deux initiatives privées étant immédiat, la Fédération les programme au calendrier national en 1937 et y ajoute l’année suivante, une nouvelle épreuve pour les messieurs de 3ème série, dotée de la Coupe Saint Sauveur.

De nos jours les coupes Gounouilhou, Golfers, Puiforcat, Cotnaréanu et Saint Sauveur, dotent les divers Interclubs Messieurs et Dames de 1ère division, Mid-Amateurs et Sénior.

La Coupe de la Commission Féminine qui dote l’Interclubs Senior Dames 1ère division, n’est pas issue de la même période. Cette coupe avait été créée en 1983 pour doter la 3ème série Dames.

 


1941, la démission du duc de Mouchy


Le 3 septembre 1939, la deuxième guerre est déclarée. L’activité de la FFGolf tourne au ralenti et en juin 1940, elle est interrompue.

Se trouvant dans l’impossibilité de consacrer à la Fédération tout le temps qu’il serait nécessaire, le duc de Mouchy remet sa démission au Commissariat Général des Sports puis au Comité de la Fédération, le 2 août 1941.

En signe de reconnaissance, le Comité offre à son ancien Président, la présidence d’honneur. André M Vagliano assure la Présidence dès septembre 1941 et, il démissionne à son tour le 11 juin 1943.

En attendant l’élection d’un nouveau président, Patrick Le Blan, président du golf du Sart, assure l’Intérim.

En septembre 1943, l’ancien président de la Commission Sportive de la Fédération, M. Guy Delamarre-Deboutteville, est nommé Président.

Durant sa présidence, un nouveau championnat voit le jour, la Coupe de France par Equipes Messieurs.

 


1944. La Coupe France par équipes Messieurs


Dotée du Trophée Jean Lignel depuis 1980, la Coupe de France par équipes Messieurs date de 1944.

La 1ère édition est à l’initiative de la Fédération et, le golf de Chantilly l’a accueillie les 27, 28 et 29 mai 1944. Elle s’est jouée suivant la formule de jeu de la Coupe Davis, c’est à dire quatre simples et un double. Morfontaine  représentait par Philippe Boulart, Jacques de St Sauveur et Robert Lalou avait remporté la finale par 4 victoires à 1, face une équipe de Saint Cloud composée de Jacques Petit-Leroy, le prince Joachim Louis Murat, Louis de Montgomery et, je cite l’Auto du 27 mai, probablement Roger Sudreau.

Dans le compte rendu du journal Tous les Sports du 11 juin 1944, il est écrit concernant cette 1ère édition :  » La simple constatation que quinze équipes ont participé, malgré les difficultés actuelles, à cette 1ère compétition affirme le succès de sa formule et démontre par cela même toute la vitalité de la Fédération Française de Golf ».

En mémoire : Quelques semaines plus tard, le 20 juillet, le prince Joachim Murat (24 ans), militaire et résistant est tué à St Michel en Brenne dans l’Indre et Jacques Petit-Leroy, 28 ans, Lieutenant, membre de la Résistance, est tué le 24 août à Chevilly-Larue.

Tous deux, membres de l’équipe de France, avaient remporté quelques années auparavant la Coupe Carlhian, le championnat international de France Jeunes Gens et le prince Murat avait remporté en 1939, la Coupe Ganay qui récompensait cette année-là, le 1er joueur Amateur du National Omnium.

 


De 1945 à 1946, Mouchy reprend la présidence de la Fédération


En mars 1945 et, conformément aux instructions du Commissariat général aux Sports, le duc de Mouchy reprend la Présidence avec le Comité qui siégeait en 1939.

En janvier 1946, lors de l’Assemblée Générale de la FFGolf, un nouveau Comité est désigné et Guy Delamarre-Deboutteville retrouve la Présidence.

Le 1er novembre 1947, Henri de Noailles, duc de Mouchy, meurt à Paris à l’âge de 57 ans.

Philippe Palli

 

Dans la même catégorie
Alice Dye
Architecture de golf

Chez les Dye, l’architecture ne meurt jamais

Après les décès du grand manitou Pete en 2020 (sans compter celui de son épouse Alice en 2019) et de son fils Perry en juillet […]

Bel ouvrage

Effet Ryder Cup : les ventes du beau livre sur Seve s’envolent

Dans l’ombre de leurs mentors Ballesteros et Olazabal, les Espagnols Rahm et Garcia ont brillé à Whistling Straits lors de cette Ryder Cup 2021… Phénomène […]

Herb Kohler ©Sam Greenwood/Getty Images via AFP
Ryder Cup

Herb Kohler l’autre vainqueur de la Ryder 2021 !

Avant même que la compétition ne s’achève, le propriétaire du parcours de Whistling Straits, Herbert Kohler Jr. a déjà décroché la timbale en recevant la […]

Un entretien avec Robert Salmon

Histoire : il y a 50 ans, la création du Trophée Lancôme

Le Trophée Lancôme fut, à coup sûr, une des plus grandes manifestations de golf organisées en France. Alors qu’on célèbre aujourd’hui les 50 ans de […]

La chronique de Philippe Hermann

Partenaire de cœur et d’or

Le remarquable succès de Rasmus Højgaard, vingt ans, à l’Omega European Masters disputé à Crans-Montana, a boosté la communication de la célèbre marque horlogère suisse […]

Ouvert à tous les internationaux golfeurs

AFIG : quand les anciens internationaux golfeurs se retrouvent

Aujourd’hui golfeurs, les sportifs français ayant défendu jadis les couleurs de notre pays sont les bienvenus au sein d’un association qui porte le nom de […]

Portrait

Jean-Claude Forestier, l’entrepreneur qui a attrapé la maladie du golf : « La beauté du jeu réside dans le fait qu’il est universel »

Le golf du Vaudreuil est revenu aux premières places du golf français : le parcours dessiné par Fred Hawtree en 1962 a retrouvé ses lettres de […]

Disparition

Richard Wax, le gentleman passionné, s’en est allé

Richard Wax, 77 ans, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, au bout d’un combat qu’il menait depuis de nombreuses années contre […]

Jon Rahm Jeff Haynes/USGA
Portrait

Jon Rahm, le basque rugissant

A 26 ans, Jon Rahm a remporté son premier tournoi du Grand Chelem dans un US Open qui restera dans les mémoires. La force de […]

La chronique de Philippe P. Hermann

L’art d’oublier des magiciens

Avez-vous vu jouer Phil Mickelson au PGA Championship à Kiawah Island ? Transparent depuis des mois il a ressorti de son sac des coups qu’on […]

Seve Ballesteros, 10 ans déjà...

Mon pèlerinage à Pedreña, une chronique de Ivan Morris

Notre ami irlandais Ivan Morris, un des plus grands spécialistes du golf – avec un handicap à un chiffre depuis 60 ans : qui dit […]

Hommage du Royal et Ancient

Seve Ballesteros, mort il y a 10 ans, toujours présent dans le cœur des golfeurs…

Le 7 mai 2011, Seve Ballesteros disparaissait à l’âge de 54 ans, vaincu par un cancer du cerveau diagnostiqué deux ans auparavant. Le R&A vient […]

tom weiskopf architecte golf
La chronique de Philippe Hermann

Tom Weiskopf, grand talent tout en discrétion

195 centimètres sous la toise, Thomas Daniel Weiskopf est, sans aucun doute, le plus grand architecte du golf contemporain… Quant à ses parcours, nombre d’entre […]

Seve Ballesteros Photo Harry How / Getty Images North America / Getty Images via AFP
La Chronique de Philippe Hermann

Le plein de Seve

Vendredi 9 avril, le Masters se rappellera que Seve Ballesteros est né ce jour-là, il y a 64 ans. Cette année, le souvenir est teinté […]