Un entretien avec Robert Salmon

Histoire : il y a 50 ans, la création du Trophée Lancôme

12 septembre 2021
Photo by PIERRE VERDY / AFP

Le Trophée Lancôme fut, à coup sûr, une des plus grandes manifestations de golf organisées en France. Alors qu’on célèbre aujourd’hui les 50 ans de sa création et malgré sa disparition après l’édition de 2003 remportée par Retief Goosen en présence de Nicolas Colsaerts (photo), le Trophée Lancôme est toujours dans la tête des fans de golf.

Pour en parler, Golf Planète a retrouvé Robert Salmon en Suisse, celui qui a été à l’origine de ce grand tournoi international remporté par les plus grands champions.

Robert Salmon était alors à triple titre une des grandes figures de L’Oréal. Il fut l’architecte de l’orientation luxe que le groupe n’avait pas dans son ADN, il fût aussi à la pointe de  la conquête des marchés américain, asiatique et européen de l’Est, et enfin, il a été le premier à mettre des marques cosmétiques et parfum dans les duty free, alors qu’il y avait jusque-là une résistance très forte de la part des patrons de ces marchés.

Pendant ses 37 années chez L’Oréal, l’homme aux 300 000 kms par an, fût entre autres vice-président chargé de la prospective stratégique et le DG d’une vingtaine de marques de 1969 à 1990.

Il est par ailleurs l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, notamment de prospective, citons Tous les chemins mènent à l’homme (Interéditions, 1995, prix du Livre d’entreprise), Sauver demain (Sefi, 2015), préfacé par Nicolas Hulot, De l’Oréal à Lhassa, itinéraire d’un iconoclaste (Le Passeur, 2015), son autobiographie de grande qualité qui  dévoile un homme étonnant toujours en conquête, du monde comme du soi… 

Il s’est confié pour nous à Hervé-Olivier Colombet et Philippe Soleillant afin de rappeler les 33 ans de cette aventure exceptionnelle.

 

Quelle est l’origine du parrainage de L’Oréal pour le Trophée qui se jouait alors à Saint-Nom-La-Bretèche ?

En 1970, lors de la première (et dernière) édition du Trophée des champions, Gaëtan Mourgue d’Algue, figure du golf de Saint-Nom-La-Bretèche, et Dominique Motte, son président, invitent Pierre Menet, président de Lancôme et… golfeur, à faire une partie avec Arnold Palmer. Ce dernier est par ailleurs ami d’université de… Mark McCormack, le célèbre agent de sportifs professionnels, en particulier dans le golf et le tennis, qui organisait ce trophée.

Au contact d’Arnold Palmer, Pierre Menet s’engage à créer une ligne de parfum pour hommes qui porterait le nom du champion, moyennant évidemment finance. Il m’en informe, je suis alors le DG de Lancôme. Je suis très réservé sur le retour sur investissement car à l’époque la marque n’avait aucune implantation en Amérique, qu’Arnold Palmer n’était connu en France que d’un tout petit public, le golf étant peu pratiqué, et de surcroît les lignes pour hommes ne marchaient pas en Europe. L’échec d’une telle ligne était certain.

D’où l’idée pour honorer quand même la promesse financière, d’apposer pour 1971 la marque Lancôme au trophée golfique…

Eh oui, car il nous fallait honorer la promesse signée de Pierre Menet. Mais on pouvait imaginer autre chose Et nous allons alors métamorphoser la dotation allouée au joueur en lui demandant d’assurer sa présence durant cinq ans au trophée qu’on baptiserait Lancôme (il s’appelait en 1970 Trophée des champions). Arnold Palmer ne gagnera d’ailleurs le Trophée qu’une fois… en 1971. L’idée de mettre un nom de marque sur un trophée n’était pas légalement acquis mais la  relative confidentialité de ce sport en France à l’époque l’a permis.

De fait, la participation assurée de Palmer a attiré les meilleurs golfeurs du monde et a donné un lustre à ce qui était à l’origine une « fantaisie particulière ». Cela a permis l’organisation d’un grand tournoi international pendant plus de trente ans… Le  Trophée Lancôme étant devenu un des trois plus grands tournois de golf du monde, après ceux d’Augusta aux États-Unis, et de Picadilly en Angleterre.

Mais il y aura une fin …

Nous avions certes sorti, en 1982, une ligne Cologne au nom de Trophée Lancôme pour hommes complétée par une gamme d’accessoires. Bien que largement diffusée elle n’a pas connu le succès escompté. Il aurait fallu créer une ligne de vêtements et de matériel de golf, mais ce n’était pas le métier du Groupe…

Le financement du Trophée coûtant de plus de plus en plus cher au vu du nombre de participants, la dotation de Lancôme s’était multipliée et le retour sur investissement  n’était vraiment pas là.

Aussi en septembre 2003, Lindsay Owen-Jones, alors PDG de L’Oréal avant de devenir président (de 2006 à 2011), décida donc en raison de son coût prohibitif pour le Groupe d’arrêter le parrainage du Trophée. Il est vrai aussi que, le 16 mai 2003, Mark McCormack était décédé. Les attentats du 11 Septembre auront également une part importante dans l’histoire du début de la fin du Trophée Lancôme car le célèbre champion américain Tiger Woods, alors au firmament de sa gloire, était inscrit à la 32ème édition, d’autant qu’il était sous contrat avec le Groupe IMG et qu’il s’apprêtait donc à venir à Paris. En cette année maudite Tiger ne viendra pas. Il annulera naturellement sa participation, en mémoire de ses innombrables compatriotes décédés dans les tours jumelles de New-York. L’histoire retiendra son absence mais aussi celle du sponsor-titre de l’événement, qui marquera le début d’une rupture inéluctable entre IMG (Agent du Champion américain et propriétaire  du « Trophée Lancôme ») et son client le Groupe l’Oréal (propriétaire de la marque des parfums Lancôme).

Photo by PIERRE VERDY / AFP, DR

 

Les souvenirs du Trophée Lancôme by Alexis Orloff

 

 


Seve Ballesteros

 


Retief Goosen

 


Sergio Garcia

 


Alex Cejka et Inès Sastre

 

 

Miguel Angel Jimenez

 

Merci Alexis !

 

Dans la même catégorie
La chronique de Philippe Hermann

Partenaire de cœur et d’or

Le remarquable succès de Rasmus Højgaard, vingt ans, à l’Omega European Masters disputé à Crans-Montana, a boosté la communication de la célèbre marque horlogère suisse […]

Ouvert à tous les internationaux golfeurs

AFIG : quand les anciens internationaux golfeurs se retrouvent

Aujourd’hui golfeurs, les sportifs français ayant défendu jadis les couleurs de notre pays sont les bienvenus au sein d’un association qui porte le nom de […]

Portrait

Jean-Claude Forestier, l’entrepreneur qui a attrapé la maladie du golf : « La beauté du jeu réside dans le fait qu’il est universel »

Le golf du Vaudreuil est revenu aux premières places du golf français : le parcours dessiné par Fred Hawtree en 1962 a retrouvé ses lettres de […]

Disparition

Richard Wax, le gentleman passionné, s’en est allé

Richard Wax, 77 ans, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, au bout d’un combat qu’il menait depuis de nombreuses années contre […]

Jon Rahm Jeff Haynes/USGA
Portrait

Jon Rahm, le basque rugissant

A 26 ans, Jon Rahm a remporté son premier tournoi du Grand Chelem dans un US Open qui restera dans les mémoires. La force de […]

La chronique de Philippe P. Hermann

L’art d’oublier des magiciens

Avez-vous vu jouer Phil Mickelson au PGA Championship à Kiawah Island ? Transparent depuis des mois il a ressorti de son sac des coups qu’on […]

Seve Ballesteros, 10 ans déjà...

Mon pèlerinage à Pedreña, une chronique de Ivan Morris

Notre ami irlandais Ivan Morris, un des plus grands spécialistes du golf – avec un handicap à un chiffre depuis 60 ans : qui dit […]

Hommage du Royal et Ancient

Seve Ballesteros, mort il y a 10 ans, toujours présent dans le cœur des golfeurs…

Le 7 mai 2011, Seve Ballesteros disparaissait à l’âge de 54 ans, vaincu par un cancer du cerveau diagnostiqué deux ans auparavant. Le R&A vient […]

tom weiskopf architecte golf
La chronique de Philippe Hermann

Tom Weiskopf, grand talent tout en discrétion

195 centimètres sous la toise, Thomas Daniel Weiskopf est, sans aucun doute, le plus grand architecte du golf contemporain… Quant à ses parcours, nombre d’entre […]

Seve Ballesteros Photo Harry How / Getty Images North America / Getty Images via AFP
La Chronique de Philippe Hermann

Le plein de Seve

Vendredi 9 avril, le Masters se rappellera que Seve Ballesteros est né ce jour-là, il y a 64 ans. Cette année, le souvenir est teinté […]

HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS, par Philippe Palli

Henri de Noailles, duc de Mouchy, président de la Fédération Française de Golf (1923-1940 et 1945-1946)

Après avoir présenté le rôle fondamental joué par Pierre Deschamps lors de la naissance du golf en France, Golf Planète vous propose de partir à […]

Histoire du golf français, par Philippe Palli

Yves Botcazou (1881-1953) : l’incroyable histoire du pro manchot de La Boulie

 » Il faudrait avoir quatre bras pour pouvoir faire quelque chose de bien  » avait lancé un jour Arnaud Massy. Sur la Lune certainement ! […]

reed getty SIMON BAKER / AFP / Getty
Chronique de Philippe Hermann

Patrick Reed, plus naïf que tricheur ?

Courte leçon de choses… Déplacer sa balle ne serait-ce d’un millimètre au golf, sans le dire, et c’est la honte. Rapporté au quotidien de chacun […]

Une chronique de Philippe Palli

Histoire (2ème partie) : Pierre Deschamps, le père du golf français

Golf Planète vous présente la deuxième et dernière partie de l’article que Philippe Palli a consacré à Pierre Deschamps, le père du golf français. Il […]