Les pires scores du golf professionnel : de quoi vous décontracter !

26 août 2019 par Caroline JDD

Voici de quoi décomplexer les honteux du trou à deux chiffres, rasséréner les  taiseux qui n’osent pas dire leur score en arrivant au clubhouse. Imaginez que la télé immortalise votre cauchemar, ou que des milliers de spectateurs soient là pour colporter l’humiliation, de sorte que vous ne puissiez rien cacher à personne… Affreux, n’est-ce pas ?

Cette séquence va rendre modeste, et c’est une très belle qualité au golf, comme tout le monde le sait… Allez, c’est parti…. Dur, dur…

1- Kevin NA, 16 coups pour un par 4. 

En 2011, au Valero Texas Open, sur le trou n° 9, un par-4 du TPC San Antonio. Na arrive au trou n° 9 à – 1, juste quelques coups derrière les leaders. Seize coups après (!), Na passé au tee n° 10. Na n’oubliera jamais évidemment ce qui s’est passé entre les deux tees de départ.  Et nous non plus, puisque la télé était là pour immortaliser le calvaire… 

2 – Tom Weiskopf, 13 coups sur un par 3.

Au Masters 1980, sur le par 3 du n° 12, à Augusta National. Tom Weiskopf est entré dans l’histoire du Masters pour ses places de second en 1969, 1972, 1974 et surtout en 1975, où il était à la lute avec Jack Nicklaus et Johnny Miller. Mais il détient aussi le triste record du plus haut score sur le n° 12. Au premier tour du Masters 1980, Il a fait un décuple bogey (cela existe?) 13 sur ce par 3. Un fer 7 dans le ruisseau de Rae’s Creek. De la dropping zone, il y est retourné quatre fois. A son onzième coup, il a accroché l’arrière du green, et a rentré la balle sans avoir la honte de trois putts. Ouf !

3 – Arnold Palmer,  12 coups sur un par 5.

En 1961 au Los Angeles Open, sur le trou n° 18 (par 5) du Rancho Park Golf Course. Quand les journalistes lui ont demandé comment il avait fait pour faire 12 sur ce trou, il leur a répondu : “J’ai loupé mon putt pour 11.” Palmer a même eu le droit à une plaque commémorative de son septuple bogey au Rancho Park Golf Course. 

4 – John Daly, 18 coups sur un par 5.

En 1998, au Bay Hill Invitational, sur le trou n° 6 (par 5) du Bay Hill Golf Course. Record battu et toujours détenu par lui, il a fallu 18 coups pour passer au trou suivant après avoir mis six balles dans l’eau avec son bois 3. « Je travaille sur ma patience toute l’année, mais cette fois,  elle était quand même bien entamée. » « Je ne suis pas honteux de ce que j’ai fait. Je n’ai rien lâché, j’étais juste un peu trop déterminé… » 

 

5 – John Daly, 11 coups sur un par 4

A  l’ U.S. Open 1999, sur le par 4 du trou n° 8, sur le parcours de Pinehurst No. 2. Après avoir manqué le green du trou n°8, Daly a putté à trois reprises pour tenter de franchir la montée jusqu’au drapeau, mais à chaque fois la balle est revenue à ses pieds. A tel point que  l’Américain a fini par jouer la balle alors qu’elle roulait encore…Il était un peu plus énervé après son 11 sur ce trou qu’après son 18 de Bay Hill. Après avoir fini bon dernier, il a même déclaré que c’était son dernier US Open.  

6 – Tommy Nakajima, 13 coups sur un par 5.

Son nom est déjà gravé dans le sable de Saint Andrews depuis son 9 sur le 17ème trou du British Open 1978. Incapable de sortir du bunker, il est entré dans la légende puisque ce bunker a été rebaptisé du beau nom de « Les Sables de Nakajima ». Mais ce ne fut pas son pire trou cette année-là puisqu’il a concédé treize coups pour rentrer sa balle dans le célèbre 13ème trou d’Augusta Azalea hole lors du masters 1978. Aux journalistes, il a déclaré cette réplique étonnante : « Je me suis dit : Je vais faire un eagle, mais en fait c’était trop dur, alors j’ai foiré. » Analyse un peu rapide peut-être, mais qui a le mérite de la lucidité.

Dans la même catégorie
21 septembre 2019

BMW PGA : Willett et Rahm ne se quittent plus (-15), Langasque et Hébert 32es à -3

Deux trous avant la fin, on a cru que Rahm allait s’échapper. Et puis, rien de tout cela ! Est ce le public acquis à […]

21 septembre 2019

Lacoste Ladies Open de France au Médoc : Klatten et Boutier se rapprochent de Korda

Après le soleil chaud, le mauvais temps ! Nelly Korda venait de poser sa balle sur le tee au trou n°10 et le ciel est […]

21 septembre 2019

PGA : les sud-américains Muñoz et Ortiz en tête

Signe des temps ? Aux quatre premières places du deuxième tournoi PGA de l’année, le Sanderson Farms, on trouve, dans l’ordre, un Colombien, un Mexicain […]

21 septembre 2019

Paris Legends : Jean-François Remesy battu en playoff par David Shacklady

Après un trou de playoff face à Jean-François Remesy, l’Anglais David Shacklady remporte le Paris Legends Championship. Thomas Levet termine 7e. Remesy est passé très […]

21 septembre 2019

BMW PGA Championship : si Rory galère, c’est qu’il y a une raison !

Les choses ne se déroulent pas comme prévu pour McIlroy au BMW PGA Championship. Après un très décevant premier tour de 76 (+4), Rory s’est quelque peu ressaisi pour rendre hier une seconde […]

21 septembre 2019

Quel est ce bracelet noir porté par Tiger Woods ?

Des confrères journalistes américains ont signalé que Tiger Woods portait maintenant un bracelet noir ; et tous de se poser la question de l’intérêt de […]

20 septembre 2019

BMW PGA à Wentworth : Willett et Rahm en tête suivis par Rose, Stenson et Casey.

Il va y avoir une belle bagarre sur la belle pelouse de Wentworth ce week-end : deux hommes sont en tête l’Anglais Danny Willett qui […]

20 septembre 2019

Lacoste Ladies Open : Nelly Korda s’échappe, Klatten et Boutier en chasse

Nelly Korda, 21 ans, est 10e joueuse mondiale et elle n’est pas dans la région de Bordeaux pour faire du tourisme. On arrosera peut-être dimanche […]

20 septembre 2019

Staysure Tour : Kingston et Shacklady co-leaders, Remesy et Levet en embuscade

Les Français sont bel et bien “dans le game” au Racing Club de France de La Boulie. Si le Sud-Africain James Kingston et l’Anglais David […]

20 septembre 2019

Selon Justin Thomas, Charlie Woods est chambreur comme son père

Si c’est bien Tiger Woods qui a remporté le Masters cette année, Justin Thomas était bel et bien un sérieux prétendant au titre. Souvenez-vous, il […]