La légende de Bobby Jones, l’homme de East Lake

20 août 2019

Vous avez tous vu le magnifique film de Robert Refdford « La Légende de Bagger Vance« , et/ou lu le roman de Steven Pressfield qui a inspiré le film. Bobby Jones y est présenté comme le golfeur mythique des années 1930. Voici quelques petites choses pour entretenir la mémoire de ce joueur né à Atlanta en 1902 et mort à Atlanta en 1971, qui a marqué l’histoire du golf. Si l’on ressuscite la mémoire de ce champion d’exception, c’est que la  légende de Bobby Jones, le dernier champion à avoir gagné le grand chelem (en 1930, vous vous en souvenez sûrement), s’est construite en grande partie à l’East Lake d’Atlanta, qui va accueillir le Tour Championship à partir de jeudi (dernier tournoi des playoffs de la Fedex Cup). 

Bobby Jones a joué l’East Lake pour la première fois alors qu’il avait 6 ans, en 1908. Le parcours a en effet fêté son 100e anniversaire en 2004. Originellement dessiné par Tom Bendelow, modifié ensuite par Donald Ross, il a été restauré par Rees Jones en 1994. C’est ce dernier qui a également surveillé les travaux lorsqu’en 2007 les greens ont été entièrement refaits, passant du gazon bentgrass au gazon de type bermuda.  Une particularité : le 18 est un par 3 qui peut aller jusqu’à 205 mètres. Un peu rude pour un dernier birdie. Bobby Jones trouvait déjà le parcours « strange » à son époque.

Au cours de sa carrière, entre 1916 et 1930, Bobby Jones ne disputa que 53 tournois et il en remporta 23. Mais c’est surtout de 1923 à 1930 qu’il a dominé les compétitions amateurs, puis battu les meilleurs golfeurs professionnels au monde, comme Walter Hagen et Gene Sarazen. Surnommé le « Mozart du golf », il remporta quatre fois l’US Open (1923, 1926, 1929 et 1930), trois fois le British Open (1926, 1927 et 1930), cinq fois le championnat amateur des États-Unis (1924, 1925, 1927 1928 et 1930) et une fois le championnat amateur de Grande-Bretagne (1930).  Et puis, en 1930, il décida de mettre un terme définitif à sa carrière de golfeur.

De gauche à droite : Johnny Parnell, Bobby Jones, Walter Hagen et Gene Sarazen au Woodland Country Club à Newton, Mass le 5 septembre 1928

La carrière de Bobby Jones a donc été météoritique. En 1930, il a participé à six tournois. Il en a remporté cinq, dont les quatre Majeurs. Et le sixième, le Savannah Open qui était en fait le premier de l’année, il l’a perdu d’un seul et unique coup. La classe…

Le tempérament violent de Bobby Jones a failli ruiner sa carrière en quelques circonstances, au point que le président de l’USGA de l’époque, George Walker, grand-père de George W. Bush, finit par lui dire : « Vous ne participerez plus à un quelconque événement de l’USGA tant que vous ne contrôlerez pas votre humeur. »  A l’inverse, il est resté pour tous le modèle de l’honnêteté scrupuleuse. Lors de l’US Open 1925, il s’infligea lui-même une pénalité de deux coups qui lui fit perdre le play-off d’un coup. Il était persuadé que sa balle avait bougé alors qu’il était à l’adresse, alors que personne autour de lui, ni arbitres ni spectateurs, n’avait vu quoi que ce soit. Félicité pour son fair-play, il répondit : «  Vous n’avez pas à féliciter un homme parce qu’il n’a pas volé une banque. » Robert Redford a repris l’anecdote dans son film en l’attribuant au héros de son histoire. 

Jones ne roulait pas sur l’or. Il a toujours refusé le statut professionnel pour se consacrer à ses études. Il n’était pas vraiment pauvre, mais il a parfois été en difficulté financière. Il a ainsi dû déménager et rejoindre ses parents avec sa famille pendant trois ans, dans les années 20. Il a souvent manqué les Majeurs British parce qu’il ne pouvait pas financer ses déplacements. En fait, son grand Chelem de 1930 a été en partie rendu possible parce qu’en tant que capitaine de la Walker Cup, il était invité en Grande-Bretagne par l’USGA. 

A ce propos, quand Jones s’est retiré du circuit en 1930, Warner Bros lui a offert 120000 dollars pour faire le film How I play golf, où il donnait des leçons de golf aux stars de l’époque James Cagney, Edward G. Robinson ou W.C. Fields. 

Bobby Jones est un des seuls personnages célèbres à avoir eu droit à deux parades « ticker-tape » à New York, vous savez, ces défilés triomphaux avec les morceaux de papier jetés des fenêtres.  La première fois, c’était pour sa double victoire en 1926, US Open et British Open, la deuxième pour son grand Chelem en 1930. 

Bobby Jones était connu pour ses nerfs fragiles et son trac maladif au moment des compétitions. Il était souvent pris de vomissements durant la semaine des tournois, et il passait ses nuits à fumer cigarette sur cigarette et à boire des quantités incroyables de whisky. 

En 1942, à l’âge de 40 ans, Bobby Jones est devenu espion. Il s’est engagé dans l’armée, est devenu Capitaine dans l’armée de l’Air, chargé de l’Intelligence Service et a mené à cette époque des missions de renseignements en Europe.

Mots-clés :
Bobby Jones
Dans la même catégorie
21 décembre 2020 | La voix du golf

Repose en paix, Peter Alliss ! par Ivan Morris

Je ne pardonnerai jamais au R&A d’avoir mis fin à son accord annuel avec la BBC pour diffuser une couverture télévisée en direct de The […]

17 décembre 2020 | Incroyable

Le swing des Woods père et fils. Copier coller??

C’est peut-être le meilleur Tiger que nous allons découvrir cette semaine : peut-être pas sur le plan sportif où il n’a plus rien à prouver, […]

Il y a 20 ans, Jean Van de Velde devenait citoyen d’honneur d’Augusta
9 novembre 2020 | Masters d'Augusta

Il y a 20 ans, Jean Van de Velde devenait citoyen d’honneur d’Augusta

En avril 2000 quelques mois après le douloureux souvenir de l’Open Britannique 1999, le Landais Jean Van de Velde est l’invité d’honneur d’Augusta aux côtés […]

2 novembre 2020 | ENTRETIEN

Para-Golf : Vincent Helly, nouveau champion de France, nous parle de golf et d’autisme

Vainqueur du Pas de Calais Handigolf 2020, Vincent HELLY, 25 ans, atteint de troubles autistiques, est le nouveau Champion de France Para-Golf 2020. Golf Planète […]

18 octobre 2020 | LA CHRONIQUE D'IVAN MORRIS

Deux seniors parlent de la longueur des parcours… et trouvent une solution !

Conversation entre deux septuagénaires, fous de golf et qui ont bien du mal à trouver le chemin de la sagesse, jusque dans leur carte de […]

17 octobre 2020 | HISTOIRE ET PHOTOS

Le Che, Fidel et le golf : révolution, sport et humour

Deux actualités nous ont plongés dans nos dossiers d’histoire pour tout savoir sur le rapport que le révolutionnaire cubain Che Guevara entretenait avec le golf. […]

11 octobre 2020 | HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS

Jean Gassiat (1883-1966) : au firmament du golf français

Dans notre rubrique « Histoire », Philippe Palli nous rappelle, cette semaine, l’extraordinaire carrière de Jean Gassiat, l’autre Biarrot et contemporain de Arnaud Massy. Sa longévité, son […]

5 octobre 2020 | ENTRETIEN

Jean Garaialde, 86 ans : passion, travail, discrétion. Les leçons d’une vie du plus grand champion français de golf

Golf Planète a rencontré Jean Garaialde, le jour de son anniversaire, à Chantaco au Pays basque. Le plus grand champion français de tous les temps […]

27 septembre 2020 | GRANDES RENCONTRES

Gaëtan Mourgue d’Algue : « La passion du golf a guidé ma vie. À 81 ans, je reste animé par cette passion »…

Golf Planète a rencontré, entre greens et vignes, Gaëtan Mourgue d’Algue, âgé aujourd’hui de 81 ans, retiré avec sa famille dans ses terres du Bordelais, […]

18 septembre 2020 | HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS

Open de France féminin : mais qui a été la première femme pro de golf ?

Open de France féminin : mais qui a été la première femme pro de golf ? Un rubrique d’Histoire du golf, Par Philippe Palli En 1929, les […]

4 août 2020 | HISTOIRE

PGA Championship : La belle histoire des frères Hebert

Il ne s’agit pas de la famille de notre Benjamin Hébert qui participe cette semaine au PGA Championship au TPC Harding à San Francisco. Mais […]

7 juin 2020 | HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS

Et Pierre Lafitte créa la golfeuse de France

Pierre Lafitte est le créateur de la Coupe Femina. Epreuve en stroke-play qui représente le Championnat de France Dames de 1908 à 1922 avant de […]

12 mai 2020 | Operation Happy Tummy

La très belle histoire de Brian, le caddie de Colsaert : du golf à l’humanitaire en Thaïlande

Début mars s’est joué le dernier tournoi de l’European Tour avant le confinement, le Qatar Masters. Brian Nilsson, le caddie australien de Nicolas Colsaert depuis […]

23 mars 2020 | COLLECTOR

Quel fut le premier livre consacré au golf en France ?

Golf Planète parle de livres de golf cette semaine. Mais savez-vous quel est l’auteur du premier livre qui en France a été consacré au golf […]

10 février 2020 | Chance

Un golfeur maladroit sauve la vie d’un homme !

En tentant de retrouver sa balle un golfeur est tombé par miracle sur un octogénaire victime d’un AVC et coincé dans un obstacle.   Adam […]

8 février 2020 | LIVRES

Une biographie de Tiger Woods disponible en français : entre ciel et enfer

Tiger Woods : c’est le titre d’un gros livre (735 pages) qui se lit d’une traite. Parce qu’il s’agit de la biographie d’une légende vivante […]

wedges justin thomas kobe bryant
8 février 2020 | Vente aux enchères

Justin Thomas met aux enchères ses wedges « hommages » à Kobe Bryant

Les quatre wedges SM8 Raw Tour Vokey personnalisés en hommage à Kobe Bryant utilisés lors du Phoenix Open par Justin Thomas sont en vente jusqu’au […]

17 janvier 2020 | Histoire

En 2021 à Saint-Andrews, ouverture de la plus grande bibliothèque consacrée au golf

Voilà une bonne nouvelle qui va réjouir les férus d’histoire du golf et les amoureux de littérature. Alastair Johnston, vice-président de IMG et collectionneur hors […]

22 décembre 2019 | HISTOIRE DU GOLF

Louis Tellier (1886-1921) : de La Boulie à la victoire à l’US PGA

par Philippe Palli Louis Tellier 1886-1921 1913, 1er français à disputer l’US Open. 1914, 1er français à tenter l’aventure Outre-Atlantique. 1916, Membre fondateur de la PGA […]

18 août 2019

L’histoire exemplaire de Simone Thion de la Chaume (2ème partie), par Philippe Palli

« Votre cœur est aussi harmonieux que votre swing et votre âme charmante semble fleurir les greens sur lesquels vous paraissez glisser »