Seve Ballesteros, 10 ans déjà...

Mon pèlerinage à Pedreña, une chronique de Ivan Morris

9 mai 2021

Notre ami irlandais Ivan Morris, un des plus grands spécialistes du golf – avec un handicap à un chiffre depuis 60 ans : qui dit mieux ?? -, nous emmène aujourd’hui dans le nord de l’Espagne, sur la côte cantabrique près de Santander, à Pedreña où est né et mort Seve Ballesteros.

Hommage 10 ans après la disparition à 54 ans de l’immense champion admiré sur tous les continents par les passionnés de ce jeu qu’il a commencé à pratiquer sur la plage avec un vieux fer 3 rouillé offert par son oncle.

En guise de reconnaissance éternelle.


Mon pèlerinage à Pedreña

Par Ivan Morris

Certains vont à la Mecque, d’autres à Lourdes, d’autres encore à la Chapelle Sixtine ou à Saint Jacques de Compostelle en suivant « le camino ».

Ma femme et moi, nous préférons nous rendre à Pedreña, ce petit village de pêcheurs du nord de l’Espagne qui abritent 1 500 âmes à 18 kilomètres de Santander par la route et bien moins par la mer. La baie de la ville portuaire se cache à l’abri des montagnes cantabriques.


Avril 1957 / Mai 2011


C’est ici à Pedreña qu’est né, en avril 1957, Seve Ballesteros, où il a grandi, où il est allé à l’école et où il a appris à jouer au golf. Il n’a jamais vécu nulle part ailleurs tout au long de sa vie.

La plage de sable doré s’étend sur des kilomètres. Le voyage en bateau à travers la baie depuis Santander a été pour nous une expérience émouvante car on savait que Seve avait fait exactement le même voyage si souvent le long de la cote à bicyclette.

Après la mort de Seve en mai 2011, à l’âge relativement jeune de 54 ans suite à une lutte brutale et rendue publique contre un cancer du cerveau, ma femme et moi avons ressenti le besoin d’accomplir ce voyage nostalgique pour rendre un dernier hommage à un golfeur qui nous a fascinés comme nul autre.


Fermier, voleur de balles et joueur de nuit


Incroyablement beau, doté d’un sourire malicieux, Seve a illuminé les fairways du monde . N’allez pas toutefois croire qu’il était un saint ! Notamment aux yeux des membres de l’ultra-privé Real Pedreña Golf Club, souvent énervés par ce jeune garçon, ce petit voisin fermier qui cherchait les balles de golf dans les buissons ou se faufilait la nuit sur le parcours pour jouer quelques trous.

Même aujourd’hui, une certaine ambivalence que certains jugeront sociale envers Seve perdure : pas de musée, une seule statue mal exécutée, presque rien à l’intérieur du club-house… Rien ne rend justice aux réalisations d’un champion hors-pair. La « Seve Room », peu achalandée, présente un collage sans imagination de photographies banales dont aucune n’est liée à la terre de Seve. Tout cela est difficile à croire dans un pays où l’art est généralement si flamboyant. Seul le parcours de golf dessiné par Harry Colt, vallonné, bien entretenu, plaisant, est à la hauteur de la réputation de Seve Ballesteros.


Roi d’Espagne et Roi du monde


Depuis des siècles, la famille royale espagnole possède un superbe palais de l’autre côté de la baie de Santander. Aucun membre de cette famille royale n’a imaginé un seul instant que sous leur nez, l’un des éternels rois du golf serait le fils d’un voisin fermier, qui avait appris seul à jouer sur son propre parcours imaginaire qu’il dessinait sur la magnifique plage cantabrique. En frappant des balles de golf abandonnées avec un fer 3 rouillé que lui avait donné son oncle Ramon Sota. C’est sur cette plage que Seve a construit son jeu de golf qui allait lui offrir cinq majeurs entre 1979 et 1988. Son style et son panache lui ont valu une popularité et une renommée mondiales qu’une vie trop courte n’a pas entamées :  son impact sur le jeu de golf reste à tout jamais.

De nombreux habitants de Pedrena vivent dans des maisons bien aménagées, d’apparence chère et magnifiquement décorées qui sont empilées en terrasses au-dessus de la baie de Santander.

Celle de Seve a trois étages de stuc rouge, de bon goût et de bois sombre, mais ne se démarque pas particulièrement. Construit sur un promontoire au-dessus du golf (près du point le plus élevé de Pedreña) et surplombant la plage, il n’est qu’à quelques centaines de mètres de la simple ferme où il est né. Un bronze patiné, de la célèbre silhouette de Seve, secouant son poing en triomphe dans une réaction inoubliable après le putt gagnant lors de l’Open 1984 à St.Andrews est monté sur la porte d’entrée. Ballesteros l’a appelé El Momento, « le plus grand moment de ma carrière » : il n’avait alors que 27 ans.


Des coups miracles tout le temps


Ce qui a rendu Seve Ballesteros si unique, c’est sa capacité à se connecter avec des fans qui l’adoraient. Il les a hypnotisés quand l’un de ses drives survolait leurs têtes ou quand il sortait ces coups magiques aussi improvisés que réussis.  

Peter Alliss avait déclaré que Seve était l’homme des «coups miracles». Ballesteros lui-même n’était pas d’accord. « Les miracles n’arrivent pas très souvent ; par contre, je frappe ces coups tout le temps ! ». Seve et son «El Momento» sont inscrits pour toujours dans l’Histoire et je suis heureux que nous ayons fait notre pèlerinage à Pedreña.

Ivan Morris

Photos Golf Planète

 

Dans la même catégorie
La chronique de Philippe P. Hermann

L’art d’oublier des magiciens

Avez-vous vu jouer Phil Mickelson au PGA Championship à Kiawah Island ? Transparent depuis des mois il a ressorti de son sac des coups qu’on […]

Hommage du Royal et Ancient

Seve Ballesteros, mort il y a 10 ans, toujours présent dans le cœur des golfeurs…

Le 7 mai 2011, Seve Ballesteros disparaissait à l’âge de 54 ans, vaincu par un cancer du cerveau diagnostiqué deux ans auparavant. Le R&A vient […]

tom weiskopf architecte golf
La chronique de Philippe Hermann

Tom Weiskopf, grand talent tout en discrétion

195 centimètres sous la toise, Thomas Daniel Weiskopf est, sans aucun doute, le plus grand architecte du golf contemporain… Quant à ses parcours, nombre d’entre […]

Seve Ballesteros Photo Harry How / Getty Images North America / Getty Images via AFP
La Chronique de Philippe Hermann

Le plein de Seve

Vendredi 9 avril, le Masters se rappellera que Seve Ballesteros est né ce jour-là, il y a 64 ans. Cette année, le souvenir est teinté […]

HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS, par Philippe Palli

Henri de Noailles, duc de Mouchy, président de la Fédération Française de Golf (1923-1940 et 1945-1946)

Après avoir présenté le rôle fondamental joué par Pierre Deschamps lors de la naissance du golf en France, Golf Planète vous propose de partir à […]

Histoire du golf français, par Philippe Palli

Yves Botcazou (1881-1953) : l’incroyable histoire du pro manchot de La Boulie

 » Il faudrait avoir quatre bras pour pouvoir faire quelque chose de bien  » avait lancé un jour Arnaud Massy. Sur la Lune certainement ! […]

reed getty SIMON BAKER / AFP / Getty
Chronique de Philippe Hermann

Patrick Reed, plus naïf que tricheur ?

Courte leçon de choses… Déplacer sa balle ne serait-ce d’un millimètre au golf, sans le dire, et c’est la honte. Rapporté au quotidien de chacun […]

Une chronique de Philippe Palli

Histoire (2ème partie) : Pierre Deschamps, le père du golf français

Golf Planète vous présente la deuxième et dernière partie de l’article que Philippe Palli a consacré à Pierre Deschamps, le père du golf français. Il […]

La voix du golf

Repose en paix, Peter Alliss ! par Ivan Morris

Je ne pardonnerai jamais au R&A d’avoir mis fin à son accord annuel avec la BBC pour diffuser une couverture télévisée en direct de The […]

GOLF ART

Hubert Privé : expositions itinérantes dans les golfs régionaux et projets toujours fous !

Hubert Privé est cet artiste passionné de golf dont les oeuvres formidables célèbrent avec talent, humour et beauté son amour toujours en fusion pour ce […]

Partenariat

Michel Rivière, un des premiers sponsors de Victor Perez, nous parle du champion, de golf et de son entreprise

Victor Perez va accomplir un rêve cette semaine : fouler le parcours d’Augusta, les clubs à la main, et jouer un Masters pour la première […]

ENTRETIEN

Para-Golf : Vincent Helly, nouveau champion de France, nous parle de golf et d’autisme

Vainqueur du Pas de Calais Handigolf 2020, Vincent HELLY, 25 ans, atteint de troubles autistiques, est le nouveau Champion de France Para-Golf 2020. Golf Planète […]

ENTRETIEN

Christian Ledan nous livre ses souvenirs, ses projets, ses leçons de vie au moment de son départ de Canal+

Christian Ledan quitte Canal+ pour prendre sa retraite professionnelle. Autant le dire tout de suite, il va manquer comme des centaines de témoignages, lui rendant […]

HISTOIRE ET PHOTOS

Le Che, Fidel et le golf : révolution, sport et humour

Deux actualités nous ont plongés dans nos dossiers d’histoire pour tout savoir sur le rapport que le révolutionnaire cubain Che Guevara entretenait avec le golf. […]