Pourquoi le Masters est le plus grand tournoi au monde ?

Augusta, un monde VRAIMENT à part

29 mars 2021
The Masters Photo by JAMIE SQUIRE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Si Augusta National Golf Club connaît un défaut, un seul, c’est son adresse en Géorgie profonde. Pour le reste, le premier tournoi majeur de l’année est d’une classe hors normes devant le rideau comme en coulisse.

Quel plaisir de retrouver, une fois l’an, l’Augusta National Golf Club pour suivre et raconter « The Masters Tournament ». Enfin, quand le satané Covid 19 le permet. Pour la presse, ce sera globalement une nouvelle année sans, mais un heureux public sera accepté à faible dose pour sa 85e édition dans quelques jours. On s’en réjouit pour l’ambiance.

 

Expansion à grands coups d’acquisitions 

Pourquoi cette préférence marquée pour le plus jeune tournoi du Grand Chelem face à un monument tel l’Open Championship même disputé à St Andrews? Les scribes que nous sommes empilent les raisons.

Le Masters est le seul championnat se déroulant chaque année sur le même parcours, enfin presque, tant d’importantes retouches peu visibles sont entreprises d’une édition à l’autre. Ainsi le club a-t-il acquis une bande de terrain mitoyenne aux trous 13 et 15 pour les rallonger sous la direction de Tom Fazio.

Par ailleurs, nouveau propriétaire de dizaines d’hectares séparés du terrain de jeu par Berkmans Road, importante route municipale, le club l’achète, chamboule le territoire récupéré pour retoucher le green du No 4, et allonger le No 5 sur recommandation de son Président Fred S Ridley.

Et, pas économe, il finance 500 mètres plus loin les quatre voies de la New Berkmans Road. Avant que le « National » connaisse un souci de trésorerie… Ici, l’argent n’est pas un problème. Jamais.

 

Toujours en mouvement

On reste quand même surpris et admiratif en découvrant, d’une édition à l’autre, de nouveaux aménagements comme cette série de “townhouses” mises à disposition des grands sponsors pour la réception de leurs invités, ou encore le nouveau “Berkmans Place” qui a l’air d’être là depuis des lustres en bordure du No 5.

Cette récente structure d’accueil est dédiée aux invités ou amis VIP des vestes vertes (les membres). Le coût du ticket d’entrée est infesté de zéros… Une fois sur place, les hôtes ont le choix entre plusieurs bars et restaurants à titre gracieux, ou de jouer au putter, pour des tournées de Corona, sur des reconstitutions des greens du 7, 14, et 16. Le tout entre deux visites au parcours et aux champions par un accès réservé.

 

Aménagements et réaménagements

Le vaste carrefour, passage obligé des visiteurs après les sas de contrôle-sécurité de l’entrée, a été réaménagé en 2018 pour encadrer un énorme “Masters Patron Shop”, vaste surface de vente de toutes sortes de produits « logotés Masters » où 64 caisses attendent les cartes bancaires.

Impressionnant, autant que le centre de presse ouvert en 2017 et son espace de travail en amphithéâtre suréquipé qui sera si peu occupé ce 5 avril. Les superlatifs manquent. Ce bâtiment à l’allure très “sud profond” tient du palace avec tous les services et prestations imaginables, hors chambres et piscine.

 

©DR Philippe Herrmann

©DR Philippe Herrmann

 

Unique et incomparable

Il est relié au club-house et au practice par des voies souterraines réservées aux voiturettes qui assurent une liaison permanente. Il n’y a vraiment rien de comparable dans le monde, même dans les pays où l’excès en tout n’est pas un défaut.

Augusta National et son Masters ont de quoi s’attirer les plus grands compliments. Ajoutez-y les exceptionnelles qualités du parcours, classé le plus souvent dans le Top 3 mondial.

Comment faire mieux quand bien même le club n’est pas exempt de tout reproche en raison de particularismes malvenus que le critique citera pour réduire la personnalité unique du « Masters Tournament ».

 

Des interdis d’une autre époque

Ainsi est-il interdit de courir, règle un peu contournée à l’ouverture des portes très tôt le matin, quand il s’agit d’aller occuper la meilleure place autour d’un green pour s’y poser toute la journée sur un siège pliable, de couleur verte bien sûr.

Personne ne piquera, ni la place, ni le siège pliant quand le “patron” (spectateur en jargon local) s’absente. Ailleurs, il est interdit de s’asseoir n’importe où, voire de s’étendre pour un dodo ou un bain de soleil. Les pieds nus sont tout aussi bannis que les smartphones hors journées d’entraînement.  Etre pincé avec un iPhone, même éteint en poche, conduit le fautif à la porte.

 

Les boissons ou aliments dans un conditionnement aux marques visibles n’entrent pas. Les glacières en tout genre sont aussi bannies. Pas d’escabeau, ni de périscope pour apercevoir les stars par-dessus les quinze rangées de spectateurs devant soi.

Et, comble du comble aux Etats-Unis, pas question de porter une casquette, visière à l’envers, dans l’enceinte du club, remarquée très vite par une surveillance de tous les instants assurée par des centaines d’agents en uniformes ou non.

 On peut apprécier ou non ces astreintes qui n’affectent pas vraiment le grand spectacle offert.

Heureusement, son ambiance chauffe avec la participation de spectateurs connaisseurs ayant payé cent quinze dollars par jour pour en être. De l’ordre de 50 000 en édition normale, ils ne seront peut-être que 15 000 en avril prochain. Choisis par le hasard, ces bienheureux sont avertis par e-mail comme ceux qui n’iront pas.

Tous, ils figurent depuis des lustres sur une liste où la file d’attente est largement plus fournie, ce qui fait l’affaire des habitués du marché noir, installés au moins à plus de 1600 mètres de l’entrée pour faire commerce, sans souci légal, de tickets récupérés et revendus à des prix insensés.  
 

©DR Philippe Herrmann

 

And the winner is…

En quittant Amen Corner et Golden Bell, le fameux No 12 dont le par 3 se mêle souvent de choisir le vainqueur au dernier tour, le “patron”, heureux de sa journée, passera forcément par les allées du Merchandise Center. Il y dépensera, dit-on, 800 dollars (670 euros) en moyenne.

A 15000 ou 50000 spectateurs/jour pendant une semaine, faites le calcul !

Le « Masters Tournament » a tout, gros sous compris, pour chatouiller l’ego des trois autres majeurs qui prétendent, chacun à leur tour, être le plus beau, affirmation difficile à défendre, leurs profils ne permettant pas une juste comparaison.

Philippe P. Hermann
Golfers & Co

 

Photo principale ©JAMIE SQUIRE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Mots-clés :
The Masters
Dans la même catégorie
Jonathan Caldwell
Scandinavian Mixed, 4e tour

Première pour Caldwell sur le Tour. Caudal 52e

Son 47e départ sur le Tour européen aura donc été le bon. Jonathan Caldwell décroche son premier succès au plus haut niveau grâce à un […]

perez top 5 video
TOURNOIS PROS

Victor Perez et Paul Barjon à l’US Open au programme de la semaine

Tous nos yeux seront rivés cette semaine sur la Californie pour le 115e US Open que les tricolores Victor Perez et Paul Barjon joueront. Perrine […]

La plus grande et la plus ancienne compétition amateur

Derniers jours pour s’inscrire à la 121e Biarritz Cup (11-18 juillet)

Tous les ans au mois de juillet à Biarritz, le Golf du Phare accueille la plus importante et la plus ancienne des épreuves françaises réservée […]

Règles

Pourquoi Mark Hensby a pris 10 coups de pénalité jeudi sur le PGA Tour ?

Mark Hensby est un joueur professionnel australien de 49 ans qui participait cette semaine au Palmetto Championship à Congaree. Très heureux d’être présent parce que […]

Coaching technique avec Simon Camirand, pro PGA

Comment gagner de la distance au driver avec un simple exercice ??

Voici un petit exercice de rotation, proposé par Simon Camirand, notre ami canadien pro PGA, qui va vous faire gagner de la distance au driver […]

min lee lpga
LPGA Mediheal Championship, 3e Tour

Min Lee nouvelle leader, Albane Valenzuela dans le top 5

Grâce à un excellent moving day, Albane Valenzuela s’est donnée le droit de rêver à un premier titre sur le LPGA. Il faudra battre ce […]

Palmetto Championship, Tour 3

Hadley porte son avance à 4 coups avant la dernière journée

Chesson Hadley est bien parti pour décrocher sa première victoire sur le PGA Tour depuis 7 ans. Il possède 4 coups d’avance sur Harris English […]

Jon Rahm
Majeurs 2021

Jon Rahm de retour à l’US Open après son test positif au Covid

Les services de santé ont validé la participation de Jon Rahm à l’US Open sur le parcours de Torrey Pines la semaine prochaine. Contraint de […]

2e journée à la Grange aux Ormes

Jules Gris rejoint la tête à l’Open de la Mirabelle d’Or

Avec une autre belle journée au Golf de la Grange aux Ormes, l’Italien Jacopo Vecchi Fossa (à gauche sur la photo), 26 ans, a grimpé […]

kristof ulenaers
Challenge de Cadiz, Tour 3

Ulenaers s’envole, Ravetto dans le top 15

Impérial depuis le début de la semaine sur l’Iberostar Real Club de Golf Novo Sancti Petri, le jeune Belge de 22 ans Kristof Ulenaers a porté […]

scandinavian mixed
Scandinavian Mixed, Tour 3

Parité en tête, Caudal décroche

Bien remontée lors de la deuxième journée, Anne-Lise Caudal, dernière représentante tricolore en lice, a trébuché samedi à Göteborg lors du 3e tour du tournoi […]

Histoire du golf

Célébration du 200e anniversaire de la naissance de Old Tom Morris

La semaine prochaine, sur le beau parcours du Royal Dornoch au nord de l’Écosse, sera célébré le 200e anniversaire de la naissance de Old Tom […]

LPGA Mediheal Championship, 2e Tour

Danielle Kang seule en tête, ça passe pour Albane Valenzuela et Céline Boutier

Sur le LPGA, Albane Valenzuela et Céline Boutier ont connu un deuxième tour plus compliqué ce vendredi au Lake Merced Golf Club. Elles seront tout […]

Palmetto Championship, Tour 2

Hadley en tête, Dustin Johnson en chasse, Koepka à la trappe

Chesson Hadley restait sur une série de 5 cuts manqués consécutifs mais cette semaine son jeu semble en mesure de l’aider à vaincre la malédiction […]