Ryder Cup

Ce que les USA doivent changer pour la prochaine Ryder Cup

8 octobre 2023
Team USA RYDER CUP Photo by Patrick Smith/Getty Images

Même si l’équipe européenne a été extrêmement brillante à Rome, cette Ryder Cup 2023 est aussi celle de l’échec de l’équipe américaine, très décevante à bien des égards. Pour regagner le trophée dans deux ans, et plus encore pour parvenir à stopper une série de défaites assez incroyable sur le Vieux continent, les USA doivent se remettre en question.

 

Par G.B.

La fin des copains d’abord

Le choix des six picks de Zach Johnson est évidemment critiquable après coup. Au moment de l’annonce de ses choix, personne n’a pourtant crié au scandale. Mais Keegan Bradley surtout, et peut-être aussi Lucas Glover, Cameron Young et Tony Finau pouvaient s’estimer lésés d’avoir été oubliés. En choisissant Rickie Fowler, Jordan Spieth et Justin Thomas, le skipper américain a clairement opté pour des joueurs plus expérimentés mais aussi très amis. Or, si l’option « les copains d’abord » a le mérite de consolider l’ambiance du vestiaire, elle a ses limites.

Les « buddies » ont d’ailleurs été très décevants à Rome, voir catastrophiques pour Fowler (peut-être touché par un virus, mais qui, bizarrement, a été lancé dès la première session) et Spieth. Deux points et demi à eux trois en trois jours de compétition pour une seule victoire (Justin Thomas en simple face à Sepp Straka, 2up) !

Lorsque la règle des six wild-cards avaient été mise en place par la PGA of America, certaines voix s’étaient élevées pour juger que cela donnait trop de latitude au capitaine et que cela pouvait léser des joueurs placés tout près de la « qualif » ou sur une pente ascendante.

 

L’attitude désinvolte de Koepka… 

Steve Stricker, le capitaine victorieux à Whistling Straits il y a deux ans, avait choisi l’adage « privilégions des joueurs qui arrivent en forme ». Zach Johnson a pris une autre route. Elle n’a pas fonctionné.

Même le choix de Brooks Koepka, intermittent du spectacle sur le LIV Golf, peut être remis en question. Son attitude désinvolte, notamment lors des fourballs de vendredi en compagnie de Scottie Scheffler, a été pointée du doigt par de nombreux observateurs sur place.

D’autres « LIVers » comme Dustin Johnson ou Bryson DeChambeau auraient-ils été plus impliqués ? On ne le saura jamais mais il est difficile d’imaginer que ces deux-là auraient apprivoisé les particularités du Marco Simone Golf & Country Club, qui ne favorisait guère les gros frappeurs. Comme au Golf National d’ailleurs… Il n’empêche, DJ avait inscrit 5 points en 5 matches à Whistling Straits. Son absence à Rome a peut-être pesé.

Quant à la décision d’associer trois fois en double Spieth et Thomas, dont une fois en foursomes, alors que le premier nommé était à côté de ses pompes, on ne peut que penser qu’il s’est agi avant tout d’une histoire de copinage…


 

Mettre fin aux non-dits

Plusieurs sujets ont émergé à Rome sans que l’on ait pu vraiment démêler le faux du vrai. Certes, le secret d’un vestiaire est précieux, mais l’opacité de communication de Zach Johnson (parfois pétrifié devant le micro) a laissé les journalistes souvent pantois. Après la déroute du premier jour, le capitaine a laissé entendre qu’un mystérieux virus avait touché son équipe. On n’a pas pu en savoir plus, mais certaines sources proches de l’équipe ont démenti cette situation.

Et puis, bien sûr, il y a eu l’affaire de la casquette de Patrick Cantlay. Le journaliste anglais de Sky Sports Jamie Weir a été le premier à sortir « l’information” selon laquelle Cantlay aurait refusé de porter la casquette de son équipe car les joueurs ne sont pas rétribués pour leur participation à la compétition biennale.

 

Payés en Presidents Cup, pas en Ryder Cup…

Alors que les fans européens se sont emparés du sujet pour chambrer le californien, l’équipe, elle, a plutôt fait bloc autour de son joueur qui a d’ailleurs réagi de la plus belle des façons en arrachant une victoire improbable en quatre balles (avec Wyndham Clark) par la grâce de son putter (1up face à la paire Fitzpatrick-McIlroy). Passons vite sur la maladresse de Joe LaCava. Passons aussi sur le démenti du joueur qui a assuré que la casquette ne lui allait pas…

Des sources concordantes confirment bien que plusieurs joueurs (Cantlay, mais aussi Xander Schauffele) sont mécontents de jouer « gratuitement » la Ryder Cup (ils se voient chacun attribuer une somme de 200 000 dollars qu’ils doivent reverser à une œuvre caritative alors qu’ils sont payés en Presidents Cup).

On peut estimer que l’appât du gain des joueurs américains est assez malaisant, compte tenu de leur statut de « déjà très riches ». C’est davantage, selon nous, le fait que le problème ne soit pas ouvertement abordé entre la PGA of America, ses dirigeants et le « Team USA » qui pose question. Année après année.

 

 

Choisir un capitaine à poigne

Zach Johnson, le gentil (trop ?) Zach Johnson, a semblé un peu dépassé par le poids de l’événement, notamment dans sa communication. Les USA ont peut-être abordé cette édition avec trop de confiance. Surtout après la raclée (19-9) infligée dans le Wisconsin à une Team Europe totalement dépassée. Nombreux sont ceux qui avaient alors prophétisé une équipe américaine « rajeunie et talentueuse » comme ultra dominatrice pour les dix prochaines années, au moins, en Ryder Cup.

Lors des parties de reconnaissance en amont de la Ryder Cup, rappelons aussi que l’équipe n’était pas au complet, pour diverses raisons (Cantlay et Schauffele absents, Spieth auprès de sa femme qui venait d’accoucher).

Après le Tour Championship, la finale des playoffs de la FedEx Cup, plusieurs joueurs ont observé une pause de cinq semaines, ce qui est assez énorme. Le calendrier du PGA Tour n’est pas la responsabilité du capitaine, comme l’a dit lui-même ZJ, mais il y avait sûrement mieux à faire pour mobiliser les troupes plus tôt en amont de la compétition.

Les USA ont besoin d’un capitaine qui va donner la chair de poule à ses joueurs. Un capitaine qui dégage une autorité et une aura naturelle. Evidemment, un nom se dégage pour Bethpage dans deux ans. Tiger Woods. Certains anciens joueurs américains ont même estimé que le Tigre (capitaine-joueur victorieux en Presidents Cup 2019 en Australie) devrait doubler le capitanat jusqu’à 2027, à Adore Manor en Irlande. Car le grand défi qui attend les Américains est de gagner sur le Vieux continent. Cela fait trente ans qu’ils n’y sont plus parvenus.

« Je ne veux pas lui mettre la pression, mais on a besoin de lui, a estimé Davis Love III sur Golf Channel. Il est le choix logique. C’est à lui de décider… »

 

 

Trouver des joueurs talisman, penser au collectif

Evidemment, quand vous perdez 8 des 11 dernières éditions, il est difficile de trouver des joueurs symboles sur lesquels vous pouvez vous appuyer, pour apporter des points d’abord, mais aussi pour générer le feu de la passion dans l’équipe et pour intégrer au mieux les rookies. Severiano Ballesteros a été le premier en Europe. Nick Faldo (en tant que joueur), Colin Montgomerie, Sergio Garcia pour ne citer que les principaux, ont aussi été ceux-là. Aujourd’hui, Rory McIlroy, et à un degré moindre, Jon Rahm, ont repris ce rôle dans une équipe Bleue et Jaune très rajeunie.

Qui pourrait être le joueur iconique des USA ? Les « stats » de Rickie Fowler sont catastrophiques, celles de Scottie Scheffler (très marqué par sa défaite record 9&7 en foursomes), Brooks Koepka ou Jordan Spieth peu reluisantes.

On pense évidemment à Justin Thomas, un peu plombé dans sa performance globale à Rome par son partenaire de double. JT a la fibre USA, la fibre Ryder Cup. Mais la difficulté, c’est l’individualisme forcené de la majorité des joueurs américains. C’est presque une culture locale. Les « nice guys » Max Homa et Tony Finau pourraient peut-être, dans le futur, obtenir un peu plus de responsabilités dans cette équipe toujours divisée, comme elle l’était du temps de Phil Mickelson et de Tiger Woods.

Et puis l’Europe a aussi toujours eu une culture d’intégration des caddies à la performance de l’équipe. Cela compte dans un vestiaire. Dans son discours d’ouverture, Zach Johnson a cité les femmes des joueurs, mais à peine évoqué les caddies. Luke Donald, lui, les a très souvent mis en avant. Esprit d’équipe quand tu nous tiens…

 

 

Penser au présent, anticiper l’avenir

Rasmus Højgaard ne s’est pas qualifié pour cette Ryder Cup 2023 pour laquelle il a bataillé pendant deux ans, mais il a accouru à Rome quand Luke Donald lui a proposé de venir jouer un rôle d’assistant. Et pas seulement pour venir encourager son frère Nicolaï.

 

 

Souvent, l’Europe a choisi d’intégrer des jeunes joueurs dans le staff pour qu’ils puissent découvrir le décorum de la Ryder Cup avant même d’y participer. La gabegie individualiste du capitanat de Nick Faldo à Valhalla est depuis longtemps oubliée.

Et surtout, les Etats-Unis, eux, n’ont jamais retenu les leçons du passé.

Les futurs joueurs américains qui pourraient un jour intégrer l’équipe ne sont pourtant pas difficiles à identifier. Faire venir Will Zalatoris, Sahith Theegala, ou même Cameron Young est-il si difficile à concevoir ? Pour l’Europe, la victoire à Rome ne s’est pas faite en trois jours. Pour les Etats-Unis, elle doit débuter au plus vite.

 

Photo : Patrick Smith/Getty Images

Dans la même catégorie
Matthieu Pavon ©The Masters
The Masters

Les 5 clés de la performance de Matthieu Pavon à Augusta

Pour son premier Masters, Matthieu Pavon a réussi une performance de premier plan en terminant au 12e rang, le meilleur résultat d’un Français à Augusta. […]

Tour 4

Le top 5 des plus beaux coups de la dernière journée du Masters

On vous a sélectionnés les cinq plus beaux coups de la dernière journée du Masters 2024. Coups de fers laser, chip et sortie de bunker […]

BoutierWInMaybank Yong Teck Lim Getty AFP
Tournois pros

Boutier et Delacour au Chevron Championship, Pavon finalement seul français au RBC Heritage … Tout le programme de la semaine

Cette seizième semaine de l’année s’annonce tout aussi alléchante que la dernière ! C’est au tour des féminines de disputer leur premier Majeur de la […]

Scottie Scheffler Ted Scott Photo by Warren Little / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Morceaux choisis

Un caddie record, le fils de Tiger Woods au practice et l’envie de boire de Max Homa sont dans le récap’ du 4e tour du Masters d’Augusta

Ce qu’il faut aussi retenir du 4e tour du 88e Masters d’Augusta, c’est dans le récap’ en chiffres et en petites phrases recueillies à la […]

Matthieu Pavon ©The Masters
Classement mondial

Matthieu Pavon gagne trois places et atteint son meilleur classement mondial en carrière

Logiquement, l’ascension de Matthieu Pavon vers les sommets du golf mondial se poursuit avec le meilleur classement jamais atteint par le Bordelais suite à sa […]

Jon Rahm Scottie Scheffler Photo by JAMIE SQUIRE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Gains

Combien chaque joueur a-t-il gagné au Masters d’Augusta ?

L’Augusta National Golf Club a annoncé que la dotation du Masters 2024 serait de 20 millions de dollars, un nouveau record pour le premier tournoi […]

Top chef'

Scottie Scheffler, béni de Dieu

En s’adjugeant son 2e Masters, Scottie Scheffler assoit un peu plus encore son écrasante domination sur le golf mondial. Le futur père de famille n’est […]

Matériel

Dans le sac de Scottie Scheffler, vainqueur du Masters d’Augusta

Impérial ce dimanche pour enfiler sa deuxième veste verte, Scottie Scheffler a pu s’appuyer sur un sac mixte. S’il est équipé en majorité par son […]

Tour 4

Scottie Scheffler s’offre une deuxième veste verte en trois ans !

En difficulté sur les trous de l’aller, Scottie Scheffler a fait la différence sur le retour tout en bénéficiant du naufrage de ses adversaires directs, […]

Tour 4

Matthieu Pavon : « Top 15, ça reste une bonne semaine ! »

Quelque peu frustré de ne pas avoir battu le parcours sur quatre tours, Matthieu Pavon dresse néanmoins un bilan très positif de sa première expérience […]

Tour 4

Le top 3 des coups de Matthieu Pavon de la dernière journée

Matthieu Pavon a encore régalé lors de cette dernière journée au Masters. On a sélectionné ses trois plus beaux coups. Du petit jeu d’artiste, du […]

Tour 4

Tiger Woods, une 100e au goût amer

Auteur de son plus mauvais tour dans un Masters la veille (82), Tiger Woods a fait un peu plus illusion ce dimanche à Augusta. Mais […]

Terre Blanche Ladies Open, Tour 3

Sara Brentcheneff, 16 ans, deuxième à Terre Blanche

L’amateure Sara Brentcheneff a frôlé la victoire ce dimanche à Terre Blanche. La Suédoise Anna Magnusson s’est emparée de la mise grâce à une belle […]

Météo

Pas de vent, du soleil… Ça va envoyer du lourd aujourd’hui à Augusta

Les rescapés du cut vendredi espéraient enfin vivre une telle journée ! Du soleil, de la chaleur et, surtout, pas de vent. De quoi s’en […]

Ludvig Aberg ©The Masters
Tour 4

Morikawa, Åberg et Scheffler en route pour l’histoire au Masters d’Augusta ce dimanche

Si Tiger Woods ne rivalisera pas avec les meilleurs pour son 100e round à Augusta ce dimanche, trois joueurs sont en mesure de rentrer dans […]

Tour 4

Le top 5 des enjeux pour Matthieu Pavon avant la dernière journée à Augusta

Matthieu Pavon aborde le dernier tour du Masters à une excellente 16e place. Pour sa première participation, il pourrait battre quelques records en cas de […]

Rory McIlroy ©The Masters
Morceaux choisis

La volonté d’aller au bout de Tiger Woods, la possibilité d’abandon de Scottie Scheffler et le drive record de Rory sont dans le récap’ du 3e tour du Masters d’Augusta

Ce qu’il faut aussi retenir du 3e tour du Masters d’Augusta, c’est dans le récap’ en chiffres et en petites phrases recueillies à la sortie […]

Tee times

Matthieu Pavon avec Sepp Straka pour un dernier tour qui promet…

Matthieu Pavon, pour son premier Masters, aura partagé ses quatre tours avec trois membres de la dernière équipe européenne de Ryder Cup à Rome. L’Anglais […]

Tour 3

Scheffler prend une toute petite option. Pavon en quête d’un historique top 10

Ultra grand favori de ce Masters 2024, Scottie Scheffler confirme son statut en prenant seul à -7 (209) les commandes du tournoi avant le dernier […]

Tour 3

Matthieu Pavon : « J’aimerais juste finir ce tournoi sous le par… »

Auteur d’une carte de 74 (+2), Matthieu Pavon recule à la 16e place du Masters. A +1 (217), le Français n’est qu’à deux coups du […]

Tour 3

Le top 5 des coups du 3e jour à Augusta

La troisième journée du Masters a été un véritable « Moving Day » avec de nombreux changements de leadership mais aussi, à l’image de Scottie Scheffler et […]

Tour 3

Rory McIlroy et Jon Rahm, en panne sèche

Deux des nombreux favoris à la victoire cette semaine à Augusta n’ont plus aucune chance de l’emporter avant même le dernier tour ce dimanche. Rory […]

Dotation

Combien vont-ils gagner ?

Combien va gagner le vainqueur du Masters ? Le tournoi est doté au total de 20 millions de dollars. Découvrez la répartition des gains pour […]

Tour 3

Danny Willett, l’improbable vainqueur en 2016, est dans le coup pour la gagne

Opéré de l’épaule juste après le BMW PGA Championship à la mi-septembre 2023, son absence devait osciller entre 12 et 18 mois. Présent cette semaine […]

Météo

Le vent va encore souffler ce samedi à Augusta…

Si on ne renouera pas avec les cadences infernales de la veille, le vent sera une fois encore une clé importante de ce Moving Day […]

Tour 2

Le vent les a rendus fous : Viktor Hovland manque 10 cm !

Les rafales de vent qui ont balayé l’Augusta National toute la journée de vendredi ont eu parfois raison des nerfs des champions, à l’image de […]

Tiger Woods ©The Masters
Morceaux choisis

Le record de Tiger Woods, le drive de mammouth de Bryson DeChambeau et la complainte sur le jeu lent de Tyrrell Hatton sont dans le récap’ du 2e tour du Masters d’Augusta

En chiffres et en petites phrases, ce qu’il faut aussi retenir de la deuxième journée à Augusta.    Les gars devant nous étaient si lents. […]

Tour 2

Le top 5 des coups du 2e jour à Augusta

La deuxième journée du Masters s’est jouée dans des conditions dantesques, avec un vent violent. Les champions ont souffert à Augusta, mais certains ont quand […]