Interview

Victor Perez : « Le PGA Tour, l’objectif de tous les joueurs… »

24 janvier 2023
Victor Perez Photo by Warren Little/Getty Images) (Photo by Warren Little / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images via AFP

Après sa première victoire dans les Rolex Series, dimanche à Abu Dhabi, le héros du jour, Victor Perez, est revenu sur sa progression retardée par la pandémie de Covid-19 et sur la manière dont il a retrouvé ses sensations cet hiver.

 

Vous gagnez dès le début de la saison, alors qu’il y a la Ryder Cup en septembre. Comment se sent-on après une telle victoire ?

Je sentais que je m’étais bien préparé, en prenant le temps de travailler ce que je voulais travailler. C’est difficile et c’est rare d’y arriver, car la saison est tellement chargée, avec tellement de tournois. Ce n’est pas évident de bien s’entraîner, et il faut aussi se reposer. J’ai décidé de ne pas jouer du tout en décembre pour bien préparer la saison suivante, avec bien sûr la Ryder Cup en ligne de mire.

J’ai pris une claque (sur le PGA Tour), j’ai dû faire preuve d’humilité, mais c’est souvent comme ça dans une carrière

Quand sont arrivés les premiers signaux positifs ?

La semaine dernière (Ndlr, à la Hero Cup), j’ai pu commencer à voir où en était mon jeu, en match play, avec un partenaire pour m’aider. Guido (Migliozzi) m’a tiré d’affaire plusieurs fois. Du coup, je donnais l’impression de bien jouer, et là tout d’un coup je me retrouve tout seul. J’ai fait un bon simple contre Jordan (Smith) dimanche (Ndlr, victoire 4&2), ça m’a donné confiance, mais ce n’était qu’un round de golf. Alors arriver ici et mettre tout ensemble sur 72 trous, sur un parcours difficile, avec le vent, en n’ayant joué qu’un seul round dans des conditions plus fraîches, vendredi matin, je ne peux être que ravi de cette victoire.

Cette victoire change-t-elle vos objectifs pour la saison à venir, notamment par rapport aux dix droits de jeu à gagner sur le PGA Tour  ?

Idéalement, je pense que c’est l’objectif de tous les joueurs. Et nous avons de la chance que le DP World Tour nous donne cette opportunité. Ce sera plus facile d’aller sur le PGA Tour avec ces dix cartes à prendre en fin de saison. Et comme les Rory McIlroy et autres Jon Rahm seront qualifiés d’office, il sera possible d’obtenir une carte en étant autour de la 20e place en Europe, sans avoir besoin d’être forcément dans le top 50 mondial. Parce que si on n’a pas assez de points, il faut faire des grosses performances ou aller aux finales du Korn Ferry Tour pour avoir une chance… C’est très difficile. On peut être appelé à la dernière seconde pour jouer un tournoi. C’est un peu comme si on jouait à l’extérieur, d’une certaine manière. Nous ne sommes pas toujours les bienvenus, l’environnement est différent, et il faut prouver qu’on est capable de bien jouer dans des gros tournois.

Vous étiez un temps pressenti pour jouer le Saudi International. Pourquoi avez-vous changé votre fusil d’épaule ?

Je me suis posé la question mais mes deux objectifs de début de saison sont de décrocher une des dix cartes qui ouvrent les portes du PGA Tour et de me qualifier pour la Ryder Cup. Je voulais prendre un bon départ et j’ai réussi à le faire. La dotation est plus importante évidemment au Saudi (Asian Tour) mais je ne dois penser qu’à marquer le plus possible de points. Donc j’irai à Ras el Khaïmah après cette semaine à Dubaï. Ensuite, je ferai une pause certainement.

Les gens vivent et respirent le golf en Ecosse, ils sont toujours en train de nous soutenir, ils veulent vraiment qu’on réussisse, mais ils ne sont pas intrusifs du tout

Qu’est-ce que ça vous fait de finir premier des « Ecossais » ? Et qu’est-ce que ça vous apporte de vivre en Ecosse ?

C’est fantastique. Je vis en Ecosse depuis six ans, et la culture du golf, dans tout le Royaume-Uni, c’est quelque chose qui m’aide dans le développement de mon jeu. Les gens vivent et respirent le golf en Ecosse, ils sont toujours en train de nous soutenir, ils veulent vraiment qu’on réussisse, mais ils ne sont pas intrusifs du tout. Ici, les gens ont beaucoup de respect pour les golfeurs professionnels, et les Ecossais sont toujours contents de nous voir nous entraîner au practice, sans nous déranger.

Vous avez aussi changé de lieu de vie en passant de Dundee à Edimbourg…

Oui, on a franchi un palier (rires) ! Je vis désormais à Edimbourg et je m’entraine au Renaissance Golf Club, qui reçoit le Scottish Open. J’espère encore pour quelques années. Les conditions sont parfaites pour s’entraîner, je me sens comme chez moi avec d’autres joueurs écossais. On est très bien reçus. Ce n’est pas très loin de là où je vis maintenant et avoir la possibilité de jouer sur un parcours d’un tel niveau vous oblige à être performant. Il y a toujours du vent, ou quelque chose qui rend le parcours “challenging”.

Le golf européen est-il en train de progresser selon vous ?

Je pense que le golf européen est en très bonne forme et on l’a vu la semaine dernière à la Hero Cup. Ca me fait encore plus plaisir que mes résultats personnels. Il y a beaucoup d’Européens qui commencent à bien jouer sur le PGA Tour. Certains étaient à la Hero Cup la semaine dernière. Ils ont bien joué, et là ils retournent sur le PGA Tour. Cela nous inspire, c’est quelque chose que nous souhaitons tous faire.

Ce n’est pas réaliste de penser qu’on va rester dans le top 5 ou le top 10 mondial pendant 15 ans. C’est possible, mais ça demande beaucoup de travail

En 2019, vous étiez 29e au classement mondial, c’était une bonne année pour vous. Après il y a eu le Covid. Qu’avez-vous fait depuis et comment expliquez-vous que ça aille mieux depuis la fin de l’année dernière ?

C’était vraiment difficile pour moi parce que j’étais sur une belle série de performances, à la fin de l’année 2019 et jusqu’au début de 2020. J’ai fini 2e à Abu Dhabi en 2020 sur l’autre parcours, celui qu’on a joué la semaine dernière (Ndlr, Abu Dhabi Golf Club), et j’étais vraiment au sommet de ma forme. J’étais entré dans le top 50. Mon rêve était en train de se réaliser… Jouer le Masters, jouer les Majeurs, devant beaucoup de monde. Et tout d’un coup, d’un jour à l’autre, tout s’est arrêté. Il y a eu des morts, c’est terrible, donc il fallait arrêter, c’est certain, et des mesures ont été mises en place pour qu’on puisse jouer à nouveau.

Regrettez-vous cette première expérience sur le PGA Tour ?

Quatre mois plus tard, le PGA Tour repartait, avec des règles précises, mais pour moi c’était très difficile parce que j’ai dû m’exiler aux Etats-Unis. On ne pouvait pas s’entraîner au Royaume-Uni, pendant une longue période. Et si je regarde en arrière, il y a deux ans, ce n’était pas réaliste de penser que je pourrais obtenir des résultats en Amérique alors que je n’avais pas joué au golf pendant quatre mois, contre des gars qui s’étaient entraînés et connaissaient les parcours. C’était injouable.

Pensez-vous, avec le recul, que vous auriez dû rester en Europe ?

J’ai peut-être été un peu candide, mais je n’allais pas non plus m’arrêter complètement de jouer. Alors ok, j’ai pris une claque, j’ai dû faire preuve d’humilité, je suis revenu en Europe, mais c’est souvent comme ça dans une carrière. Il y a forcément des hauts et des bas, des bonnes années et des mauvaises années. Ce n’est pas réaliste de penser qu’on va rester dans le top 5 ou le top 10 mondial pendant 15 ans. C’est possible, mais ça demande beaucoup de travail.

 

Photo: Warren Little/Getty Images Europe via AFP

Dans la même catégorie
Terre Blanche Ladies Open, Tour 3

Sara Brentcheneff, 16 ans, deuxième à Terre Blanche

L’amateure Sara Brentcheneff a frôlé la victoire ce dimanche à Terre Blanche. La Suédoise Anna Magnusson s’est emparée de la mise grâce à une belle […]

Météo

Pas de vent, du soleil… Ça va envoyer du lourd aujourd’hui à Augusta

Les rescapés du cut vendredi espéraient enfin vivre une telle journée ! Du soleil, de la chaleur et, surtout, pas de vent. De quoi s’en […]

Tour 4

Le top 5 des enjeux pour Matthieu Pavon avant la dernière journée à Augusta

Matthieu Pavon aborde le dernier tour du Masters à une excellente 16e place. Pour sa première participation, il pourrait battre quelques records en cas de […]

Tee times

Matthieu Pavon avec Sepp Straka pour un dernier tour qui promet…

Matthieu Pavon, pour son premier Masters, aura partagé ses quatre tours avec trois membres de la dernière équipe européenne de Ryder Cup à Rome. L’Anglais […]

Tour 3

Scheffler prend une toute petite option. Pavon en quête d’un historique top 10

Ultra grand favori de ce Masters 2024, Scottie Scheffler confirme son statut en prenant seul à -7 (209) les commandes du tournoi avant le dernier […]

Tour 3

Matthieu Pavon : « J’aimerais juste finir ce tournoi sous le par… »

Auteur d’une carte de 74 (+2), Matthieu Pavon recule à la 16e place du Masters. A +1 (217), le Français n’est qu’à deux coups du […]

Tour 3

Le top 5 des coups du 3e jour à Augusta

La troisième journée du Masters a été un véritable « Moving Day » avec de nombreux changements de leadership mais aussi, à l’image de Scottie Scheffler et […]

Tour 3

Rory McIlroy et Jon Rahm, en panne sèche

Deux des nombreux favoris à la victoire cette semaine à Augusta n’ont plus aucune chance de l’emporter avant même le dernier tour ce dimanche. Rory […]

Dotation

Combien vont-ils gagner ?

Combien va gagner le vainqueur du Masters ? Le tournoi est doté au total de 20 millions de dollars. Découvrez la répartition des gains pour […]

Tour 3

Danny Willett, l’improbable vainqueur en 2016, est dans le coup pour la gagne

Opéré de l’épaule juste après le BMW PGA Championship à la mi-septembre 2023, son absence devait osciller entre 12 et 18 mois. Présent cette semaine […]

Météo

Le vent va encore souffler ce samedi à Augusta…

Si on ne renouera pas avec les cadences infernales de la veille, le vent sera une fois encore une clé importante de ce Moving Day […]

Tour 2

Le vent les a rendus fous : Viktor Hovland manque 10 cm !

Les rafales de vent qui ont balayé l’Augusta National toute la journée de vendredi ont eu parfois raison des nerfs des champions, à l’image de […]

Tour 2

Le top 5 des coups du 2e jour à Augusta

La deuxième journée du Masters s’est jouée dans des conditions dantesques, avec un vent violent. Les champions ont souffert à Augusta, mais certains ont quand […]

Tee times

Pavon en très belle compagnie ! Les parties du 3e tour à ne pas manquer

Un petit air de Ryder Cup Europe flottera au-dessus de la paire Ludvig Åberg-Matthieu Pavon ce samedi Augusta. Le Suédois et le Français sont associés […]

Tour 2

Jeu de massacre à Augusta. Homa, DeChambeau et Scheffler résistent. Pavon aussi…

Le 2e tour du Masters 2024 s’est achevé quasiment à la tombée de la nuit. Dans des conditions de jeu très difficiles en raison d’un […]

Tour 2

Tiger Woods, un nouveau cut pour entrer dans l’histoire du Masters

Après avoir joué 73 (+1) ce vendredi matin, Tiger Woods a enchaîné avec un bon 72 (par) malgré des conditions de jeu rendues difficiles par […]

Zone mixte

Matthieu Pavon : « Je m’aligne toujours pour gagner le tournoi… »

Malgré un vent omniprésent et tourbillonnant ce vendredi à Augusta, Matthieu Pavon, après un 70 (-2) bouclé dans la matinée, a signé une carte de […]

Open PGA de Mont-de-Marsan

Augustin Holé s’impose à Mont-de-Marsan

Auteur d’un excellent 65 (-6) ce vendredi, Augustin Holé a remporté l’Open PGA de Mont-de-Marsan en play-off face à Pep Angles Ros et Théo Boulet. […]

Tour 1

Jordan Spieth se saborde avec un quadruple bogey

Quadruple bogey… Jordan Spieth a commis un quadruple bogey sur le trou n°15 de son premier tour du Masters. Une mésaventure qui rappelle celle qu’il […]

Masters champion Scottie Scheffler ©The Masters
Tour 1

Le top 5 des coups du jour à Augusta

La pluie, puis le vent… La météo de la première journée du Masters n’a pas facilité la tâche des champions, mais ils ont quand même […]

Tour 1

Matthieu Pavon réussit son entrée au Masters avec un très solide 70 (-2) !

Pour ses débuts dans l’antre de l’Augusta National, Matthieu Pavon s’en sort très bien puisqu’il signe ce vendredi matin un excellent 70 (-2) avec trois […]

Tour 1

DeChambeau leader provisoire, Scheffler juste derrière, Pavon au contact… avant la nuit

Comme redouté, le premier tour du Masters 2024 n’a pu aller à son terme, stoppé par la tombée de la nuit. Bryson DeChambeau est un […]

Tour 1

Bryson DeChambeau frappe très fort d’entrée…

Convoqué en partie 5 à 11h18 (17h18 en France), Bryson DeChambeau a tout simplement signé sa meilleure carte au Masters en huit participations. Un 65 […]

Bad luck

Tiger Woods va-t-il résister à la pluie et au vent ?

Présent cette semaine à Augusta pour son 26e Masters, Tiger Woods ne bénéficie pas du meilleur draw possible, rendu un peu plus compliqué encore avec […]

Premier tour

Le jeu retardé à Augusta en raison de la pluie. Coup d’envoi prévu à 10h30 locale (16h30 en France)

Les fortes précipitations qui s’abattent depuis le milieu de la nuit sur Augusta obligent l’organisation du 88e Masters de l’histoire à reporter les départs du […]

Présentation

Vers un duel Scheffler-McIlroy ?

La lutte tant attendue entre les deux grands favoris de ce Masters 2024 s’annonce épique. Réussiront-ils à confirmer leur statut alors qu’une bonne demi-douzaine de […]

Cadeau empoisonné

Le Par 3 Contest pour Rickie Fowler, Matthieu Pavon se contente d’un +4 (31)

Avec un score total de 22 (-5), Rickie Fowler décroche la victoire dans le très champêtre concours de par 3. Il devance de deux coups […]

Pluie et orages

La météo s’annonce chaotique ce jeudi pour le premier tour à Augusta

Le premier tour de cette 88e édition du Masters sera fortement perturbé par les éléments. Pluie, orages et vent sont attendus dès la matinée. Pas […]