Destination golf : Kauri Cliffs, le bijou inoubliable de Nouvelle-Zélande

22 décembre 2019

Un reportage de Denis Machenaud

Au pays du long nuage blanc comme on a coutume d’appeler cette terre où les Maoris firent souche, le golf n’a plus rien à prouver, il est tout simplement magnifique à qui sait le découvrir par tous ses aspects . Le plus spectaculaire étant représenté par les deux porte-étendards situés dans l’île du Nord, Kauri Cliffs et Cape Kidnappers . Exceptionnels à tous points de vue, encensés par la critique qui les place tous les deux dans les 10 meilleurs parcours mondiaux non américains, c’est dire !

Ce n’est pas un conte de Noël mais ç’aurait pu l’être ! Quoi de plus agréable en effet pour un golfeur que d’être invité à jouer sur l’un des 100 plus beaux parcours de golf de la planète, sans l’avoir vraiment demandé … C’est pourtant ce qui m’est arrivé au cours de l’été 2013 alors que je me trouvais au bout du monde avec mon frère Bertrand, fidèles supporters de son fils Maxime, demi de mêlée de l’équipe de France de rugby, lors de ce qui s’avèrera comme une tournée « de muerte » chez les fameux All Blacks, lesquels infligèrent à nos Bleus  de cuisantes défaites, cela pour l’anecdote …

Entre deux avions et par manque de temps pour explorer toutes les facettes du golf néo-zélandais,  nous souhaitions nous frotter en toute modestie aux deux plus beaux parcours de l’île.  Pour des raisons d’intendance, nous ne pûmes accéder au fabuleux golf de Cape Kidnappers, réalisé par le célèbre architecte américain Tom Doak, trop loin de notre lieu de villégiature. Par contre, pour l’autre, tout aussi fameux, Kauri Cliffs, l’affaire paraissait jouable . Nous décidâmes de tenter le coup . Rendez-vous fut pris avec le Directeur, pour une partie  à une heure très matinale, eu égard au transport depuis Auckland . Celui-ci nous demanda d’être ponctuels, probablement en raison de la fréquentation supposée … Tellement excités à l’idée de poser le tee dans un environnement qu’on nous disait « de toute beauté » , nous partîmes dès potron -minet avec notre voiture de location en direction du golf,  plus de 4 heures par des routes désertes et belles, au bord de l’apoplexie, angoissés de ne pas arriver à temps .  On ne nous avait tout simplement pas dit que le lieu était si secret, si difficile à repérer, surtout pour des Européens ignorant tout de l’endroit .

Par bonheur, à 8 h pile, le Directeur en fait, était déjà là pour nous accueillir .  Une première satisfaction ! Alors que nous nous apprêtions à payer notre dû – un green fee qu’on ne peut pas oublier, dépassant les 500 dollars australiens à l’époque, aussi élevé que Pebble Beach ou Cypress Point en Californie – la situation prit une tournure différente . En voyant notre nom sur le registre, notre ami nous regarda et d’un air plus qu’intéressé, nous demanda si nous étions de la même famille que le joueur de l’équipe de France en tournée et qui devait d’ailleurs affronter les  redoutables  Blacks dès le lendemain soir dans l’antre de l’Eden Park d’Auckland . Nous répondîmes par l’affirmative, ce qui eut le don de nous faire rentrer sans le vouloir vraiment dans le cercle très fermé des invités du Club. La preuve, s’il en était besoin, que le rugby occupe là-bas une place vraiment à part … Apprenant que l’un de nous deux était en plus Journaliste, a fortiori de golf, nos liens se resserrèrent rapidement et nous pûmes ainsi profiter gracieusement de tout, également du matériel, balles et buggy compris … Ah le nombre de balles égarées dans ces roughs aux splendides herbes hautes souvent impénétrables, aussi sauvages que ceux de Pevero en Sardaigne – pour les amateurs –  ou des links écossais … à tel point que la partie s’arrêta plus tôt que prévu, quelques trous avant la fin, panne de munitions oblige et, il faut le dire aussi, à cause d’un vent de folie qui nous broya littéralement les os et … la carte ! 

Qu’importe ! Un peu dépités par le résultat très décevant mais pas immérité, nous fûmes pris de fou rire en voyant l’ampleur du score mais, en rentrant au club-house – chut ! rien de tout cela ne devait paraître – nous prononçâmes quelques banalités d’usage pour remercier chaleureusement  notre interlocuteur – lequel adorait la France – après ce cadeau incroyable, un véritable conte de Noël avant l’heure !

Cerise sur le gâteau : la sur-fréquentation supposée dont il avait été question lors de la réservation  n’était qu’une illusion .  Les doigts d’une seule main suffisaient pour compter les golfeurs ferraillant sur le parcours toute la matinée . A croire qu’il avait été fermé spécialement pour nous – on devient vite mytho, n’est-ce pas ! –  pauvres petits frenchies et tout heureux d’être là  …                  

Maintenant, revenons à nos moutons – néo-zélandais bien sûr !

Le golf, là-bas,  n’est pas une religion comme peut l’être le rugby mais fait partie des sports très populaires, avec quelques 500 000 pratiquants répartis sur 400 parcours, pour moins de 5 000 000 d’habitants .  Une prouesse qui fait rêver ! Les Néo-Zélandais sont réputés parmi les plus sportifs au monde, à la fois un peuple de marins mais aussi de joueurs de rugby bien sûr et de toutes sortes d’autres  disciplines . Il faut dire que le décor s’y prête à merveille, l’île du Nord davantage tournée vers la mer, celle du Sud vers des sports de nature et d’aventure, souvent extrêmes .

Le pays a connu ses heures de gloire avec des champions comme Bob Charles, meilleur putter mondial de toute une décennie  … aujourd’hui .

Mais qu’en est-il plus précisément de ce parcours  incroyable ? Visuellement parlant, c’est probablement l’un des plus beaux décors qu’on puisse imaginer . Au pays où fut tourné « le Seigneur des Anneaux » on se doutait que le paysage ne serait pas banal . De là à imaginer un tel environnement …

Situé à l’extrême nord de l’île du nord  – la Nouvelle Zélande se partage en deux morceaux de terre bien distincts – le golf de Kauri Cliffs domine la mer du Pacifique et la Bay of Islands . Un peu à la manière de Spérone en Corse, avec 15 trous en surplomb de  l’océan  dont 6 juste au-dessus des falaises . Un peu à la manière d’Étretat, bordé lui aussi par les falaises, ou du fameux New South Wales GC dans le sud de l’Australie, vous savez, ces golfs « carte postale »  qui laissent un souvenir à tout jamais dans la vie d’un golfeur .

Deux trous se partagent le label de « trou-signature » : le n°7, par 3 presque de poche – slice interdit ! –  avec, en fond, le grand écran en cinémascope des îles Cavalli, plus près la plage de sable blanc et, en bas, le green blotti, prêt à basculer dans la mer …  et le n° 16  pour d’autres . A chacun sa préférence !

Techniquement, on pourrait le résumer comme l’a fait le champion américain, Brandt Snedeker en le qualifiant de « Pebble Beach sur-vitaminé » (« on steroids » dans le texte) . L’aller descend du club-house en direction de la mer avec des fairways relativement étroits à la retombée puis s’élargissant ensuite pour des approches plus relaxantes . Rough difficile à maîtriser, on le sait, avec un vent latéral dont il faut absolument tenir compte sous peine de « payer » cher, très cher …

Le retour remonte mais pas franchement une promenade de santé, il faut puiser dans ses ressources physiques pour conserver sa lucidité mais encore et toujours un très beau spectacle qui console de toutes les difficultés . Le grand architecte américain, Rees Jones, ne l’a que très légèrement modifié il y a quelques années, persuadé que Dame Nature était déjà si belle qu’il ne fallait pas trop y toucher . Comme il a eu raison !

Alors, oui, et même si mon frère et moi avions dû faire chauffer la C.B pour l’occasion, la journée serait restée miraculeuse .

Et pour ceux qui ont été séduits, si vous vous trouvez non loin de là, en Australie ou ailleurs à l’occasion d’un voyage, ne ratez pas ce rendez-vous . Et sachez que les green fees ont, depuis cette année 2013, baissé de façon conséquente … On dit même qu’il suffirait de prendre sa licence à la Fédération nationale pour profiter du tarif résidents nettement moins élevé. A bon entendeur …

DM

 

 

 

Dans la même catégorie
27 janvier 2020

Torrey Pines : Marc Leishman solide vainqueur, Rahm et Rory derrière, Woods 9e

C’était la semaine des Australiens : Marc Leishman a gagné à Torrey Pines le Farmers Insurance et Lucas Herbert s’est imposé à Dubai. Leishman termine […]

27 janvier 2020

Innovation golf : quatre étudiants de Rouen inventent une balle bio dégradable 

Lors de notre récente enquête sur le « Golf et l’Environnement » parue dans  GOLF PLANÈTE en octobre-novembre 2019, nous évoquions les recherches aux États-Unis sur la […]

27 janvier 2020

Comment progresser cette année ??

Une chronique de Florian Cettour-Meunier Comment progresser cette année? Voici une bonne question, en cette période de début d’année où il est coutume d’avoir de […]

26 janvier 2020

LPGA : Céline Boutier 4e en Floride, à la Suédoise Madelene Sagstrom la victoire

Céline Boutier, 26 ans, a réalisé une nouvelle performance : la jeune Parisienne qui brille sur le circuit LPGA a fait un top 5 en […]

Anne-Charlotte Mora of Fance
26 janvier 2020

La joueuse amateur Anne-Charlotte Mora décroche un droit de jeu sur le LET en 2020

En terminant 10e à +3 la jeune joueuse amateur nantaise Anne-Charlotte Mora s’est procurée la catégorie 8a sur le Ladies European Tour en 2020. Manon […]

26 janvier 2020

Torrey Pines : Rahm leader, Palmer et McIlroy derrière, Woods s’accroche

Le dernier tour du Farmers Insurance Open à Torrey Pines s’annonce passionnant ce dimanche soir. Tous à vos postes (de télévision).  Jon Rahm a claqué […]

25 janvier 2020

Céline Boutier 5e à cinq coups de la tête en Floride

Six birdies pour un petit bogey et un 67 : Céline Boutier est en 5e position à -10 en Floride, à cinq coups de la […]

victor perez
25 janvier 2020

Victor Perez : « Une très bonne chance pour demain »

Retour en images sur la fantastique performance de Victor Perez à Dubaï lors du 3e tour. Le Tarbais occupe la 2e place à la veille […]

Amy Boulden
25 janvier 2020

LET Cartes d’accès 2020 : 6 Françaises en course pour le dernier tour

Après 4 tours disputés sur les parcours Nord et Sud de la Manga en Espagne, 6 joueuses tricolores ont franchi le cut et défendront leurs […]

25 janvier 2020

Dubaï : Victor Perez 2e à un coup de Wu avant le dernier tour

Victor Perez a encore une fois brillé sur l’European Tour en prenant la deuxième place à l’Omega Dubai Desert avant le dernier tour : il […]

25 janvier 2020

Torrey Pines : Ryan Palmer en tête devant Snedeker, Woods, Rahm et McIlroy bataillent

À Torrey Pines, pour le Farmers Insurance, Ryan Palmer (photo PGA) a rendu une belle deuxième carte de 62 pour prendre la tête alors que […]

24 janvier 2020

Céline Boutier confirme et se place dans le top 10 en Floride

Après deux tours du Gainbridge à Boca Raton en Floride, Céline Boutier est 7e à -6 (71, 67), à seulement 4 coups de la Suédoise […]

24 janvier 2020

Beef contre Hovland : on tire au sort les clubs !

Une amusante vidéo d’un défi original à Dubai !     Beef 🆚Hovland #LuckOfTheDraw 🇦🇪#ODDC @OMEGAGolfDubai pic.twitter.com/d0glMwwGQj — The European Tour (@EuropeanTour) January 24, 2020 […]

24 janvier 2020

Le Ladies European Tour dévoile un calendrier alléchant

Après la nomination d’Alexandra Armas à la tête de la direction exécutive du Ladies European Tour, le circuit féminin européen a dévoilé son calendrier ce […]

24 janvier 2020

Natalie Gulbis, clap de fin après la saison

Natalie Gulbis vient d’annoncer que 2020 serait sa dernière saison sur le circuit professionnel. À vrai dire, on pouvait penser qu’elle était déjà à la […]

24 janvier 2020

Torrey Pines : Woods démarre bien, McIlroy et Rahm très bien, Cappelen et Bradley en tête

À Torrey Pines, on attendait le retour du Tigre : il a répondu présent lors du premier tour du Farmers Insurance qui se déroule cette […]

tiger stinger video
23 janvier 2020

Vidéo : Tiger vous explique son secret pour faire son fameux Stinger

Dans cette vidéo postée par son équipementier TaylorMade Tiger Woods révèle les clés pour réaliser un des coups qu’il maitrise quasi à la perfection le […]

thomas pieters
23 janvier 2020

Dubaï : Pavon et Langasque à 2 coups du leader Thomas Pieters

Le Bordelais Matthieu Pavon et l’Azuréen Romain Langasque occupent jeudi soir la 3e place provisoire du classement dans le deuxième tournoi du Desert Swing . […]

tiger torrey pines
23 janvier 2020

Tiger Woods sur son parcours favori de Torrey Pines pour un 83e titre ?

On le sait : Tiger Woods aime ce parcours californien de Torrey Pines où se joue à partir de ce jeudi le Farmer’s Insurance. Entre 1998 […]

22 janvier 2020

LET : 15 Françaises en course pour un droit de jeu à La Manga

La finale des cartes d’accès du Ladies European Tour (LET) a débuté ce mercredi et se poursuivra jusqu’à dimanche sur les parcours nord et sud […]