Préparation physique

Le mal de dos dont souffre Tiger et qui guette tous les golfeurs

8 février 2021

Hantise des golfeurs, le mal de dos peut vous tenir à l’écart de votre sport favori pendant de longues semaines. Chez les pros il peut même briser une carrière. Tiger Woods qui vient de subir une nouvelle opération en est malheureusement l’un des nombreux exemples. Notre expert ostéopathe nous explique en détail de quoi il s’agit.

 

Même si cela peut paraître étonnant, au cours du downswing la pression qui s’exerce sur les derniers disques intervertébraux équivaut à environ 6 fois le poids du corps. Si on ajoute à ces contraintes de pression les efforts de torsion induits par le swing, on comprend aisément que la colonne vertébrale puisse, à la longue, poser quelques problèmes. Et c’est particulièrement vrai au niveau lombaire.

Ces troubles, qui sont une des principales causes d’arrêt prématuré de la pratique du golf chez les professionnel(le)s, se retrouvent souvent à la une de l’actualité, comme c’est une nouvelle fois le cas pour Tiger Woods.

 

Relativiser les causes

Que ce soit chez les professionnel(le)s ou chez les amateurs, quand un problème de ce genre survient, il faut se poser la question d’une potentielle faiblesse anatomique pré- existante avant d’incriminer le golf comme cause première. Il est en effet tout à fait possible, dans bon nombre de cas, que la pratique du golf n’en soit que le révélateur.

Une analyse fine du corps par imagerie médicale, un bilan de la statique et du swing par lui-même apporteraient ici beaucoup d’éléments de réponse sur les causes réelles ou probables. Cette anamnèse apporterait aussi quelques pistes sur le pronostic, même si les prédictions doivent toujours être très prudentes.

Pour bien comprendre ce qui se passe dans le bas de notre dos au moment du swing, il faut replacer les choses dans leur contexte anatomique et biomécanique.

 

Plus qu’un disque, un amortisseur

La partie basse de la colonne vertébrale est constituée de cinq vertèbres dites lombaires. Massives et très résistantes, elles reçoivent l’essentiel du poids de notre tronc. Elles sont empilées les unes sur les autres mais forment une colonne incurvée, et non verticale.

Cette position a ses avantages mais elle peut aussi être source de conflits et de tensions mécaniques, avec des répercussions dans toute la région.

Entre chacune de ces vertèbres se trouve un disque dit « intervertébral ». Le terme de « disque » intervertébral est finalement assez peu évocateur de la réalité anatomique et du fonctionnement de cette structure anatomique. En fait, il faut plus penser « amortisseur » et « rotule ».

Ce disque est composé schématiquement de deux parties avec, d’une part, en périphérie des lamelles fibreuses arrangées un peu à la manière des couches concentriques d’un oignon et de l’autre, au milieu, un noyau qui a la consistance d’un gel.

Quand on repense à la forme incurvée (creux des reins) de la colonne lombaire, on comprend facilement que les disques intervertébraux doivent adapter leur forme pour suivre les mouvements de la colonne vertébrale. Je vous laisse imaginer leur déplacement au cours du swing.

Que se passe-t-il pendant le swing ?

Reprenons l’exemple du downswing. Sous l’effet de la pression, les disques sont écrasés entre les vertèbres. Avec 6 fois la pression du poids du corps, on peut parler d’écrasement. Le noyau central ne pouvant être compressé puisqu’il contient beaucoup d’eau, pousse sur les lamelles de façon très intense.

Et, dans le même temps, ces lamelles périphériques sont mises en tension par la rotation du tronc.

Résultat : après des milliers de contraintes répétées, le disque peut s’affaisser et le noyau peut faire lâcher progressivement les lamelles jusqu’à « sortir » du disque. C’est ce que l’on appelle une hernie discale.

Les douleurs de Woods

Cette protrusion de gel qui fait saillie à l’extérieur du disque rencontre souvent des éléments nerveux qui se trouvent à proximité de son point de sortie et avec lesquels elle entre en conflit. Cela déclenche des douleurs (de type sciatique, par exemple) plus ou moins intenses. Tiger Woods a ainsi évoqué une gêne, puis une douleur ressentie dans sa jambe droite pendant des mois, avant d’être contraint à sa première opération.

 

Philippe Chéoux
Kinésithérapeute & Ostéopathe DO Chestam.com

Suite de l’article : Repérer les signes avant-coureurs et prévention. (La semaine prochaine)

 

Dans la même catégorie
Illustration GP - Pour ne pas perdre la balle des yeux
12 avril 2021 | Préparation physique

Gym Oculaire

La semaine dernière, je vous parlais du « cocktail gagnant » pour performer au golf. Dans ce cocktail bien équilibré, la préparation physique tient une […]

5 avril 2021 | Coaching vidéo

Technique : La position parfaite au sommet du swing

Une légère modification de la position de vos poignets au sommet du backswing qui peut vous permettre d’éviter pas mal d’erreurs sur le parcours. Suivez […]

Image illustration Golf Planète (5)
5 avril 2021 | Préparation physique

Le cocktail gagnant de la performance

La performance golfique est le résultat d’un savant mélange, parfaitement dosé, de techniques, d’aptitudes physiques, de gestion du mental et d’un zeste de chance. Je […]

paroles d'expert illustration Poignet
29 mars 2021 | Préparation physique

Pourquoi prendre soin de ses poignets est essentiel ?

La pratique du golf sollicite beaucoup les membres supérieurs de la main à l’épaule et, en particulier, l’ensemble des articulations qui forment le poignet. De […]

29 mars 2021 | Coaching mental

Score et performance au golf (partie I), par Florian Cettour-Meunier

Score et performance au golf : faut-il viser le résultat ou la performance ? Pour vous, quel est le plus important ? Notre PGA et coaching […]

Parole Experts putting analyse cixous
22 mars 2021 | Paroles d'Experts

Comment une analyse de putting peut vous faire gagner 2, 3 ou 4 points par partie ?

Améliorer vos stats au putting ne nécessite pas d’aptitude physique particulière. Pourtant ce compartiment du jeu peut vous faire gagner facilement 2, 3 ou 4 […]

15 mars 2021 | Préparation physique

La quête du X-Factor : avantages et risques

La biomécanique du golf permet de mieux comprendre comment le corps bouge pendant le swing. Quels sont ses appuis ? les forces en présence ? […]

Touche Pas à Mon Swing
8 mars 2021 | Parole d'Experts

Touche Pas à Mon Swing : Pourquoi privilégier un hybride plutôt qu’un fer ?

Dans ce premier épisode de notre nouvelle série, TPMS, Kevin Turlan vous explique comment gagner plusieurs coups par parcours en optant pour un club hybride […]

Illustration vidéo offerte Golf Planète
8 mars 2021 | Préparation physique

Exercices en Vidéo : Equilibre et proprioception

Il est impressionnant de voir combien les swings s’enchaînent avec toujours le même équilibre du corps, quelles que soient les situations de jeu et la […]

cheville expertise preparation physique chestam
1 mars 2021 | Préparation physique

La cheville ouvrière du swing

Vous le savez, Tiger Woods a été victime d’un grave accident de voiture et nous lui souhaitons un très bon rétablissement pour avoir le plaisir […]

Putting Tempo cixous golf skills
1 mars 2021 | Parole d'Experts

Dosage au putting : améliorez votre tempo !

Jean-Pierre Cixous nous reçoit dans son labo de Golf Skills et nous pose la question : Le putter doit-il accélérer au moment de l’impact ? […]

22 février 2021 | Préparation physique

Pourquoi il n’est pas utile d’avoir de « gros » muscles pour bien jouer au golf

L’entraînement physique, indispensable à la pratique du golf, doit être conçu et dirigé pour obtenir une parfaite adaptation de la musculature aux besoins spécifiques du […]

15 février 2021 | Parole d'Experts

Trouvez votre grip de putting avec l’expert Jean-Pierre Cixous

Les 4 grips de putting les plus courants expliqués par Jean-Pierre Cixous l’Expert Putting en France qui nous reçoit dans son studio ultra moderne à […]

dos Tiger Woods Andy Lyons/Getty Images/AFP
15 février 2021 | Parole d'Experts : Préparation Physique

Hernie Discale : Repérer les signes avant-coureurs et prévention

Tiger Woods a subi récemment une seconde intervention chirurgicale au niveau de sa colonne vertébrale. Le premier acte avait consisté à retirer un disque intervertébral […]