Publication d'un nouveau arrêté

Rémy Dorbeau : « Voilà ce qui attend les golfs dans les années à venir concernant l’environnement »

7 février 2021

Un important arrêté concernant notamment l’utilisation de produits phytopharmaceutiques dans les golfs et autres terrains sportifs a été publié au Journal Officiel à la mi-janvier.

Golf Planète a demandé à Rémy Dorbeau, président de l’AGREF / Institut Ecoumene Golf & Environnement et directeur du golf de Chantilly, de nous éclairer sur la portée de ce texte de loi et sur les changements que sa publication entrainera sur le quotidien de nos golfs.

Ses réponses sont donc importantes  et pertinentes : il est recommandé à tous de les lire attentivement.


En 2025, les produits de synthèse seront interdits


Golf Planète : Un important arrêté concernant notamment les golfs vient d’être publié au Journal Officiel : que dit- il ?

Rémy Dorbeau : L’arrêté du 15 janvier 2021 complète la loi Labbé qui interdit depuis le 01/01/2017 aux personnes publiques d’utiliser/faire utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, forêts, promenades et voiries (sauf pour des raisons de sécurité …) accessibles ou ouverts au public.

Depuis le 01/01/2019, l’interdiction s’étend aux particuliers. Les jardiniers amateurs ne peuvent plus utiliser ni détenir de produits phytosanitaires sauf ceux de biocontrôle, à faibles risques et autorisés en agriculture biologique.

Les produits phytosanitaires de biocontrôle, à faibles risques et autorisés en agriculture biologique restent cependant utilisables, ainsi que tous les autres produits de protection des plantes (macro-organismes, substances de base).

Sur les golfs, à compter du 1er juillet 2022, les produits phytosanitaires de synthèse ne pourront être appliqués que sur les départs, fairways et greens.

Au 1er janvier 2025, tous les produits de synthèse seront interdits d’utilisation sauf ceux qui seront inscrits sur une liste établie pour une durée limitée par les ministres chargés des sports et  de  l’environnement, pour lesquels aucune solution technique alternative ne  permet d’obtenir la  qualité requise dans le cadre des compétitions officielles.


Des solutions alternatives doivent être trouvées rapidement


 

GP: Face à la réalité des golfs aujourd’hui, comment peuvent s’imaginer les changements à apporter : Quel calendrier ? Quels moyens ? Quels résultats à attendre ? Y – a t-il des golfs qui ne pourront pas se mettre rapidement en conformité avec le décret ?

RD :Les fabricants de produits phytosanitaires financent des recherches depuis une dizaine d’années dans le développement des produits de biocontrôle.

Ces produits ont des efficacités limitées et doivent obligatoirement être intégrés dans une méthode globale d’entretien des gazons dont les résultats actuels ne sont pas comparables à ceux des méthodes chimiques utilisées jusqu’à présent.

L’AGREF au travers de son Institut Ecoumène IEGE effectue depuis 2008 des essais officiels d’efficacité sur des produits, de synthèse ou non, développés par les firmes afin de soutenir une autorisation de mise sur le marché.

70% des substances testées actuellement sont des produits de biocontrôle ou de nouvelle génération. La majorité des 30% restants concernent des substances de bases qui sont susceptibles de se combiner aux solutions de biocontrôle homologuées et d’en améliorer les performances.

Le programme de recherche MODEGE, engagé il y a 6 ans sur nos fonds propres et soutenu par Ecophyto II+, destiné à modéliser l’apparition des maladies a débouché, fin 2020, sur l’élaboration d’une méthode efficace de contrôle de la fusariose hivernale en utilisant de l’huile parafinique.

De nombreuses solutions alternatives doivent être trouvées rapidement pour répondre aux attentes environnementales et sociétales.

Les investissements financiers engagés jusqu’à présent ne suffisent pas et c’est pour cela que la filière s’est engagée autour du fonds de dotation FFGreen créé en novembre 2020 pour conduire, financer tous les projets d’intérêt général en matière de recherche, innovation, soutien aux clubs, formation et de sensibilisation…

Si nos espoirs reposent pour une part sur les progrès dans la sélection de graminées résistantes aux bioagresseurs, de nombreuses problématiques n’ont pas de solutions évidentes à ce jour et nécessiteront de nombreuses années de recherches et d’essais.

Le changement climatique rend les choses complexes et impérieuses. A cela s’ajoutent le suivi et le contrôle des espèces invasives existantes et émergeantes (maladies, insectes ravageurs ou plantes indésirables) qui peuvent rendre la pratique du jeu rapidement impossible.


Les dirigeants mais aussi tous les golfeurs doivent s’engager


GP : Les golfs, sous la pression des normes nationales et européennes mais aussi grâce à une politique volontariste proposée par la Fédération, ont déjà réalisé de gros progrès en matière environnementale. Quels vont être les prochaines étapes ?

La recherche, évidemment, harmonisée au niveau national et international…

La bonne conduite des programmes déjà engagés, comme par exemple Golf pour la Biodiversité, et ceux qui sont en développement…

Mais la réussite de cette transition passera par l’engagement des dirigeants et des golfeurs. Les dirigeants de clubs doivent soutenir leurs intendants qui se retrouvent parfois seuls à assumer ces changements face aux attentes des golfeurs. Les prix des produits et des matériels subissent de lourdes augmentations et maintenir les dépenses destinées à l’entretien des parcours est déjà une prouesse en soi.

Le coût de la transition écologique ne sera pas neutre pour les clubs et il faut d’ores et déjà expliquer aux golfeurs que nos structures ne pourront pas répondre à leurs attentes sans leur fidèle soutien moral et financier.

L’Agref continuera d’investir ses ressources et ses compétences dans la formation professionnelle, l’animation de son réseau professionnel et dans l’expérimentation au travers de son institut IEGE.

La ffgolf s’est engagée depuis de nombreuses années dans la préservation de l’environnement, au service des clubs, et continuera sûrement de s’investir dans la réussite de cette transition écologique indispensable au développement de notre sport.

Dans la même catégorie
Du pâturin à l'agrostide

Environnement : « la conversion de flore » au cœur de la stratégie Bluegreen

Bluegreen souhaite réduire, au sein de ses golfs, l’utilisation de l’eau, des fertilisants et des produits phytosanitaires.  Grâce notamment à « la conversion de flore » : […]

alberti massane golf etudes academie des metiers du golf
Golf Scolaire

Le Golf-Études de Massane fête ses 30 ans

Le golf-études de Massane entame sa trentième année le 13 septembre prochain… et en dépit des aléas Covid, l’année écoulée s’est traduite par des résultats, […]

golf du bassin bleu intendants terrain greenkeeper
Intendants de terrain

Journée des greenkeepers le 14 septembre

L’association britannique et internationale des Greenkeepers a proposé que le 14 septembre prochain soit une journée d’hommage aux intendants de terrain. Après avoir essayé l’idée […]

Créé par Bernard Pascassio

Nouvelle étape pour le Training Center du Golf du Médoc

Tout proche de Bordeaux, le Training Center du Golf du Médoc Resort a été créé en 2013 par Bernard Pascassio dont l’objectif était d’en faire […]

Ecologie

La gestion de l’eau au cœur des préoccupations de Bluegreen

Au sein de ses golfs, Bluegreen travaille à une meilleure gestion de l’eau en optimisant son utilisation. Le but est de recourir à un minimum […]

Qondor déjà dans 4 golfs

Une start-up lilloise propose des parties de golfs payées aux trous réellement joués

Qondor, une start-up des Hauts de France basée à Lille,  lance le paiement des green-fees aux trous réellement joués : plus besoin d’annoncer 9 ou […]

Golf Business

Kalika Conseil : Bernard Pascassio, Denis Fabre, Antoine Ferran et Vincent Paris mettent leurs compétences au service des golfs et des resorts

Bernard Pascassio est un homme du golf français aussi important et respecté que discret. Ce Basque de Ciboure a grimpé tous les échelons de ce […]

DIRECTEURS DE GOLF

Claude Rousseau (Biarritz) : les golfs vont fermer leurs portes et continuer à entretenir les parcours en attendant…

Dernier jour très ensoleillé et chaud avant le reconfinement à Biarritz : beaucoup beaucoup de monde dans la rue, aux terrasses, à la plage (notamment des […]

BUSINESS

Callaway va reprendre Topgolf !

Golf Planète a déjà eu l’occasion de vous parler de ce phénomène sportif, économique et culturel que représente la chaine Topgolf : ces practices très modernes […]

ÉQUIPEMENT

À peine ouvert, le golf de Roissy décolle avec succès !

En avril dernier, en pleine crise sanitaire, Golf Planète avait dévoilé à ses fidèles lecteurs le projet du golf de Roissy. Le 18 septembre, selon […]

TOURISME

Kyle Phillips a rénové son parcours de Verdura

Le célèbre architecte de golf Kyle Phillips est revenu l’an dernier en Sicile pour rénover son parcours de Verdura, affecté par des inondations fin 2018. […]

golf france economie bilan semestre gegf covid boissonnas
Economie - France

Golfs français : entre baisse prévisible et sérieux motifs d’espoir

Les marqueurs de l’activité économique des golfs français relevés tous les trimestres par le GEGF (Groupement des Entrepreneurs de Golf Français) indiquent que les pertes […]

Parcours

De l’air ! une chronique de Kristel Mourgue d’Algue

Golf Planète a le plaisir de publier une chronique de Kristel Mourgue d’Algue, consacrée cette semaine à la présence des arbres sur les parcours.  KMA […]

NOUVEAU RESORT

Rencontre avec Robin Hiseman (EGD), architecte du golf de Okol en Bulgarie

Golf Planète a choisi de suivre des architectes de golf renommés dans leurs projets en cours de réalisation. Après Gil Hanse, le mythique architecte américain […]