LIV Golf Invitational Series

La guerre du golf(e) est déclarée

12 juin 2022

Sécessionnistes, traîtres, cupides… Les 48 golfeurs, qui ont achevé ce 11 juin le premier tournoi du LIV Golf, sont accusés de tous les maux par tous les mots. A tort ou à raison, ils ont participé à un événement historique qui bouleverse déjà l’ordre établi.

 

Ils auront au moins réussi une chose incroyable : faire passer le PGA Tour pour une aimable association caritative qui risque de disparaître diluée dans une pluie de dollars aux effluves de pétrole. Et pourtant, l’histoire du golf a montré que l’argent avait rarement une odeur…

 

De tout temps, les joueurs ont souhaité gagner plus

Des premiers professionnels de la fin du XIXe siècle, accusés par les amateurs (souvent aisés) de dénaturer le jeu, à Arnold Palmer puis Tiger Woods qui ont transformé la discipline en une entreprise de spectacle, l’argent a fini par régner en maître. Il a été, jusque-là, un facteur bénéfique pour le développement du golf.

 

Aujourd’hui, un Etat souhaite verser plus

Maintenant place aux excès. Aujourd’hui, c’est un hydre étatique (l’Arabie saoudite) à trois, quatre, cinq têtes (Greg Norman, Phil Mickelson, Dustin Johnson, Bryson DeChambeau, etc) qui tente de faire évoluer l’entreprise en une multinationale prospère, œuvrant pour son image. Ne nous cachons pas derrière notre pudibonderie ou notre amour du jeu. Il y a une réalité factuelle avec laquelle il faut composer : l’argent !

 

Le golf n’a pas attendu l’Arabie saoudite pour vendre son âme

Toutes autres considérations politiques relèvent tout de même de l’hypocrisie : de nombreux pays mis à l’index utilisent le golf à des fins de “diplomatie par le sport” (SportWashing) et plusieurs sponsors titre du PGA Tour ne sont pas pour ainsi dire des entreprises vertueuses.

Avant de faire chamelier seul, l’Arabie saoudite était en pourparlers avancés avec le DP World Tour qui pourrait d’ailleurs profiter de la situation

 

L’argent est le moteur du swing

Toute considération financière suscite un émoi compréhensible au regard de la situation dans le monde. Les sommes astronomiques sont mêmes, selon Pascal Grizot, irrespectueuses des traditions golfiques. Mais il faut bien comprendre que le golfeur professionnel est avant tout… professionnel, puis golfeur. Le golf est un métier, il n’est plus une passion. Contrairement à nous, pauvres amateurs !

 

Les golfeurs ont attendu l’Arabie saoudite pour vendre leur tradition

Le Sud-Africain Charl Schwartzel vient de remporter le premier tournoi de la ligue dissidente LIV Golf. L’ancien vainqueur du Masters (2011) n’avait plus gagné depuis 2016. Cette année là Schwartzel avait accumulé 2,9 millions de dollars de gains, sa plus grosse somme sur une saison. Au cours des 5 dernières saisons, en moyenne par tournoi le Sud-Af gagnait un peu plus de 65 000 dollars par tournoi.

Samedi le natif de Johannesburg a empoché le montant record de 4,75 millions de dollars (1er en individuel et 1er en équipe), soit le plus important gain de toute l’histoire du golf. Presque le double du montant du chèque reçu par le vainqueur du Masters 2022 Scottie Scheffler. Lors de sa victoire à Augusta en 2011 Schwartzel était reparti avec 1,44 million de dollars. 

Ca peut laisser rêveur, mais c’est surtout démesuré. Et que gagne-t-il d’autre ? C’est là où le mat blesse : tous ses camarades, désormais millionnaires potentiels, sont prêts à ne disputer aucun des tournois traditionnels qui ont nourri l’histoire du golf. Triste, terrible.

Si prompt à défendre les clubs de Premier League menacés par le projet de Super League de foot Lee Westwood est maintenant moqué à son tour pour sa cupidité. Idem pour son compatriote Ian Poulter soit disant attachés à l’histoire du foot européen.

 

 

Gagner plus pour disputer moins

Les plus titrés de ces renégats ne semblent plus accepter la compétition. Sous couvert du bien familial – plus d’argent et plus de temps à consacrer aux proches – ces têtes d’affiche partent pour empocher en moyenne 520 000 $ de gains par tournoi alors que la concurrence est bien moins rude, tant par la qualité que par la quantité des participants. Une retraite dorée on vous dit ! À se demander si le fait de risquer ne plus pouvoir disputer les Majeurs ou la Ryder Cup leur importe vraiment.

 

Le LIV Golf est un show, voire un cirque

Le LIV Golf propose – pour l’instant – une série d’exhibitions à l’enjeu sportif plus que discutable. 48 joueurs, tous invités, pas de cut, un gain de 120 000 dollars pour le plus mauvais d’entre eux Andy Ogletree, +24 sur trois tours et qui n’est pas parvenu à jouer moins de 75 à Londres.

On tend plutôt vers un show à l’américaine, où quelques super-héros ou super-vilains évoluent parmi quelques espoirs et beaucoup d’anciens et de sans-grades. Une petite armée cupide qui semble, non pas vouée à sauver le monde du golf mais bien à le détruire. 

Avec aussi peu d’arguments en faveur de l’équité sportive, il est peu probable que la demande adressée au comité en charge du classement mondial aboutisse tout de suite…

 

Un mal pour un bien ?

Voilà pour les critiques… Place désormais aux faits. Dustin Johnson, Mickelson, DeChambeau, Reed, Garcia, Westwood, Poulter et compagnie peuvent avoir les plus mauvaises raisons du monde, ils ont été les premiers à avoir forcé le golf mondial à se réinventer. En clair, cette intrusion disruptive ne serait-elle pas un mal pour un bien ?

 

Le public et les téléspectateurs ont un rôle à jouer

Il faut bien l’avouer, le golf professionnel gagnerait à être plus accessible à la télévision et plus lisible pour le commun des golfeurs. Est-ce trop demander de suivre dans un seul calendrier mondial, les tournois les plus importants ? De regarder gratuitement le golf sur nos écrans ? Allons-nous à l’encontre de l’esprit du golf en proposant des formules plus resserrées (shot-gun sur 3 tours) avec un habillage plus moderne ?

 

Le PGA Tour devra composer

Au-delà de la désaffection du public, d’éventuelles manifestations d’une association de victimes du 11 septembre lorsque la caravane du LIV Golf arrivera dans l’Oregon à la fin du mois de juin et la perte de sponsors (ce qui fait déjà beaucoup), que risquent les pros  ?

Tout n’est pas encore très clair au royaume du golf pro. Dès le premier coup de golf tapé, le PGA Tour a suspendu les “traitres” qui ne pourront plus s’aligner dans un tournoi du PGA Tour jusqu’à nouvel ordre. Ils sont même déclassés de la FedEx Cup ce lundi.

Concernant le DP World Tour le mystère demeure. Pour l’instant c’est le silence total du côté de Wentworth. Les 800 000 dollars remportés par le plus français des Basques espagnols Adrian Otaegui, lors de ce premier tournoi avec une 6e place, soit plus du double de son plus gros gain en carrière (347 000 euros en Turquie en 2018) vont lui permettre de voir venir…

Mais à pas encore 30 ans, il les aura en novembre, c’est quand même un peu tôt pour renoncer à marcher sur les traces de ses glorieux ainés (Seve Ballesteros, José Maria Olazabal) si une suspension se matérialise. 

Si cette saison, à l’instar de l’US Open, on voit mal les deux autres Majeurs suivre le pas du PGA Tour, le déroulement sportif de l’année prochaine demeure bien obscur. Quels seront les nouveaux critères de sélection et surtout d’invitation ? La bataille se situera-t-elle au niveau des tribunaux ? En clair, l’argent sera-t-il plus fort que le droit ? Le PGA Tour va devoir composer pour éviter de devenir, à terme, sinon un circuit satellite, au mieux un circuit tronqué.

 

Augusta en possible arbitre

Une fois encore les grandes instances qui organisent les 4 Majeurs (sans compter la Ryder Cup) auront leur mot à dire. Il sera surtout intéressant de voir la position d’Augusta en la matière. Dégagé des obligations statutaires internationales, régissant le Masters sur invitation et fort de son histoire, il peut imprimer une tendance : celle de la conciliation ou de la rupture. En attendant, la guerre du golf aura bien lieu…

 

 

©Getty/AFP/DR

 

Dans la même catégorie
golfer-miss-putt-green-illustration Photo by Andrew Redington / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images via AFP
La chronique de Philippe Hermann

Mémoire éléphantesque

Le bon golfeur doit être adroit, souple, résistant, calme et bien doté entre les oreilles pour se remémorer ses parcours au détail près.   Au […]

l'artiste du golf

Hubert Privé lance son cinquième élément !

Après une visite de son showroom des Barils, c’est sur les terres de Jean-Claude Forestier au Golf du Vaudreuil vendredi 4 novembre, que le Normand […]

La chronique de Philippe Hermann

Le coup qui peut coûter “bonbon”

“Hole in One”, alias “Ace” aux Etats-Unis, “Trou-en-Un” en francophonie, est l’un des bâtons de maréchal rêvés par les golfeurs du globe prêts à offrir […]

golf femmes dames femme dame Photo by Hybrid Images / Cultura Creative / Cultura Creative via AFP
La chronique de Philippe Hermann

Messieurs, que vous ont-elles donc fait ?

La Ryder Cup… Un truc énorme! Bien sûr, c’est le sommet de la pyramide du golf. C’est beau, grandiose, plein d’émotion et de drapeaux de […]

remesy- garaialde open de france 2004 Photo by PIERRE ANDRIEU / AFP
La chronique de Philippe Hermann

Jean Garaialde, même les moins de vingt ans le connaissent

Entre Pau, le plus ancien golf d’Europe continentale, et les links des Hauts-de-France, la FFGolf gère environ un demi-million de pratiquants. Parmi eux, un homme […]

contrefacon clubs vrac
La chronique de Philippe Hermann

Golf maousse-costaud bientôt fini ?

Les règles sont faites pour être suivies. Au golf comme ailleurs, mais au golf, c’est de bonne grâce pour autant qu’elles soient édictées pour tous […]

canal plus golf+ ©Golf Planete
La chronique de Philippe Hermann

Téléphages du golf

Abonnés à Canal+ et Golf+, vous ne manquez rien du Cazoo Open de France. Ce n’est pas courant ailleurs. 4e sport le plus pratiqué en […]

WentworthFlag Ross Kinnaird/AFP/Getty
Tout un royaume en deuil

Golf en berne à Wentworth

Le jeudi 8 septembre 2022 restera une date gravée dans l’histoire du golf, très vite relégué au second plan dès l’annonce du décès de Sa […]

WentworthQueen Ross Kinnaird/Getty/AFP
DP World Tour

À Wentworth, le ciel s’est mis en deuil

C’est comme si le pavé dans la mare nous était tombé dessus. Faire le voyage du BMW PGA Championship ne pose en général aucun problème. […]

BMW PGA Championship Wentworth Golf Club Photo © Andrew Redington / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images via AFP
Argent, règles, parcours, LIV, PGA...

Les dérives du golf au rendez-vous de Wentworth : B. Pascassio et I. Morris prennent position

Le tournoi BMW de Wentworth dans la banlieue chic de Londres aura, cette semaine, une saveur particulière. Outre le débat sportif sur le parcours d’Harry […]

Justin Thomas Andrew Redington/Getty Images/AFP
Chronique

Alex et Jeff au bar, le lendemain du PGA Championship, par Ivan Morris

Lundi dernier, deux copains de golf, Alex et Jeff, prennent un café dans un bar après une longue nuit à regarder le championnat PGA à […]

La chronique de Florian Cettour-Meunier

Les golfeurs devraient s’inspirer du mental de Rafael Nadal !

Après l’exploit de Rafael Nadal, revenu de nulle part pour remporter le dernier Open d’Australie face à Medvedev, Golf Planète a demandé à Florian Cettour […]

Une chronique de Ivan Morris

Golfeurs seniors et avancées technologiques : comment faire face ??

Le progrès technique a aussi touché le monde du golf : les performances développées par nos champions toutes semaines sur les circuits professionnels en sont […]

Entretien exclusif avec Golf Planète

Keith Pelley : optimiste pour l’avenir de l’Open de France et pour le circuit européen… dorénavant mondial

Depuis 2015, Keith Pelley, 58 ans, est le patron de l’European Tour dont le circuit professionnel vient de prendre le nom de son principal sponsor, […]

Licence 2022 image
Licence ffgolf

Pourquoi prendre votre licence est le plus beau cadeau que vous puissiez faire au golf français ?

Au terme de son grand oral, auquel Golf Planète était convié, le président de la ffgolf Pascal Grizot a lancé un appel aux golfeurs non […]

Interview

Le golf au cinéma : l’auteur et cinéaste Julien Camy nous répond

A l’occasion de la sortie de l’imposant « Sport et cinéma » qui dresse la liste de (presque) tous les films ayant pour théâtre le sport, nous […]

mcilroy ©pga tour wells fargo
Premier Golf League

Rory McIlroy reste ferme contre la Premier Golf League

L’ancien numéro un mondial Rory McIlroy a confirmé sa désapprobation de voir émerger la Premier Golf League prônée par Greg Norman, seulement motivé par l’appât […]

Olazabal Ballesteros David Cannon Collection / Getty Images via AFP
Une chronique de Ivan Morris

Ryder Cup : trop de fans américains sont ignares, rustres et odieux

Les 24, 25 et 26 septembre, se déroulera à Whistling Straits dans le Missouri la prochaine Ryder Cup qui réunira les meilleurs golfeurs américains et […]

TIGER WOODS Photo by Mohd RASFAN / AFP
La chronique de Philippe Hermann

Joue-la comme Raoul !

Le golf est un sport – jeu, passe-temps, loisir – riche de réjouissances et de déceptions, de coups de coeur et de frustrations. Quand vous […]

Une chronique d’Ivan Morris

Pourquoi je ne regarderai pas le golf aux JO

Alors que les Jeux Olympiques vont se dérouler dans les jours prochains au Japon, Golf Planète a demandé à son expert irlandais Ivan Morris son […]

Seve Ballesteros, 10 ans déjà...

Mon pèlerinage à Pedreña, une chronique de Ivan Morris

Notre ami irlandais Ivan Morris, un des plus grands spécialistes du golf – avec un handicap à un chiffre depuis 60 ans : qui dit […]

La chronique d'Ivan Morris

Masters 2021 : un parcours trop artificiel ? un DeChambeau trop sûr de lui ? un Rory qui a besoin de repos ? et un Japonais enfin vainqueur !

La Chronique d’Ivan Morris Augusta 2021. Parlons d’abord du parcours. Dans ma vie, j’ai eu la chance d’assister deux fois au Masters : en 1966 […]

Chronique Masters 2021

Un demi dieu tout en maîtrise et retenue, par Christian Ledan

Christian Ledan a bien voulu livrer, en exclusivité pour les lecteurs de Golf Planète, ses impressions sur ce Masters 2021. À lire sans modération : […]

La Chronique de Ivan Morris

Le cas Rory : la course à la distance est un jeu dangereux

Le cas Rory : la course à la distance est un jeu dangereux Une chronique de Ivan Morris Nous devons accorder tout notre crédit à Rory […]

reed getty SIMON BAKER / AFP / Getty
Chronique de Philippe Hermann

Patrick Reed, plus naïf que tricheur ?

Courte leçon de choses… Déplacer sa balle ne serait-ce d’un millimètre au golf, sans le dire, et c’est la honte. Rapporté au quotidien de chacun […]

Rory McIlroy Christian Petersen/Getty Images/AFP
Une chronique de Ivan Morris

Distance : désolé, Rory, votre analyse est fausse !

Comme nous l’avons lue la semaine dernière dans Golf Planète, Rory McIlroy a critiqué les efforts déployés par les organes dirigeants du golf mondial pour […]

Les leçons d'un confinement

La Chronique de Ivan Morris : les 18 raisons de ma passion pour le golf

Les 18 raisons de ma passion pour le golf Une chronique de Ivan Morris Moi qui vit en Irlande, le deuxième confinement qui nous a […]

Ffgolf

Christophe Muniesa : pros, jeunes et nouveaux joueurs au coeur de notre projet fédéral

Dans un long entretien à Golf Planète, Christophe Muniesa, directeur général de la Fédération Française de Golf, évoque la situation de la filière golf en […]