LIVRES

Une biographie de Tiger Woods disponible en français : entre ciel et enfer

8 février 2020

Tiger Woods : c’est le titre d’un gros livre (735 pages) qui se lit d’une traite.
Parce qu’il s’agit de la biographie d’une légende vivante du sport mais aussi parce que le style journalistique et le livre lui-même (souplesse de l’ouvrage, interlignage, police de caractère, mise en page) rendent l’ouvrage facile à dévorer.

Tout golfeur va ainsi découvrir le mythe Woods, avec son long règne qui a gravé à tout jamais l’histoire du golf mais aussi avec les gouffres obscurs d’un homme prédestiné et préfabriqué, malheureux, solitaire, se noyant dans des aventures sans lendemain en croyant y découvrir l’humanité qui lui échappait. Une épopée moderne.

Woods a vécu la plus belle des vies : il lui aura manqué de goûter aux charmes d’une simple vie heureuse.

Le livre des journalistes américains, Jeff Benedict et Armen Keteyian, traduit en français par Philippe Chassepot, repose sur une longue enquête de trois ans qui aborde tous les aspects de la vie du Tigre : ses parents, son enfance à pas forcés vers les greens, sa jeunesse manquée, ses exploits sportifs, ses batailles avec ses entraineurs, ses caddies et son entourage, son mariage, son addiction au sexe, ses chutes et ses rédemptions miraculeuses, son obsession du contrôle, les blessures d’un corps à qui il a tant demandé, ses victoires incroyables… Et encore, il manque le dernier chapitre qui a du surprendre les auteurs du livre : sa victoire au Masters l’an dernier et le record de 82 victoires PGA de Snead égalé. Et ce n’est pas encore fini, disent aujourd’hui ceux qui l’ont enterré hier.

L’Élu selon le père

Que retenir de cette longue biographie « du plus grand athlète de tous les temps » : l’enfance d’abord. Entre Earl, un père omniprésent qui l’a baptisé l’Élu, « celui qui allait non seulement révolutionné le monde du golf mais aussi apporté sur terre un message universel ». Bref, un Jésus ou un Martin Luther King qui allaient changer le monde.

Sauf que le petit, maintenu à l’écart de tous dès la petite école -entrainements oblige- a toujours préféré la solitude que les réunions en groupe. En plus, on n’a jamais su s’il était noir ou pas. À vrai dire, peu importe. Lui-même s’en moque. Son père a plus souffert de sa peau. Lui se disait Cablinasian, néologisme pour Caucase, Black, India et Asia.

Le vertige des exploits

Les résultats sportifs n’ont pas tardé : 1er trophée à 3 ans, Meilleur amateur à 18 ans et n°1 mondial à 21 ans. De quoi plaire au jeune homme dont le seul objectif a toujours été les titres. Et déjà faire mieux que l’idole : Jack Nicklaus. Pas l’argent contrairement à ce qui a été dit. Quand il va à Las Vegas, c’est aussi pour gagner. Gagner, pas de l’argent, plus que ça.

Les exploits et les records donnent le vertige. Retenons le premier Masters en 1997 à 21 ans ainsi que les années 2000 et 2006. Et cet US Open de 2008 où à Torrey Pines, il bat Rocco Mediate en play-off alors qu’il souffrait le martyre à cause d’un genou en bouillie et d’une fracture à la jambe !

L’enfer comme hors-limite

Mais voilà le tableau se noircit : à force de vouloir vivre sa jeunesse manquée et connaître la vie imaginée entre deux practices, il se perd dans des enfers dorés que l’argent facile permet de s’offrir. En cachette, en loup solitaire, loin de son clan. Mais la réalité des tabloïds de « presse » aux États-Unis où la transparence démocratique oblige à tout dévoiler le rattrape vite. Déballage, scandales, argent, sexe et people font exploser une vie prévue pour ne pas supporter le moindre grain de sable. 120 maitresses selon l’accusé lui-même, des virées nauséabondes avec les amis basketteurs Barkley et Jordan, ont eu raison de sa vie rêvée avec Elin et ses deux enfants, ou plus tard avec la championne de ski Lindsey Vonn « qui aimait tant Sam et Charlie ». Photo prise la nuit du 27 novembre 2009, autre face de la médaille Woods. Qui résume ses enfers. Que ses détracteurs contempleront en dénonçant son manque d’empathie, son absence de gratitude, son radinisme, son orgueil… Les coachs Harmon, Haney, Foley ou les caddies Fluff ou Williams en ont parlé. Et bizarrement leurs témoignages ont encore participé à la promotion de l’image du Tigre. Plus on en parle, plus les dollars pleuvent. Peu importe en bien ou en mal. Le buzz et le fric font bon ménage. La morale n’est plus de ce siècle.

Tiger Woods ? Une vie sans vie. 

RdM

 

Tiger Woods, de Benedict et Keteyian, Hugo Poche, 8,50 euros. Dans toutes les librairies. www.hugoetcie.fr

 

 

 

Dans la même catégorie
Seve Ballesteros, 10 ans déjà...

Mon pèlerinage à Pedreña, une chronique de Ivan Morris

Notre ami irlandais Ivan Morris, un des plus grands spécialistes du golf – avec un handicap à un chiffre depuis 60 ans : qui dit […]

Hommage du Royal et Ancient

Seve Ballesteros, mort il y a 10 ans, toujours présent dans le cœur des golfeurs…

Le 7 mai 2011, Seve Ballesteros disparaissait à l’âge de 54 ans, vaincu par un cancer du cerveau diagnostiqué deux ans auparavant. Le R&A vient […]

tom weiskopf architecte golf
La chronique de Philippe Hermann

Tom Weiskopf, grand talent tout en discrétion

195 centimètres sous la toise, Thomas Daniel Weiskopf est, sans aucun doute, le plus grand architecte du golf contemporain… Quant à ses parcours, nombre d’entre […]

Seve Ballesteros Photo Harry How / Getty Images North America / Getty Images via AFP
La Chronique de Philippe Hermann

Le plein de Seve

Vendredi 9 avril, le Masters se rappellera que Seve Ballesteros est né ce jour-là, il y a 64 ans. Cette année, le souvenir est teinté […]

HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS, par Philippe Palli

Henri de Noailles, duc de Mouchy, président de la Fédération Française de Golf (1923-1940 et 1945-1946)

Après avoir présenté le rôle fondamental joué par Pierre Deschamps lors de la naissance du golf en France, Golf Planète vous propose de partir à […]

Histoire du golf français, par Philippe Palli

Yves Botcazou (1881-1953) : l’incroyable histoire du pro manchot de La Boulie

 » Il faudrait avoir quatre bras pour pouvoir faire quelque chose de bien  » avait lancé un jour Arnaud Massy. Sur la Lune certainement ! […]

reed getty SIMON BAKER / AFP / Getty
Chronique de Philippe Hermann

Patrick Reed, plus naïf que tricheur ?

Courte leçon de choses… Déplacer sa balle ne serait-ce d’un millimètre au golf, sans le dire, et c’est la honte. Rapporté au quotidien de chacun […]

Une chronique de Philippe Palli

Histoire (2ème partie) : Pierre Deschamps, le père du golf français

Golf Planète vous présente la deuxième et dernière partie de l’article que Philippe Palli a consacré à Pierre Deschamps, le père du golf français. Il […]

La voix du golf

Repose en paix, Peter Alliss ! par Ivan Morris

Je ne pardonnerai jamais au R&A d’avoir mis fin à son accord annuel avec la BBC pour diffuser une couverture télévisée en direct de The […]

GOLF ART

Hubert Privé : expositions itinérantes dans les golfs régionaux et projets toujours fous !

Hubert Privé est cet artiste passionné de golf dont les oeuvres formidables célèbrent avec talent, humour et beauté son amour toujours en fusion pour ce […]

Partenariat

Michel Rivière, un des premiers sponsors de Victor Perez, nous parle du champion, de golf et de son entreprise

Victor Perez va accomplir un rêve cette semaine : fouler le parcours d’Augusta, les clubs à la main, et jouer un Masters pour la première […]

ENTRETIEN

Para-Golf : Vincent Helly, nouveau champion de France, nous parle de golf et d’autisme

Vainqueur du Pas de Calais Handigolf 2020, Vincent HELLY, 25 ans, atteint de troubles autistiques, est le nouveau Champion de France Para-Golf 2020. Golf Planète […]

ENTRETIEN

Christian Ledan nous livre ses souvenirs, ses projets, ses leçons de vie au moment de son départ de Canal+

Christian Ledan quitte Canal+ pour prendre sa retraite professionnelle. Autant le dire tout de suite, il va manquer comme des centaines de témoignages, lui rendant […]

HISTOIRE ET PHOTOS

Le Che, Fidel et le golf : révolution, sport et humour

Deux actualités nous ont plongés dans nos dossiers d’histoire pour tout savoir sur le rapport que le révolutionnaire cubain Che Guevara entretenait avec le golf. […]