TOUR

Il n’existe que 2 Majeurs, une tribune de Ivan Morris

31 mai 2020

Pour Ivan Morris, notre chroniqueur et ami irlandais (qui parle un très bon français !), pas de doute, seuls le R&A Open et l’USGA Open méritent le titre de “Majeur”. Et ce, malgré les immenses atouts des deux autres, le Masters en particulier… Et Jack Nicklaus, selon des règles de calcul spécifiques, n’a pas de rival dans l’histoire de notre sport. Golf Planète lui donne la parole :


La notion de Grand Chelem a été inventée par hasard


La notion de Grand Chelem a été inventée par hasard en 1960 lors d’une conversation dans un avion entre Arnold Palmer et le journaliste Bob Drum.

Plus précisément, le grand Arnie qui venait de remporter coup sur coup la même année le Masters et l’US Open, allait participer à “the Open” pour sa centième édition mais d’ores et déjà avec ces deux titres en poche, il fallait bien trouver un nom à cette incroyable exploit.

À mon avis, c’était une erreur, une grosse erreur.

Car, pour moi, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais que deux tournois majeurs chez les professionnels : le R&A Open et l’USGA Open.

Le Masters est un tournoi sur invitation, avec un champ de joueurs limité, qui ressemble plus à un spectacle avec son lot de surprises et de drames certes mais qui n’atteindra jamais le niveau de golf à l’état pur si je puis m’exprimer ainsi. Le co-fondateur et ancien Président Clifford Roberts affirmait : “ Les organisateurs du tournoi ont toujours dit qu’ils prônaient une compétition dans laquelle les meilleurs pourraient s’exprimer au mieux, en multipliant les scores bas, les birdies plutôt que les bogeys. Il ne serait pas difficile de proposer un parcours tel que jouer en dessous de 80 constituerait un exploit. Mais si tel était le cas, je doute que les participants apprécient le Masters autant qu’actuellement. Et il n’y aurait pas qu’eux : Mackenzie et Bobby Jones eux-mêmes n’auraient probablement pas apprécié non plus de voir des champions au talent immense galérer à ce point…”.Tout est dit et ces propos prouvent à mon avis que le Masters, aussi grand tournoi soit-il, ne peut être considéré comme un vrai Majeur.

Le tournoi de la PGA, celui qu’on désigne communément l’USPGA, a probablement le meilleur lot de participants de tous les tournois au monde puisque la sélection s’opère à partir du classement mondial, mais c’est bien sa seule spécificité car, sinon, il n’est rien de plus qu’un autre tournoi parmi tous les autres du circuit …

Entre parenthèses, tenter d’imposer le tournoi des Jeux Olympiques comme un autre Majeur n’est qu’une vaste supercherie. Même pas la peine d’argumenter là dessus tellement cela paraît surréaliste …

 


Le talent dans la durée : la seule chose qui compte


Parlons maintenant des joueurs et examinons leurs titres qui, à mon avis, sont les seuls juges de paix car ils consacrent le talent dans la durée, ce qui, au golf, est la seule chose qui compte…

Le grand journaliste Peter Alliss affirmait que Jack Nicklaus aurait gagné 37 Majeurs – bigre ! – s’il avait scoré un quart de coups de moins dans chaque tour de Majeur . “No”, n’en déplaise à Peter, Jack aurait terminé à la seconde place 19 fois mais cela ne signifie pas qu’il aurait gagné tous ces tournois en terminant 2 points en dessous. Jack a perdu 5 Majeurs d’un coup et 7 autres de deux coups, ce qui montre qu’il aurait pu s’imposer ou partir en play-off dans 30 Majeurs, avec seulement deux coups de moins . Il y a néanmoins une différence entre 30 et 37, même si 30 aurait été inimaginable de toutes façons… Et s’il avait gagné 4 des 7 play offs potentiels, son total de Majeurs aurait été de 27 !

N’oublions pas que Bob Jones était en partie amateur, qu’il a arrêté la compétition à 28 ans après avoir remporté 11 des 13 derniers tournois majeurs (pros et amateurs inclus) qu’il a disputés, étant entendu qu’il n’était pas éligible à participer au tournoi de l’USPGA. Quant au Masters, il aurait très bien pu en être à la fois le concepteur et le fondateur mais il se trouve qu’il y participa avec le statut hybride de “non amateur”. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en tant que joueur, il ne le considéra pas comme un “Majeur”, surtout lors des premières éditions. Il gagna trois (British) Opens, ne fut jamais second et ne s’y aligna qu’à quatre reprises seulement. Lors de son premier séjour en Ecosse à St Andrews, en 1921, il sabota littéralement son troisième tour au trou n°11, dans le fameux Hill Bunker. Sid Mathew, le grand spécialiste de tout ce qui a trait au joueur Jones, disait : “ Bob demanda sa carte au juge-arbitre, il la déchira et la jeta dans l’Eden River. Il demanda ensuite son driver à son caddy, jouant le 12 et termina sa partie. Le lendemain, le R&A, de façon très bizarre, l’autorisa à s’aligner à nouveau, il aurait pu d’ailleurs finir deuxième amateur sans son retrait peu glorieux de la veille. »

En remportant le « Grand Chelem » en 1930, Bob Jones amassa 60 000$ qui lui servirent de mise de fonds pour le projet d’Augusta National. Il faut savoir que ce montant équivaudrait aujourd’hui à 1 000 000$ . Dieu seul sait à combien se montaient les enjeux ?

Bob Jones termina premier ou second dans 11 des 13 US et British Opens. N’est-ce pas là la preuve d’une incroyable régularité et de son immense talent ?

 


Seuls 19 joueurs ont gagné l’US Open et le British Open


Tiger Woods s’est imposé dans 6 tournois de l’USGA et du R&A Open. Il a terminé second dans deux tournois de l’USPGA et, avec la règle spécifique du 1/4 de point en moins par tour, les aurait gagnés. Toutefois, l’écart avec Jack Nicklaus reste important puisque 11 victoires les séparent si on inclut les 3 USGA Amateurs. 

Seuls 19 golfeurs dans l’histoire ont gagné l’US Open et le British Open. Seuls 6 d’entre eux les ont remporté deux fois. Il s’agit de Tiger Woods, Ernie Els, Lee Trevino, Jack Nicklaus, Bobby Jones and Walter Hagen.
Voilà à mon humble avis la véritable hiérarchie dont il faut tenir compte pour trouver le nom du plus grand joueur de l’histoire de notre sport. 

PALMARÈS

USGA & R&A Opens

  • Harry Vardon 7-(USO-1900; BO-1896, 1898, 1899, 1903, 1911, 1914);
  • Bobby Jones 7-(USO-1923, 1926, 1929, 1930; BO-1926, 1927, 1930);
  • Jack Nicklaus 7-(USO-1963, 1967, 1972, 1980; BO-1966, 1970, 1978);
  • Walter Hagen 6-(USO-1914, 1919; BO-1922, 1924, 1928, 1929);
  • Tom Watson 6-(USO-1982; BO-1975, 1977, 1980, 1982, 1983);
  • Tiger Woods 6-(USO-2000, 2002, 2008; BO-2000, 2005, 2006);
  • Ben Hogan 5-(USO-1948, 1950, 1951, 1953; BO-1953);
  • Gary Player 4-(USO-1965; BO-1959, 1968, 1974);
  • Lee Trevino 4-(USO-1968, 1971; BO-1971, 1972);
  • Ernie Els 4-(USO-1994, 1997; B.O-2002, 2012);
  • Gene Sarazen 3-(USO-1922, 1932; BO-1932);
  • Arnold Palmer 3-(USO-1960; BO-1961, 1962);
  • Ted Ray 2-(USO-1920; BO-1912);
  • Jim Barnes 2-(USO-1921; BO-1925);
  • Tommy Armour 2-(USO-1927; BO-1931);
  • Tony Jacklin 2-(USO-1970; BO-1969);
  • Johnny Miller 2-(USO-1973; BO-1976);
  • Rory McIlroy 2-(USO-2011; BO-2014);
  • Jordan Spieth 2-(USO-2015; BO-2017).

Ivan MORRIS

 


Golf Planète ouvre le débat

Si vous ne partagez pas l’avis de Ivan Morris et d’autres grands experts, vous pouvez nous faire part de vos remarques, argumentées bien sûr, que nous publierons afin de nourrir un débat qui dure depuis des décennies et qui ne se finira probablement jamais …

 

 

Dans la même catégorie
Seve Ballesteros, 10 ans déjà...

Mon pèlerinage à Pedreña, une chronique de Ivan Morris

Notre ami irlandais Ivan Morris, un des plus grands spécialistes du golf – avec un handicap à un chiffre depuis 60 ans : qui dit […]

La chronique d'Ivan Morris

Masters 2021 : un parcours trop artificiel ? un DeChambeau trop sûr de lui ? un Rory qui a besoin de repos ? et un Japonais enfin vainqueur !

La Chronique d’Ivan Morris Augusta 2021. Parlons d’abord du parcours. Dans ma vie, j’ai eu la chance d’assister deux fois au Masters : en 1966 […]

Chronique Masters 2021

Un demi dieu tout en maîtrise et retenue, par Christian Ledan

Christian Ledan a bien voulu livrer, en exclusivité pour les lecteurs de Golf Planète, ses impressions sur ce Masters 2021. À lire sans modération : […]

La Chronique de Ivan Morris

Le cas Rory : la course à la distance est un jeu dangereux

Le cas Rory : la course à la distance est un jeu dangereux Une chronique de Ivan Morris Nous devons accorder tout notre crédit à Rory […]

reed getty SIMON BAKER / AFP / Getty
Chronique de Philippe Hermann

Patrick Reed, plus naïf que tricheur ?

Courte leçon de choses… Déplacer sa balle ne serait-ce d’un millimètre au golf, sans le dire, et c’est la honte. Rapporté au quotidien de chacun […]

Rory McIlroy Christian Petersen/Getty Images/AFP
Une chronique de Ivan Morris

Distance : désolé, Rory, votre analyse est fausse !

Comme nous l’avons lue la semaine dernière dans Golf Planète, Rory McIlroy a critiqué les efforts déployés par les organes dirigeants du golf mondial pour […]

Les leçons d'un confinement

La Chronique de Ivan Morris : les 18 raisons de ma passion pour le golf

Les 18 raisons de ma passion pour le golf Une chronique de Ivan Morris Moi qui vit en Irlande, le deuxième confinement qui nous a […]

Ffgolf

Christophe Muniesa : pros, jeunes et nouveaux joueurs au coeur de notre projet fédéral

Dans un long entretien à Golf Planète, Christophe Muniesa, directeur général de la Fédération Française de Golf, évoque la situation de la filière golf en […]

La voix du golf

Repose en paix, Peter Alliss ! par Ivan Morris

Je ne pardonnerai jamais au R&A d’avoir mis fin à son accord annuel avec la BBC pour diffuser une couverture télévisée en direct de The […]

La chronique d'Ivan Morris

DJ : La veste verte lui va si bien !

Ivan Morris, notre ami journaliste et écrivain de golf irlandais, a réagi à chaud à la victoire de Dustin Johnson. Il met en valeur l’équilibre […]

UNE TRIBUNE DE IVAN MORRIS

La technologie a rendu le jeu trop facile pour les meilleurs pros : limitons le vol de la balle !

Dérouté par ce qui s’est passé à l’US Open, et juste avant le Masters, notre ami irlandais Ivan Morris nous invite aujourd’hui à réfléchir sur […]

LA CHRONIQUE D'IVAN MORRIS

Deux seniors parlent de la longueur des parcours… et trouvent une solution !

Conversation entre deux septuagénaires, fous de golf et qui ont bien du mal à trouver le chemin de la sagesse, jusque dans leur carte de […]

TRIBUNE LIBRE

Pollution sonore sur les golfs : la réponse raisonnée et vécue des intendants qui sont en première ligne

Nous avons publié la semaine dernière la tribune libre d’un de nos lecteurs qui portait, de manière autant réaliste qu’humoristique, sur le pollution sonore sur […]

TRIBUNE LIBRE

La balle de golf : ici est le mal, là est la solution, par Ivan Morris

Ivan Morris est une légende vivante du golf irlandais : voilà plus de 50 ans qu’il possède un handicap à 1 chiffre (un record ?) et […]