Exclusif Interview

Alejandro Reyes : « Une des solutions passe par le développement génétique de nouvelles graminées » (2/2)

6 août 2022
SECHERESSE GOLF GREEN DEPART FAIRWAY SECHERESSE-GOLF-GREEN-DEPART SECHERESSE-GOLF-GREEN-DEPART ©Armin Weigel / dpa / AFP

Alors que la sécheresse sévit sur toute l’Europe et que la France du golf est touchée de plein fouet par cette situation catastrophique, la suite de notre entretien exclusif avec Alejandro Reyes aborde les enjeux présents et futurs en matière d’entretien de terrain.

 

En Italie comme en France la sécheresse affecte les parcours du golf qui doivent tenter de trouver des solutions à cette nouvelle donne. À commencer par le futur parcours de la Ryder Cup 2023 pour lequel Alejandro Reyes est le consultant permanent. L’Espagnol détaille dans cette seconde partie sa vision pour l’entretien des parcours de plus en plus encadré.

 

Où vivez-vous aujourd’hui ?

Je vis à Rome avec Lara Arias qui travaille avec moi chez T.A.S. (heureusement !) au golf du Marco Simone. Le parcours doit accueillir la prochaine Ryder Cup en 2023. Nous avons envisagé un temps de créer une famille, mais on a soupesé le pour et le contre et on a décidé de se consacrer entièrement à ce dernier défi. Mais après la Ryder, place aux enfants !

 

Mais vous avez aussi votre activité de consultant, alors combien de temps est consacré au Marco Simone ?

Un tiers de mon temps. J’habite sur le golf, donc je suis sans cesse présent sauf pour mes missions à l’étranger.

 

Le parcours Marco Simone de la future Ryder Cup 2023 à Rome

 

Le parcours est déjà en excellente condition. Quels sont néanmoins les principales interventions à réaliser ?

Tout ce qui touche les infrastructures adjacentes comme le practice. Elles seront achevées en septembre pour l’Open d’Italie. Concernant le parcours, nous avons encore du travail ! Ne serait-ce qu’après la visite du capitaine européen Henrik Stenson (l’entretien a été réalisé avant son éviction) qui a souhaité plusieurs modifications supposées rendre le parcours encore plus difficile. (On parle tout de même de rétrécir sensiblement les fairways, raccourcir le 18 pour avoir plus de spectacle et rallonger le tee 11 qui est atteignable au drive).

Lara Arias est la vraie chef d’orchestre

En quoi votre travail est-il différent par rapport au National ?

Mon rôle au Marco Simone est plus de superviseur. Je prépare et contrôle le plan d’agronomie pour l’entretien du parcours et l’organisation des grandes compétitions. Nous avons la chance d’avoir Lara Arias sur place ! C’est elle, la vraie chef d’orchestre.  

 

Hormis le parcours, on a le sentiment que les infrastructures ne seront pas prêtes à temps. Inquiet ? 

Pff… ah l’Italie ! Tout se fait au dernier moment ici, je l’ai appris à mes dépens : à la veille de mon premier Open d’Italie, ils étaient encore en train de refaire les peintures du club-house ! Et finalement, tout s’est très bien passé. Bon là, c’est autre chose… Alors pour tout vous dire, je suis encore un peu inquiet mais optimiste !

 

L’Italie subit actuellement une terrible sécheresse. Comment l’appréhendez-vous ?

Pour l’instant, au Marco Simone, nous ne souffrons pas de la sécheresse. Mais l’eau est de mauvaise qualité. Notre gazon la tolère grâce à notre programme agronomique, mais ça pourrait devenir problématique. Nous avons à moyen terme le projet de nous raccorder à un plan d’eau recyclée qui se trouve à une centaine de mètres du golf. Ce sera bien mieux, et nous pourrons parer à toute éventualité.

 

Les normes environnementales sont-elles aussi contraignantes qu’en France ?

Il y a des différences oui, moins contraignantes peut-être. Je dirais surtout que cela est moins cadré !

 

secheresse balle Photo by JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

 

En France, les nouvelles normes environnementales pour 2025 vont transformer le métier, notamment avec le zéro phyto : qu’est-ce que ça va changer ?

De nombreux problèmes seront résolus grâce à l’apport mécanique. Mais aujourd’hui, nous ne sommes pas en mesure d’entretenir convenablement les greens sans apport de produits phytosanitaires. C’est une réalité, un grand défi. En ce moment, nous sommes inondés de nouveaux produits « bio-contrôle » sans connaître véritablement leur efficacité. Il faut les essayer, les doser, les combiner… L’autre difficulté est la zone géographique : un produit n’a pas la même efficacité à Biarritz qu’à Hardelot par exemple.

Les greens seront moins rapides

Concernant les greens, à quoi ressembleront-ils ?

Je ne sais pas si les greens ne pitcheront plus comme on le dit. Ce qui est sûr, c’est qu’ils seront moins rapides. On ne pourra plus tondre comme aujourd’hui car plus il est ras, plus il est faible et soumis au stress extérieur. « Moins rapides » ne signifie pas moins amusants, hein ! 

 

Concernant l’eau, les parcours du Sud soumis à la sécheresse ne doivent-ils pas envisager de tout réensemencer ?

Dans l’idéal, oui, mais c’est un coût énorme ! Et l’opération est délicate quant à la sélection des graminées. Il y a tellement de variétés de graines ! Encore une fois, le contexte géographique a son importance. Pas besoin de faire des kilomètres pour s’apercevoir de la différence ! Tenez : on a essayé avec succès une variété de bermuda grass pour l’Old Course de Cannes-Mandelieu, en bord de mer. Et bien figurez-vous que celle-ci ne convient pas au parcours de Cannes-Mougins, pas loin à seulement 150 m d’altitude ! À Hossegor, des tests ont très bien marché jusqu’à l’été 2021 qui fut particulièrement froid et pluvieux. Et patatras, tous nos efforts ont été réduits à néant… À la limite, plus on descend de latitude comme en Espagne, plus on est assuré du résultat…

 

Les premières zones de fairways non entretenues seront-elles monnaie courante ?

Je n’y suis pas favorable : il faut aussi laisser s’exprimer les joueurs moyens qui peuvent rater un départ. En revanche, on peut rétrécir la surface de fairways en instaurant une zone de petit rough. Parfois, on joue mieux sur du petit rough que sur les fairways !

 

 

Les départs ne pourraient-ils pas devenir synthétiques l’hiver ?

Avant, le golf était un sport de saison. Aujourd’hui, on joue toute l’année ! Sur les golfs très fréquentés, l’herbe ne peut plus pousser l’hiver surtout s’il y a des arbres autour ! La première des solutions, c’est d’augmenter la surface des départs. Mais dans des cas extrêmes, je ne suis pas contre le fait d’installer du synthétique.

Il y a un manque criant de personnel en France

Quels sont les points forts et les points faibles des golfs français en matière d’entretien ?

Les golfs français ont intégré le concept environnemental qui est de plus en marqué. L’eau d’arrosage est de qualité et, en général, les golfeurs respectent le parcours. Je crois qu’ils apprécient le travail fait par les équipes d’entretien. 
En revanche, il y a un manque criant de personnel et le parc machines n’est pas assez entretenu. Sans ça, nous aurions davantage de parcours très soignés. J’ai remarqué enfin que les systèmes d’arrosage sont souvent vétustes et peu efficients.

 

Le bunker n’est-il pas un mal bien français ?

Je ne sais pas, mais le bunker nécessite un entretien constant et demande beaucoup de main d’œuvre. Si on en manque, je préfère que le personnel se consacre à d’autres zones de jeu. Moi-même, je préconise d’en faire moins, notamment sur les contours de bunkers.

 

Y’a-t-il une patte Reyes ?

Ouh là !  Je n’ai jamais réfléchi à cette question… Passionné par l’agronomie, je privilégie les conditions du terrain pour le jeu de golf et la satisfaction de sa clientèle. Après, s’il est esthétiquement beau, tant mieux !

 

On pourrait penser aussi à l’apport conséquent de sable…

Ah, vous croyez que j’ai cette image ? Ce n’est pas faux : l’apport de sable est important. Le sable assainit les surfaces, surtout si elles sont argileuses ! Je rappelle que les différentes maladies proviennent d’un excès d’eau (à 90 % sur un green). Il faut donc éviter la stagnation d’eau dans nos surfaces de jeu. 

 

A propos de sable, celui de la plage qui longe les fameux links, n’est jamais utilisé. Pourquoi ?

Ben parce que c’est interdit !!! Et puis il faut faire attention car ce sable peut-être fortement chargé en sodium (sel). Enfin bon, les anciens links se sont servis allègrement du sable de plage pendant des décennies et ils sont magnifiques…

 

reyes bjorn ©DR

À droite Alejandro Reyes avec Thomas Björn le capitaine de l’équipe de Ryder Cup victorieuse au Golf National en 2018 ©DR

 

Aux États-Unis, le rôle de superintendant est central. Ce n’est pas encore le cas en France. N’incarnez-vous pas ce renforcement nécessaire de la fonction ?

Mmm, la situation est complexe… Déjà tout est question de sémantique, chaque pays a sa terminologie. Mais il est vrai que le rôle de superintendant va croitre compte tenu de l’importance du terrain. Moi, je n’ai qu’un rôle de conseil. Je veux être clair : il ne s’agit pas de prendre la place de quelqu’un, il s’agit d’avoir une hauteur de vue et de donner aussi des conseils de management.

 

Assistons-nous à l’apparition de l’hyper spécialisation dans votre métier ?

Sans doute. Un superintendant doit se former dans des différents domaines : l’agronomie, le management, la comptabilité, la mécanique et l’hydraulique. 
Concernant le simple greenkeeper, ce n’est pas vraiment ma philosophie de travail… J’aime bien former les équipes sur plusieurs niveaux de compétences qu’elles soient sur les greens, les fairways, les bunkers… Il faut donner un travail qui ne soit pas monotone. 

 

Y’a t-il une machine ou un produit sur le point de révolutionner l’entretien ?

Non, pas pour le moment. Pour moi, la véritable solution passe par le développement génétique des nouvelles graminées adaptées au climat de chaque latitude.

 

Comment voyez-vous les parcours en 2050 ?

L’écart entre les parcours prestigieux et ceux de la moyenne sera plus grand. En termes de prix et de moyens mis en œuvre. Le cadre sera encore plus écologique et avec un entretien de plus en plus robotisé. Nous aurons aussi davantage de parcours qui permettent de jouer rapidement.

 

Et vous, en 2050 que ferez-vous ?

Je ne me vois pas ailleurs que sur un parcours ! Je prends beaucoup de plaisir dans mon métier. Je voyagerai sans doute moins car c’est la partie qui me pèse le plus.

 

Entretien réalisé par Sébastien Brochu

 

Photos : ©Armin Weigel / dpa / AFP & Justin Sullivan Getty Images via AFP

Dans la même catégorie
BMW PGA Championship Wentworth Golf Club Photo © Andrew Redington / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images via AFP
Argent, règles, parcours, LIV, PGA...

Les dérives du golf au rendez-vous de Wentworth : B. Pascassio et I. Morris prennent position

Le tournoi BMW de Wentworth dans la banlieue chic de Londres aura, cette semaine, une saveur particulière. Outre le débat sportif sur le parcours d’Harry […]

alejandro-reyes-Lara-Arias-tas ©DR
Interview

Alejandro Reyes : « Une trentaine de golfs français nous consultent » (1/2)

Que devient Alejandro Reyes ? Le superintendant du Golf National pour la Ryder Cup 2018 est aujourd’hui un des consultants les plus demandés en matière […]

louis tellier arnaud massy la boulie
US Open 2022

Louis Tellier, le Français qui termina au pied du podium de l’US Open de 1913

Dans une chronique histoire, Philippe Palli nous avait éclairé sur l’histoire du pro Louis Tellier, le premier français à avoir remporté au début du siècle […]

Un vrai cadeau à moins de 20 euros

Fêtes des pères : offrez les Miscellanées du Golf de Georges Jeanneau !

Il est encore temps d’avoir un bonne idée de cadeau pour son papa golfeur. Pour la fête des pères, offrez lui le dernier livre de […]

PGA Tour

Le jour où… Roger Maltbie remporta en 1976 la 1ere édition du Memorial

Vainqueur de la première édition du Memorial Tournament, l’Américain Roger Maltbie n’est pas le plus illustre des champions figurant au palmarès de ce tournoi créé […]

PGA Championship Southern Hills Country Club Photo by Scott Halleran / Getty Images North America / Getty Images via AFP
PGA Championship

Southern Hills, l’endroit du PGA Championship pas si tranquille…

Le très privé Southern Hills Country Club accueille cette année le 104e PGA Championship non sans une certaine appréhension au regard de son histoire, jalonnée […]

Rich Beem Photo by ROBERTO SCHMIDT / AFP
PGA Championship

Il y a 20 ans, Rich Beem s’imposait devant Tiger Woods…

L’une des plus grandes surprises de l’histoire du PGA Championship demeure la victoire en 2002 de Rich Beem. Ce joueur obscur du PGA Tour va […]

Une saga familiale depuis 40 ans

Patrick Schmidlin : “Chez Golf Plus, le service est toujours la priorité n°1”

Cette année, Golf Plus fête ses 40 ans. Le temps pour Golf Planète de rendre hommage à la famille Schmidlin qui est à l’origine de […]

Éditions Plon

Réédition du Dictionnaire Amoureux du Golf, de André-Jean Lafaurie

S’il y a un livre que tous les golfeurs et les golfeuses doivent avoir en permanence sur leur table de chevet ou de salon, c’est […]

Une enquête Golf Planète

Construction de golfs en France (2ème partie) : quelles régions sont saturées ?

Le thème de cette deuxième partie de l’enquête de Golf Planète sur la construction des golfs en France porte sur la saturation éventuelle de certaines […]

morgan-hoffmann ©Getty/AFP
Belle histoire

Morgan Hoffmann manque le cut mais retrouve la lumière

Même s’il n’a pas franchi le cut et que la perspective de conserver un droit de jeu s’éloigne, Morgan Hoffmann a quitté Harbour Town rassuré […]

Chantilly la Forêt et Cameyrac

Direction des golfs : place aux jeunes ! Avec Théo et Damien…

Golf Planète et LeClub Golf ont eu le plaisir de faire un tour des golfs de France et à vous présenter leurs directeurs. Manière de […]

la Chronique de Philippe Palli

Jeannine Gaveau (1903-1950) : la championne française au swing pur

Gaveau ! Janine, Jeanine ou Jeannine ? Dans le registre des naissances, le prénom enregistré est : Jeannine. Alors allons-y avec cette orthographe ! Jeannine Marguerite […]

numbers augusta chiffres
The Masters

Chiffres et petites phrases à retenir du 1er tour du Masters d’Augusta

Retour en chiffres et en déclarations sur cette première journée à Augusta. Les enseignements à tirer et les réactions des joueurs à l’issue d’un premier […]

Bobby Jones AFP PHOTO/JEFF HAYNES
The Masters

Bobby Jones n’a jamais eu l’ambition de créer le Masters !

En prenant possession du terrain à Augusta en 1931, Bobby Jones n’envisageait absolument pas la création d’un tournoi, a fortiori le Masters. Mais les difficultés […]

Club House augusta national Photo by JEFF HAYNES / AFP
Masters

Pourquoi l’Augusta National a failli ne jamais exister ?

L’un des golfs les plus connus au monde n’aurait jamais dû sortir de la terre d’Augusta qui a autrefois servi de pépinière. En effet, un […]

Mark Alexander ou l’art de photographier l’âme des parcours de golf

Photographier des golfs n’est pas chose facile. Saisir un parcours dans son essence, dans sa singularité, capter son originalité et son meilleur visage nécessitent non […]

The Masters

Deux ou trois choses à savoir sur Bobby Jones et le Masters

Une chronique de Ivan Morris Bobby Jones n’a jamais révélé exactement pourquoi il s’est retiré de la compétition à l’âge de 28 ans après avoir […]

Légende

Lorena Ochoa entre au très select Hall of Fame de la LPGA

En décidant de changer ses critères d’admissions, la LPGA a annoncé l’intronisation au sein du Hall of Fame de la LPGA la Mexicaine Lorena Ochoa, […]

PGA Tour

Le Valero Texas Open a 100 ans !

Créé en 1922, le Valero Texas Open s’est toujours déroulé dans la même ville de San Antonio. Un siècle de présence qui a occasionné de […]

ENQUÊTE GOLF PLANÈTE 

Où en est la construction des golfs en France ? (1ère partie)

Où en est la construction des golfs en France ? Golf Planète inaugure une série d’articles que vous retrouverez régulièrement tout au long de cette année […]

National Golf Week

Hubert Privé, l’Ukraine et la National Golf Week…

Hubert Privé sera naturellement présent cette semaine à la National Golf Week, lui l’auteur du trophée des Trophées du Golf et l’artiste passionné dont les […]

jan-stephenson-pinup-starlette-trump-lpga
Portrait

Jan Stephenson, la 1ère pin-up du golf qui sauva le LPGA

Toutes les Paige Spiranac du golf et autres blogueuses, influenceuses, animatrices et… joueuses peuvent remercier l’Australienne Jan Stephenson qui, au milieu des années 1970, a […]

Tiger Woods Nick O'Hern Photo Scott Halleran / Getty Images North America / Getty Images via AFP
WGC Match Play

L’erreur d’inattention fatale qui coûta à Tiger Woods une seconde défaite face à l’obscur Nick O’Hern

Après 7 titres consécutifs au cours de la saison 2007, Tiger Woods fut stoppé net lors d’un 3e tour homérique perdu contre l’Australien Nick O’Hern […]

Lu Liang-huan AFP PHOTO/Paul Lakatos/UBS
Portrait

Mr. Lu, vainqueur de l’Open de France 1971, est mort

Le Taïwanais Lu Liang-huan, surnommé affectueusement « Mr. Lu » est décédé le 15 mars dernier à 85 ans. Le monde du golf l’avait découvert en 1971 […]

Hal Sutton Photo Donald Miralle / Getty Images North America / Getty Images via AFP
PGA Tour

Le jour où… Hal Sutton bat en 2000 l’imbattable Tiger Woods au Players

Tiger Woods aborde en 2000 le Players avec une confiance inébranlable qu’un revenant de 41 ans – Hal Sutton – va ébranler le temps du […]

En partenariat avec LeClub Golf

REFERENCE et EMOTION : Kempferhof et Omaha Beach, premières nouvelles récompenses LeClub Golf

LeClub Golf qui regroupe plus de 170 golfs en France (et près de 800 dans le monde !), vient de créer 2 labels qui récompensent […]

PGA TOUR

Le jour où… John Daly s’est cru dans « Tin Cup » au Arnold Palmer Invitational

Théâtre du Arnold Palmer Invitational depuis 1974, le parcours du Bay Hill à Orlando accueille un étang qui a valu des moments inoubliables comme le […]