TRIBUNE LIBRE

La balle de golf : ici est le mal, là est la solution, par Ivan Morris

6 septembre 2020

Ivan Morris est une légende vivante du golf irlandais : voilà plus de 50 ans qu’il possède un handicap à 1 chiffre (un record ?) et qu’il partage sa double passion, celle du golf et de son pays, avec les lecteurs de ses livres et de ses chroniques dans différents journaux. Très actif aussi sur Facebook où vous pouvez le rencontrer.

Parmi ses ouvrages : Only Golf Spoken Here (2000), The Life of O’Reilly (2002), The Doonbeg Ghosts (2006), Life as a Way of Golf (2012), Ireland’s Best 9-holes Courses (2015), 125-Years of Golf at Ballybunion (2018), A History of Women’s Golf in Ireland (2018)…

Notre ami irlandais (qui parle un très bon français) dans une nouvelle tribune nous livre ses impressions sur ce qui donne lieu à un débat brûlant : comment rendre les parcours plus sélectifs tout en ne sacrifiant pas au spectacle ? Au contraire de champions comme Ernie Els par exemple qui prône de rétrécir les fairways et de laisser pousser les roughs, comme lors de l’US Open, pour Ivan Morris, c’est la balle qui est la cause du mal et doit être à nouveau modifiée chez les professionnels –  pas chez les joueurs amateurs – .

Revenir à l’ancienne balle et changer de paradigme, c’est compliqué mais pas impossible !

Bien entendu, tous nos amis fidèles de Golf Planète peuvent nous faire parvenir leurs réactions à cette tribune libre.


La balle de golf : ici est le mal, là est la solution, par Ivan Morris


Les historiens du golf se souviennent de Laurie Auchterlonie, non parce qu’il fut le premier joueur à s’imposer à l’US Open, avec 4 tours à 70 de moyenne, mais plutôt parce qu’il fut le premier à utiliser la balle en caoutchouc dénommée Haskell, alors tout juste sortie sur le marché et dont la particularité était d’être plus compressée que les autres, ce qui lui donnait plus de distance que la balle en gutta percha de l’époque. Les fabricants constatèrent rapidement les effets mais ne tirèrent aucune leçon de ce qui allait s’avérer plus tard comme une véritable malédiction …

Jusqu’en 1920, on pouvait jouer avec n’importe quel type de balle, peu importait sa taille et son poids, même si déja la question se posait. Cette année là, les responsables de l’USGA décrétèrent cependant que la balle ne pouvait pas avoir un diamètre inférieur à 1,62 pouce (4,11 cm) et un poids maximum d’1,62 onces. Malgré cette nouvelle réglementation, les fabricants de balle firent continuellement en sorte que la balle poursuive sa marche en avant et aille toujours plus loin.

Ce n’est que 11 années plus tard, en 1931,  que l’USGA imposa un nouveau standard, pour une balle plus grosse et plus légère : au minimum 1.68 pouces de diamètre et 1.55 onces maximum en poids. Hormis les Etats-Unis, le reste du monde, sous la tutelle du Royal et Ancient, ne bougea pas et continua d’appliquer les règles de 1920.


Une balle plus grosse et plus légère aussi : The Balloon Ball


Vous ne connaissez probablement pas Ed Dudley. Pourtant, c’est à cause de lui en grande partie que tout bascula à nouveau. Celui qui allait devenir le Head Pro d’Augusta National dès son ouverture en 1934, aimait cette nouvelle balle, connut deux succès retentissants avec la victoire lors du Los Angeles Open suivie du Western Open, avec la plus basse moyenne de score du circuit. Les dames aussi l’appréciaient, je parle de la balle ! Elle était plus grosse, plus légère aussi.  Elle se posait mieux sur l’herbe, jouer les bois de fairway était un plaisir. Par contre, les gros frappeurs masculins n’y étaient pas favorables. Trop difficile à contrôler, surtout dans le vent. Ils la surnommaient “the Balloon Ball”, pas besoin de faire un dessin pour traduire !

Avant la fin de 1931, nouveau – et dernier – changement: on conserve la taille des 1.68 pouce mais retour aux 1.62 pouce pour ce qui concerne le poids. Ce qui est la norme encore aujourd’hui. Une situation qui ne manque pas de poser problème, non pas tellement à cause de la taille ou du poids de la balle, mais à cause de sa forme alvéolaire.

D’où l’impossibilité de comparer les performances des champions actuels avec celles de l’ancienne génération, les parcours ayant tellement évolué en même temps que le matériel et les balles en particulier.


Profit ou good for the game ?


Ce n’est pas la proposition d’un champion comme Ernie Els qui, à mon avis, fait avancer le débat. Il propose tout simplement de rétrécir les fairways, préparer des roughs jusqu’à hauteur des genoux, dessiner des bunkers plus techniques. Aider le parcours à mieux se défendre n’est pas la solution, ne rendra pas le golf plus attractif à jouer et à regarder. Elle n’aurait pour conséquence que de ralentir le jeu, comme si celui-ci n’était pas déjà assez lent, frustrer un peu plus les joueurs et entraîner une certaine inégalité. Qui a envie à chaque trou de chercher sa balle dans un rough presque impénétrable, franchement! Je pense sincèrement que deux fois dans la saison, à l’US et au British Open, c’est largement suffisant ! Le public et les joueurs ne le comprendraient pas et, de plus, les frappeurs seraient pénalisés, ce qui serait injuste car le drive fait aussi partie du jeu et on se lasserait de voir les joueurs jouer un fer au départ pour éviter un slice ou un hook trop prononcé.

Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt : les fabricants et les organisations professionnelles ont d’abord le souci du profit et non du “good for the game”. Les objectifs économiques à court terme l’emportent, sans toujours se demander jusqu’où ne pas aller trop loin, concrètement, à partir de quand un parcours va perdre de son intérêt. N’oublions jamais que sans parcours digne de ce nom, le jeu n’existera plus.

Longtemps, les pros et les amateurs ont joué avec des règles différentes. Quel mal à ça ? La “grosse” balle (1.68) utilisée aux States ne fut généralisée dans le monde qu’en 1990, sauf pour les tournois pros. Les amateurs jouaient la 1.62 s’ils le souhaitaient. Et personne n’y trouvait à redire. Qu’est-ce qui empêche qu’on revienne à la situation d’avant? Les circuits professionnels ne concernent à la vérité que très peu de joueurs sur la planète Golf.


Le parcours n’a plus les moyens de se défendre, alors STOP !


Ajouter ou supprimer quelques alvéoles modifie notablement le vol de la balle. Tout le monde le sait, les fabricants mieux que personne. Pour ma part, je ne vois aucun obstacle d’ordre philosophique à ce que les conditions de jeu entre pros et amateurs soient différentes. Aucune difficulté technique empêche cette évolution, n’est-ce pas messieurs les techniciens ! Le fait d’autoriser les amateurs à jouer la balle de leur choix ne fera pas baisser le chiffre d’affaires des distributeurs. Les pros s’adapteront si leurs intérêts financiers ne sont pas mis en cause, et pourquoi le serait-il ? Les joueurs du week-end continueront de perdre environ six balles par parcours – ce qui peut paraître beaucoup – selon les statistiques d’un spécialiste en la matière, la fameuse marque Titleist – Les parcours n’auront pas besoin d’être encore allongés – à l’infini – pour éviter que quelques pros coupent les doglegs et réduisent en miettes un par 4 de plus de 400 m en jouant un bois suivi d’un pitching wedge, ce qu’on voit de plus en plus souvent.

En conclusion, ne soyons pas naïfs, tout est question d’argent. Mais précisément, l’augmentation sans limite des coûts pour rendre les parcours toujours plus performants et capables de résister aux meilleurs, commence à trouver ses limites.

Ne me faîtes pas dire ce que je ne dis pas : bien sûr, la longueur du drive doit être récompensée mais lorsque la moyenne de drive sur le PGA Tour est supérieure à 280 m, que le parcours n’a plus les moyens de se défendre et devient ridicule, alors, je dis : STOP !

Ivan Morris

Photo DR

 

Dans la même catégorie
Seve Ballesteros, 10 ans déjà...

Mon pèlerinage à Pedreña, une chronique de Ivan Morris

Notre ami irlandais Ivan Morris, un des plus grands spécialistes du golf – avec un handicap à un chiffre depuis 60 ans : qui dit […]

La chronique d'Ivan Morris

Masters 2021 : un parcours trop artificiel ? un DeChambeau trop sûr de lui ? un Rory qui a besoin de repos ? et un Japonais enfin vainqueur !

La Chronique d’Ivan Morris Augusta 2021. Parlons d’abord du parcours. Dans ma vie, j’ai eu la chance d’assister deux fois au Masters : en 1966 […]

Chronique Masters 2021

Un demi dieu tout en maîtrise et retenue, par Christian Ledan

Christian Ledan a bien voulu livrer, en exclusivité pour les lecteurs de Golf Planète, ses impressions sur ce Masters 2021. À lire sans modération : […]

La Chronique de Ivan Morris

Le cas Rory : la course à la distance est un jeu dangereux

Le cas Rory : la course à la distance est un jeu dangereux Une chronique de Ivan Morris Nous devons accorder tout notre crédit à Rory […]

reed getty SIMON BAKER / AFP / Getty
Chronique de Philippe Hermann

Patrick Reed, plus naïf que tricheur ?

Courte leçon de choses… Déplacer sa balle ne serait-ce d’un millimètre au golf, sans le dire, et c’est la honte. Rapporté au quotidien de chacun […]

Rory McIlroy Christian Petersen/Getty Images/AFP
Une chronique de Ivan Morris

Distance : désolé, Rory, votre analyse est fausse !

Comme nous l’avons lue la semaine dernière dans Golf Planète, Rory McIlroy a critiqué les efforts déployés par les organes dirigeants du golf mondial pour […]

Les leçons d'un confinement

La Chronique de Ivan Morris : les 18 raisons de ma passion pour le golf

Les 18 raisons de ma passion pour le golf Une chronique de Ivan Morris Moi qui vit en Irlande, le deuxième confinement qui nous a […]

Ffgolf

Christophe Muniesa : pros, jeunes et nouveaux joueurs au coeur de notre projet fédéral

Dans un long entretien à Golf Planète, Christophe Muniesa, directeur général de la Fédération Française de Golf, évoque la situation de la filière golf en […]

La voix du golf

Repose en paix, Peter Alliss ! par Ivan Morris

Je ne pardonnerai jamais au R&A d’avoir mis fin à son accord annuel avec la BBC pour diffuser une couverture télévisée en direct de The […]

La chronique d'Ivan Morris

DJ : La veste verte lui va si bien !

Ivan Morris, notre ami journaliste et écrivain de golf irlandais, a réagi à chaud à la victoire de Dustin Johnson. Il met en valeur l’équilibre […]

UNE TRIBUNE DE IVAN MORRIS

La technologie a rendu le jeu trop facile pour les meilleurs pros : limitons le vol de la balle !

Dérouté par ce qui s’est passé à l’US Open, et juste avant le Masters, notre ami irlandais Ivan Morris nous invite aujourd’hui à réfléchir sur […]

LA CHRONIQUE D'IVAN MORRIS

Deux seniors parlent de la longueur des parcours… et trouvent une solution !

Conversation entre deux septuagénaires, fous de golf et qui ont bien du mal à trouver le chemin de la sagesse, jusque dans leur carte de […]

TRIBUNE LIBRE

Pollution sonore sur les golfs : la réponse raisonnée et vécue des intendants qui sont en première ligne

Nous avons publié la semaine dernière la tribune libre d’un de nos lecteurs qui portait, de manière autant réaliste qu’humoristique, sur le pollution sonore sur […]

TRIBUNE LIBRE

Pollution sonore sur les golfs : décibels ou qualité, faut-il choisir ?

Suite à la parution de notre dossier « Golf et Environnement », un des fidèles amis de Golf Planète, M. Henri Bataille, nous a envoyé une tribune […]