HISTOIRE DU GOLF

Louis Tellier (1886-1921) : de La Boulie à la victoire à l’US PGA

22 décembre 2019

par Philippe Palli

Louis Tellier 1886-1921
1913, 1er français à disputer l’US Open.
1914, 1er français à tenter l’aventure Outre-Atlantique.
1916, Membre fondateur de la PGA américaine.
1921, 1er français vainqueur d’un tournoi de l’US PGA

Louis Emile Auguste Tellier est né le 2 novembre 1886 à midi, au domicile de ses parents au 42 rue de l’Orangerie à Versailles. Son père Henri Auguste Félix est relieur. Sa mère, Henriette Julie Goguelet est couturière.

En 1901, avec l’ouverture du golf de la Boulie, il y a une opportunité de se faire quelques sous ! Louis Tellier quinze ans qui sait lire, écrire et compter, va s’y rendre.

Engagé comme cadet, il devient quelques années plus tard, l’assistant d’Arnaud Massy. Au départ du Maître pour le golf de la Nivelle à Ciboure (64) en 1911, il devient le professeur en titre du golf de la Boulie.

Louis Tellier quitte la France en tout début d’année 1914 pour l’aventure américaine.

Sa carrière française

1908, définitivement exempté de service militaire pour bronchite chronique, Louis est engagé comme 2ème professeur du golf de la Boulie.

Cette même année, il participe à son 1er Open de France. Il y finit à la 5ème place mais, c’est en 1912, qu’il obtient son meilleur résultat. Une 3ème place derrière Harry Vardon et Jean Gassiat, le grand vainqueur.

Troisième du 1er championnat national en 1911, second en 1912 et en 1913, Louis Tellier, bien qu’il ne soit pas Basque, fait partie des meilleurs professionnels du golf français.

 

Associé à Arnaud Massy le Maître, Eugène Lafitte l’espoir ou encore le talentueux Jean Gassiat, forme l’équipe de France Pro qui, en 1913, a triomphé de l’équipe américaine par 6 victoires à 0.

Invité à l’US Open 1913

Il est annoncé la venue d’Arnaud Massy et de Louis Tellier au championnat américain. Présentés comme vainqueurs potentiels, la présence des français ravit les organisateurs de l’Open.

Avec la participation d’Harry Vardon, Ted Ray et Wilfred Reid mais aussi la présence des meilleurs pros et amateurs américains, le championnat s’annonce chaud.

Finalement, Arnaud Massy sous contrat pour la saison d’été avec le golf de Deauville, décline l’invitation.

Tellier, se rend aux Etats-Unis avec son épouse Ella, sœur du pro anglais Wilfrid Reid.

Décidément, épouser une britannique pour un pro français, semble être à la mode ! Après Arnaud Massy et Janet, Jean Gassiat et Sélina, voilà Louis Tellier et Ella !

Certains membres du golf de Paris, regrettant l’absence de Massy à l’épreuve américaine, « chuchotaient qu’il était inutile d’envoyer ainsi nos couleurs à une défaite certaine ». Certes, Tellier n’a pas le palmarès ni la notoriété du Maître cependant, il a obtenu de bons résultats et il fera de son mieux.

Parti de Southampton le 20 août, le paquebot Majestic fait escale à Cherbourg où le couple embarque.

Après le naufrage du Titanic, un an plus tôt, La Compagnie White Star Line a remis au travail le Majestic, qui fête ses vingt trois ans de bons et loyaux services.

Arrivés à New York le 28 août, Louis et Ella débarquent à Ellis Island, petite île au sud de Manhattan. Ils passent les classiques contrôles administratifs et médicaux.

A peine arrivé, Louis Tellier retrouve Alex Smith à New Rochelle dans l’état de New York. Une rencontre amicale de 18 trous est prévue le 30 août, sur le parcours du Wykagyl Country Club.

Smith grâce à un beau 70 prend une petite revanche sur le frenchy qui, avec 74, signe un premier score plutôt encourageant sur le sol américain.

Louis Tellier, Alex Smith et son frère Mac Donald se rendent ensemble à Brookline près de Boston. L’Open des Etats-Unis se déroule sur le parcours du Golf « The Country Club ». Ils y retrouvent Wilfrid Reid, Harry Vardon, Ted Ray et le pro de Mandelieu, Chris Calloway pour une série de rencontres organisée quelques jours avant l’Open.

Vu le nombre d’inscrits, des pré-qualifications sont prévues. Tellier, tiré à quatre épingles, termine huitième de sa série et se qualifie pour le championnat.

Parmi les 75 autres concurrents qui se présentent le lendemain, Ted Ray, Mac Dermott, Brady, Mac Namara, Alex Smith mais aussi Walter Hagen jeune pro de Rochester ou John M Shippen le premier professionnel noir américain.

Cette série est remportée par Ted Ray.

Au total, 69 joueurs se qualifient pour les 72 trous du championnat.

A la fin de la première journée, Louis Tellier avec ses deux 76 soit 152, occupe la 11ème place.

Le l9 septembre, les deux derniers tours se jouent sous une pluie battante. Wilfred Reid en tête fait un catastrophique 85 le matin et ne fait pas beaucoup mieux l’après midi.

Après 54 trous, Tellier avec son 79 du matin est à 5 points des leaders qui sont, Ouimet, Vardon et Ray. Le dernier parcours commence très mal pour les leaders et, pendant ce temps, Louis Tellier joue bien. Il fait des merveilles et, il rejoint les leaders. Mais au n°12 c’est la cata ! Avec un score de 307,  il termine tout de même le championnat  à la 4ème place ex aequo en compagnie de Walter Hagen, Jim Barnes et Mac Donald Smith.

À égalité après 72 trous, Harry Vardon, Ted Ray et le jeune amateur de 20 ans, Francis Ouimet se retrouvent le lendemain matin à 10h00 pour les 18 trous de barrage.

Ted Ray chute le premier, malgré un magnifique birdie au dernier trou, il réalise un score de 78.

Harry Vardon s’accroche mais en vain. Bogey au 17 et double au 18, il signe un  77.

Birdie / Par pour terminer, Francis Ouimet, 20 ans, remporte le play off et l’Open américain avec un score de 72.

Après le match, Ted Ray, dit  « Ce jeune homme sera un des plus grands golfeurs ».

Le golf américain considère ce play off comme « Une partie de Légende ». Un film, certes un peu arrangé, retrace cette épopée.

L’année suivante, Francis Ouimet vient en Europe participer à une série de championnats dont l’International de France Amateur qu’il gagne brillamment face au britannique H.J. Topping par 4 et 3 sur le parcours de La Boulie.

Son dernier Grand Omnium de France

Après ces quelques semaines passées en Amérique, Louis Tellier rentre au pays et enchaîne mi-octobre à Chantilly avec l’Open de France.

Pour la première fois le Grand Omnium, placé sous le patronage de l’Union des Golfs de France, délaisse le parcours de la Boulie pour celui de Chantilly. Sous les conseils du célèbre architecte Harry Colt, le parcours de Vineuil, tracé par John H Taylor, a subit deux ans plus tôt quelques modifications.

65 joueurs vont concourir pour le titre français. En l’absence d’Eugène Lafitte de Biarritz pour cause de régiment, 15 pros nationaux y participent : Arnaud Massy de la Nivelle, Jean Gassiat de Chantilly, Louis Tellier de la Boulie, Claude Gassiat de Mémillon, Bigue de Chantilly, J. Bombédiac de Biarritz, René Golias de Deauville, Marius Cavalo d’Etretat, Jean Baptiste Loth d’Evian, Maurice Daugé de Biarritz, Dominique Coussiès de Pau, Albert Gassiat de Compiègne, Yves Botcazou de la Boulie, J. Melin d’Arcachon et Pépino de Rouen.

Jamais l’Open n’avait eu autant de joueurs inscrits ! Pour la 1ère fois, une limite de score pour la dernière journée est mise en place. Les joueurs ayant fait plus de 25 points que le meilleur total de la 1ère journée seront éliminés.

George Duncan remporte l’Open devant James Braid. Le 1er français est Massy à la 4ème place. Gassiat le Champion 1912 est 9ème.

Le résultat de Louis Tellier n’a guère été brillant. La fatigue sans doute ! Ou, tout simplement… l’esprit ailleurs.

L’annonce de son arrivée comme professionnel du golf au Canöe Brook Country Club dans le New-Jersey, est officialisée durant le mois octobre.

1914, Tellier s’installe aux Etats-Unis

Depuis le 1er mars 1914, Louis Tellier est installé à Summit dans le New-Jersey comme Professionnel attitré du Canöe Brook Country Club,  

Suite à son départ, Arnaud Massy a signé pour le printemps, un petit contrat de 3 mois avec le golf versaillais où, par une belle journée de mai, le « Cibourien » remporte devant Jean Gassiat et Maurice Daugé, son 3ème  titre de championnat national Pro.

Eugène Lafitte, Gustave Golias et Raymond Gommier sont absents. Tous trois, sont au régiment depuis octobre 1913.

Louis Tellier : A Former French Champion

Le 3 août 1914, la guerre est déclarée. Elle est terminée pour les vendanges ! Déclare-t-on.

Louis Tellier, installé Outre-Atlantique, participe les 20 et 21 août à l’Open des Etats-Unis. Le championnat se joue dans la banlieue sud-ouest de Chicago au Midlothian Country Club.

Ce 20ème US Open est gagné par Walter Hagen, 21 ans, devant l’amateur Chick Evans, le vainqueur de l’International de France Amateur 1911. « Louie » pour les plus proches, termine le tournoi à la 8ème place.

Mobilisé, Tellier doit se présenter pour le 23 février 1915 au 113ème Régiment d’Infanterie. Ne s’y étant pas rendu, Louis Tellier est déclaré insoumis du temps de guerre le 20 juillet 1915.

En juin 1915, il se rend à Springfield dans le New-Jersey où l’US Open se joue sur le parcours du Baltusrol Golf Club.

Après les deux premiers tours, il est en tête avec Jim Barnes. Lors du second parcours, il a signé un score de 71 avec un double au 15 et un bogey au 16. Dénommé par ses pairs le plus grand des petits, Tellier mesure 159 cm, il étonne. Doué d’un remarquable contact et toucher de balle, putter compris, long swing au rythme parfait, il manie le driver comme personne d’autres.

Après trois tours, il n’a qu’un point de retard.

Lors du dernier parcours, au départ du trou n° 7, Louis Tellier fait partie des leaders. En plein driving, il est déconcentré par un spectateur puis, une série de catastrophe s’enchaîne jusqu’à la fin du trou. Résultat : 9. Quadruple bogey sur ce par 5.

A l’issue de la journée, quatre coups le séparent de l’US Open Champion 1915, le brillant amateur Jérôme Travers. Tellier finit à la quatrième place, ex aequo avec Jim Barnes.

En fin d’année, Tellier intègre le célèbre golf de Brookline, The Country Club, où il avait joué l’US Open deux ans plus tôt.

Tellier, un Français membre co-fondateur de la PGA Américaine

En janvier 1916, quelques grands industriels et une trentaine de Pros dont Louis Tellier sont invités à New York par M. Rodman Wanamaker.

L’homme d’affaires, philanthrope, se propose d’aider les pros américains dans le projet d’une association nationale, similaire à celle existante en Grande-Bretagne.

Suite à ce meeting, l’Association des Professionnels de Golf d’Amérique « US PGA » et son Championnat, voient le jour. Parmi les membres fondateurs, se trouve Louis Tellier.

L’US PGA Championship se dispute du 10 au 14 octobre 1916 sur le parcours de Siwanoy Country Club à Bronxille dans l’Etat de New York. Rodman Wanamaker offre le challenge ainsi que la dotation des joueurs.

Premier tournoi professionnel joué en match play, 32 joueurs sont sélectionnés dont Louis Tellier. Le Français est battu par Cyril Walker dès le premier tour.

L’Anglais Jim Barnes, vainqueur du tournoi, a empoché 500 $ et une médaille incrustée de diamants.

Rodman Wanamaker connaît bien la France. Comme Pierre Deschamps, son père est fondateur de Grands Magasins.

Il s’installe à Paris et il y passe 8 mois par an. La famille de son épouse Fernande Henry est originaire de Sarcus, dans l’Oise. En souvenir, il y fera construire en 1907, la mairie-école. 

Grand amateur d’Art, il crée à Paris en 1890, près de l’école des beaux arts, l’American Artist Community (sorte de Cercles où se retrouvent les jeunes artistes d’outre atlantique). En 1897, il est fait chevalier de la Légion d’honneur.

Au début de la Grande Guerre, son hôtel particulier, avenue des Champs Elysées, est mis dès le 1er novembre à disposition de la Croix Rouge. Transformé en hôpital auxiliaire de 50 lits, il accueille les blessés militaires.

En souvenir de son citoyen honoraire et bienfaiteur du village de Sarcus, la commune a fait édifier une fontaine et nomme une rue, Wanamaker.

Le 6 avril 1917, les USA entre en guerre et le 12 juin, Louis Tellier est rayé des contrôles de l’insoumission.

Jusqu’à la fin de la guerre, le pro français et la plupart des pros de la PGA of America mais aussi quelques brillants amateurs comme Francis Ouimet et Jesse Guilford, participent à des exhibitions afin de récolter des fonds en faveur de la Croix Rouge. Ces fonds, envoyés en Europe, servent essentiellement à l’achat d’ambulances.

Le 11 novembre 1918, l’Armistice est signé. 

1919, l’US Open se joue cette année au Brae-Burn Country Club. Louis Tellier est devenu le professionnel du Club. En manque d’entraînement, il préfère ne pas s’avancer sur sa participation.

Professionnel consciencieux, appliqué et courageux « il est décrit comme tel lors de l’US 1913 », il s’entraîne et s’inscrit finalement au championnat.

Après les deux premiers tours, il est 3ème ex aequo et se retrouve encore une fois, parmi les vainqueurs potentiels.

Le lendemain matin, certainement un peu nerveux, il réalise un 82. Le 75 de l’après midi lui permet tout de même de finir à la 6ème place à uniquement, 7 points des premiers.

Walter Hagen gagne en play off son 2ème Open face à Mike Brady.

L’année suivante, Tellier termine l’Open à la 38ème place. Et, il obtient un quart de finale au PGA Championship, battu par le futur vainqueur Jock Hutchinson. Ce dernier recevra en plus des 500 $ et du prix souvenir, une médaille offerte par la PGA britannique à la PGA of America en souvenir de l’aide apportée par les pros américains durant la guerre.

1921, Louis Tellier remporte le Massachusetts Open Championship, épreuve de la PGA américaine

Les 27 et 28 septembre, Louis Tellier participe au Massachusetts Open Championship, épreuve du circuit de la PGA of America. « Créé en 1905, le tournoi fait partie du circuit de la PGA of America de 1916 à 1938 ».

Le championnat se dispute sur le magnifique parcours dessiné par Donald Ross, l’Essex Country Club à Manchester près de Boston.

A l’issue des 72 trous, Tellier et John Cowan, de Oakley, sont à égalité. Le départage est organisé le lendemain.

Louis Tellier remporte le play off et devient le Massachusetts Open Champion 1921.

Quelques mois plus tôt, en début d’année 1921, la PGA of America regroupe environ 1000 pros. 10% d’entre eux résident dans les Etats formant la New England. Charlie Burgess propose et crée en janvier 1921, une association « régionale » basée sur les mêmes principes que la PGA nationale,  La New England Professional Golfer’s Organization.

Plusieurs championnats, pro-am en quatre balles, en mixte-foursomes etc…sont organisés à travers la New England.

Ces tournois, permettent aux professionnels de s’entraîner et, servent de qualification pour la phase finale sur 36 trous du NEPGO Championship qui est prévu au mois d’octobre.

La 1ère qualification organisée au Winchester CC, est un succès. Quarante quatre joueurs sont au départ. Willie Ogg remporte l’épreuve. Louis Tellier, en tête à mi-parcours, termine cependant très bien placé.

Après une  3ème place à l’Open du Maine et une 14ème place à l’US Open, le français se qualifie à Brae Burn pour la finale du NEPGO Championship avec un superbe score de 72.

Trois semaines après avoir remporté le Massachussetts Open, Tellier est avec soixante deux autres joueurs à Hamilton, Mass, pour disputer la finale du 1er NEPGO Championship qui se joue au Myopa Hunt Club sur 36 trous.

Bien qu’arrivé fiévreux le matin du tournoi, il signe cependant un score de 72 et, se retrouve en tête avec 6 points d’avance.

Son deuxième et dernier parcours est un chemin de croix. Il réalise un de ses plus mauvais scores de sa carrière (85) et termine à la seconde place.

Le 3 novembre 1921, au lendemain de son 35ème anniversaire, Louis Tellier est retrouvé pendu dans une remise du Brae-Burn Country Club. Pour la police et le médecin légiste, c’est un suicide. Le pourquoi, personne ne le sait vraiment. D’après ses amis proches dont Charles M. »Chay » Burgess (Président of de New England Section PGA), Louis Tellier était dépressif depuis quelques temps.

Philippe Palli

Dans la même catégorie
©sony pictures maurice flitcroft
Portrait

La vie de Maurice Flitcroft, le pire golfeur de l’Histoire, adaptée au cinéma !

L’incroyable destin de Maurice Flitcroft, auteur de la pire partie de golf de tous les temps chez les professionnels, est adaptée au cinéma sous le […]

Une chronique de Philippe Palli

La saga Vagliano (2 / 3 ) : Barbara Allen Vagliano 1897-1950

Une chronique Histoire du Golf par Philippe Palli       (contact : ph.palli@orange.fr)   Barbara Frances Allen épouse Vagliano est née en France à Pau, […]

La rubrique Histoire de Philippe Palli

La saga VAGLIANO ( 1 / 3 ) : André Marino Vagliano 1896 – 1971

Une chronique de Philippe Palli, que Golf Planète remercie pour son travail d’expert si apprécié.   Depuis 1931, le nom de Vagliano est associé à […]

PGA Tour

6 octobre 1996 : Tiger Woods remporte son premier tournoi pro

Il y a 25 ans jour pour jour, Tiger Woods décrochait sa première victoire sur le PGA Tour. Depuis, il a engrangé 81 autres victoires […]

Histoire

Le jour où le golf à la télé a basculé

Consacré dans les années 1950, le mariage entre la télé et le golf a précisément été scellé en 1957 à cause d’une intervention extérieure, survenue […]

Bel ouvrage

Effet Ryder Cup : les ventes du beau livre sur Seve s’envolent

Dans l’ombre de leurs mentors Ballesteros et Olazabal, les Espagnols Rahm et Garcia ont brillé à Whistling Straits lors de cette Ryder Cup 2021… Phénomène […]

Histoire du golf

Histoire et collections : Biarritz à travers les cartes postales

La rubrique Histoire de Golf Planète fait appel, cette semaine, à la riche collection de cartes postales  de notre ami Stéphan Filanovitch pour revivre les […]

Tourisme

Les golfs centenaires (1/2) : balade à Wimereux, Dieppe et Valescure

On trouve une trentaine de golfs centenaires en France. LeClub Golf a la chance d’en compter quelques uns. Parmi eux, les golfs de Wimereux, Dieppe, […]

Un entretien avec Robert Salmon

Histoire : il y a 50 ans, la création du Trophée Lancôme

Le Trophée Lancôme fut, à coup sûr, une des plus grandes manifestations de golf organisées en France. Alors qu’on célèbre aujourd’hui les 50 ans de […]

La chronique de Philippe Hermann

Le trou en un, un Graal accessible

Un sourire fat lui fendant la figure, les yeux pétillants d’un orgueil mal rentré, la bouteille de Moët à portée de sa flûte, entouré, choyé, […]

Le Golf dans l'Art

Histoire et Collections : les gravures de golf

Dans notre dernière chronique, nous avions parlé de tableaux de golf, et plus particulièrement des tableaux du golf de Pau. Ces tableaux atteignent de très […]

Histoire du golf

Célébration du 200e anniversaire de la naissance de Old Tom Morris

La semaine prochaine, sur le beau parcours du Royal Dornoch au nord de l’Écosse, sera célébré le 200e anniversaire de la naissance de Old Tom […]

club golf lausanne centenaire_club house
La chronique de Philippe P. Hermann

Centenaire sous la loupe

Les jolis golfs sont nombreux en Suisse, les grands bien moins. Cette année un 4ème parcours helvétique va célébrer ses 100 ans, il s’agit du […]

Histoire et Collections

Voici les 25 premiers livres de golf parus en France (1894-1936)

Notre chroniqueur Stephan Filanovitch, grand collectionneur de golf, convie aujourd’hui les fidèles de Golf Planète à découvrir les premiers livres qui furent consacrés au golf […]