La chronique d'Ivan Morris

Masters 2021 : un parcours trop artificiel ? un DeChambeau trop sûr de lui ? un Rory qui a besoin de repos ? et un Japonais enfin vainqueur !

12 avril 2021
Mike Ehrmann/Getty Images/AFP

La Chronique d’Ivan Morris

Augusta 2021. Parlons d’abord du parcours. Dans ma vie, j’ai eu la chance d’assister deux fois au Masters : en 1966 et en 1981. Lors de ces deux semaines, j’ai dû passer au moins huit heures par jour à marcher sans arrêt, foulant chaque centimètre carré de ce parcours mythique. Je m’en souviens parfaitement. Et j’avoue que ce que je vois à la télévision aujourd’hui est totalement différent. Je ne peux pas m’empêcher de déclarer que je n’aime pas autant le parcours de golf d’Augusta National qu’autrefois : tout cela parce que les arbres ont tout envahi  et que trop de trous semblent excessivement étroits et encombrés. Oserais-je dire qu’Augusta est devenu moche ? Pire : Augusta est également devenue trop long et trop artificiel à mon goût. Deux balles peuvent atterrir au même endroit et se retrouver à une douzaine de mètres l’une de l’autre. Les bunkers, surtout à côté des greens, sont trop grands et disproportionnés. En fait, tout est disproportionné. Le conditionnement artificiel est excessif, les arbustes colorées trop voyants et les greens donneraient des cauchemars à n’importe quel champion. Les traits tirés de Justin Rose à la fin de chaque tour en étaient une preuve suffisante. Bobby Jones, réveille toi, ils sont devenus fous !

 

Mais revenons au Masters 2021 : peut-être ai-je vieilli et je supporte mal les horaires tardifs ? Peut-être avais-je trop marché dans la journée dans la perspective de rester assis plusieurs heures . Mais j’avoue m’être endormi devant la télévision, peut-être fatigué.  Un point technique positif : j’ai découvert le mode expert qui m’a permis de suivre le joueur que je souhaitais suivre. Un système pratique qui devrait être généralisé au plus tôt. Quelle merveilleuse innovation qui permet de s’affranchir de commentaires sans imagination ni expertise où l’hyperbole remplace la connaissance.


Bryson DeChambeau pas si intelligent que ça ?


Avant le tournoi, Bryson DeChambeau a dit au monde entier qu’il attaquerait les neuf premiers trous en coupant les trajectoires et jouerait les neuf derniers de manière orthodoxe sur un parcours qu’il a évalué comme un par 67 ! Le parcours s’est retourné contre lui : et si le «savant fou» n’était pas si intelligent après tout ? En fait, il n’est peut-être même pas assez malin pour penser pouvoir intimider un terrain de golf aussi subtil et stratégique qu’Augusta National. Bobby Jones et Alister MacKenzie ont dû bien rire aux frais de DeChambeau.

J’ai également étudié chaque coup que Rory McIlroy a joué lors des deux premiers jours. Et bien,  il n’a pas mal joué du tout ! Il n’est vraiment pas si loin de son meilleur niveau. Un putt raté ici ou là et un mauvais coup éliminé auraient suffi à faire une grande différence. Je pense que ce dont Rory a besoin, c’est de se reposer et de discuter en privé avec un gentil mentor qui lui dira de laisser son swing tranquille et de ne plus jouer jusqu’à ce qu’il se sente «affamé de golf». Rory sait jouer au golf. Il n’a pas besoin d’un entraîneur pour lui dire comment frapper une balle de golf ou gagner des tournois. Il a laissé son esprit s’encombrer de trop d’informations inutiles : le mieux pour lui serait de prendre du recul, de se détendre et de revenir la tête vidée de soucis et d’interrogations.


Une victoire japonaise attendue depuis longtemps


La première victoire dans un Majeur de Hideki Matsuyama pour le Japon était attendue depuis longtemps mais Augusta ne couronne jamais ses champions sans les soumettre à une extrême anxiété qui fait partie des droits de passage. C’est vrai que ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini. Peu importe maintenant que Matsuyama ait touché moins de fairways et de greens que presque n’importe quel autre vainqueur. Son 65 du samedi a peut-être été sans bogey mais il n’a touché que cinq fairways et 12 greens.

On a même eu peur pour lui quand dimanche il a fauté sur le 15 et quand il a balancé son deuxième coup au 18 dans le bunker. Un coup qui rappelait le souvenir de l’effondrement terrible d’Arnold Palmer en 1961.  N’ayant besoin « que » d’un par pour gagner, Arnie s’est retrouvé dans le même bunker que Hideki et a fini par terminer avec un 6, ce qui a permis à Gary Player d’enfiler la première de ses trois vestes vertes.

Hier, le peuple du Japon passionné de golf ne s’est pas soucié du comment ! Et pourquoi le devrait-il ?

Leur idole porte une veste verte. Avec fierté et classe.

Ivan Morris

 

 

 

Dans la même catégorie
Seve Ballesteros, 10 ans déjà...

Mon pèlerinage à Pedreña, une chronique de Ivan Morris

Notre ami irlandais Ivan Morris, un des plus grands spécialistes du golf – avec un handicap à un chiffre depuis 60 ans : qui dit […]

Chronique Masters 2021

Un demi dieu tout en maîtrise et retenue, par Christian Ledan

Christian Ledan a bien voulu livrer, en exclusivité pour les lecteurs de Golf Planète, ses impressions sur ce Masters 2021. À lire sans modération : […]

La Chronique de Ivan Morris

Le cas Rory : la course à la distance est un jeu dangereux

Le cas Rory : la course à la distance est un jeu dangereux Une chronique de Ivan Morris Nous devons accorder tout notre crédit à Rory […]

reed getty SIMON BAKER / AFP / Getty
Chronique de Philippe Hermann

Patrick Reed, plus naïf que tricheur ?

Courte leçon de choses… Déplacer sa balle ne serait-ce d’un millimètre au golf, sans le dire, et c’est la honte. Rapporté au quotidien de chacun […]

Rory McIlroy Christian Petersen/Getty Images/AFP
Une chronique de Ivan Morris

Distance : désolé, Rory, votre analyse est fausse !

Comme nous l’avons lue la semaine dernière dans Golf Planète, Rory McIlroy a critiqué les efforts déployés par les organes dirigeants du golf mondial pour […]

Les leçons d'un confinement

La Chronique de Ivan Morris : les 18 raisons de ma passion pour le golf

Les 18 raisons de ma passion pour le golf Une chronique de Ivan Morris Moi qui vit en Irlande, le deuxième confinement qui nous a […]

Ffgolf

Christophe Muniesa : pros, jeunes et nouveaux joueurs au coeur de notre projet fédéral

Dans un long entretien à Golf Planète, Christophe Muniesa, directeur général de la Fédération Française de Golf, évoque la situation de la filière golf en […]

La voix du golf

Repose en paix, Peter Alliss ! par Ivan Morris

Je ne pardonnerai jamais au R&A d’avoir mis fin à son accord annuel avec la BBC pour diffuser une couverture télévisée en direct de The […]

La chronique d'Ivan Morris

DJ : La veste verte lui va si bien !

Ivan Morris, notre ami journaliste et écrivain de golf irlandais, a réagi à chaud à la victoire de Dustin Johnson. Il met en valeur l’équilibre […]

UNE TRIBUNE DE IVAN MORRIS

La technologie a rendu le jeu trop facile pour les meilleurs pros : limitons le vol de la balle !

Dérouté par ce qui s’est passé à l’US Open, et juste avant le Masters, notre ami irlandais Ivan Morris nous invite aujourd’hui à réfléchir sur […]

LA CHRONIQUE D'IVAN MORRIS

Deux seniors parlent de la longueur des parcours… et trouvent une solution !

Conversation entre deux septuagénaires, fous de golf et qui ont bien du mal à trouver le chemin de la sagesse, jusque dans leur carte de […]

TRIBUNE LIBRE

Pollution sonore sur les golfs : la réponse raisonnée et vécue des intendants qui sont en première ligne

Nous avons publié la semaine dernière la tribune libre d’un de nos lecteurs qui portait, de manière autant réaliste qu’humoristique, sur le pollution sonore sur […]

TRIBUNE LIBRE

La balle de golf : ici est le mal, là est la solution, par Ivan Morris

Ivan Morris est une légende vivante du golf irlandais : voilà plus de 50 ans qu’il possède un handicap à 1 chiffre (un record ?) et […]

TRIBUNE LIBRE

Pollution sonore sur les golfs : décibels ou qualité, faut-il choisir ?

Suite à la parution de notre dossier « Golf et Environnement », un des fidèles amis de Golf Planète, M. Henri Bataille, nous a envoyé une tribune […]