L’histoire exemplaire de Simone Thion de la Chaume (2ème partie), par Philippe Palli

18 août 2019

Voici la deuxième et dernière partie de l’article écrit par Philippe Palli sur Madame Simone Thion de la Chaume, la grande championne française de golf et une dame exemplaire d’élégance et de coeur.

 

« Votre cœur est aussi harmonieux que votre swing
et votre âme charmante semble fleurir les greens sur lesquels vous paraissez glisser »

1926 : Suite à l’International de France Dames 1926, la nouvelle championne qui n’est autre que Simone Thion de la Chaume enchaîne et participe à un nouveau championnat inscrit au calendrier de l’Union des Golfs de France : le Prix Thion de la Chaume.

 Comme l’annonce le journal Le Gaulois du 6 juin 1926, ce double mixte joué pour la première fois réunit 32 équipes sur le parcours de Fontainebleau. Le temps est au beau, le parcours est en excellent état et, un dîner très élégant suivi d’une soirée dansante a réuni tous les golfeurs au Club.

Favoris de l’épreuve, Simone et André Vagliano, le meilleur joueur amateur français du moment, sont battus au second tour par Miss Dorothy Pearson et Robert Thion de la Chaume.

Opposé en finale à la paire Cécil Leitch-Comte de Montgomery, le duo Janine Gaveau devenue Mme Munier et Bernard Drew remportent le 1er International Double-Mixte de France par 3 et 2 sur 36 trous.

Quelques mois plus tard, en équipe avec Roger Wethered, le grand champion anglais et frère de Joyce Wethered, Simone va remporter la plus importante épreuve double-mixte de Grande Bretagne, le Worspledon Trophy.        

1927 : Simone Thion de la Chaume est honoré par l’Académie des Sports : c’est la première fois qu’une joueuse ou joueur de golf est ainsi honoré !

Le Matin du 22 janvier :  » L’Académie des Sports, fondée il y a quelques vingt ans, serait-elle déjà vétuste et fatiguée? Ce n’est en effet, que le 9 du mois prochain qu’elle remettra le Grand Prix de 10 000 francs et les médailles aux lauréats…de 1925 ! …. En golf, les victoires de Mlle Simone Thion de la Chaume en Angleterre et en France doivent valoir à son auteur une grande médaille d’or …. »

Championne Nationale, Championne Internationale de Grande Bretagne et de France. 

Suite à ses trois victoires consécutives (1924,1925 et 1926), Simone Thion de la Chaume avait remporté définitivement le Trophée qui dotait la Coupe Femina.

C’est le deuxième trophée a être acquis définitivement par une joueuse. En 1910, Pauline de Bellet avait gardé le premier suite à ses victoires de 1908, 1909 et 1910.  

C’est avec un nouveau Trophée (toujours offert par Pierre Lafitte) que la coupe de France Fémina 1927, se déroule à Saint Cloud le mercredi 4 mai. Avec un score de 82 sur 18 trous, Janine Gaveau remporte l’épreuve.

Le lendemain, toujours à Saint Cloud, débute le Championnat National Dames et, le 7 mai, c’est la finale.

Simone Thion de la Chaume est opposée à Pauline de Bellet devenue Madame Roger de Vilmorin. Pauline de Vilmorin est la grande championne nationale et internationale de France d’avant guerre. Après 9 trous, avec un score de 35,  Simone est 6 up. Mme de Vilmorin ne pouvait résister au golf  « inhumain » de son adversaire, est-il écrit dans le quotidien Le Gaulois du 8 mai.

Quelques jours après Mlles Thion de la Chaume et Marie Le Blan appelée Manette se rendent en Irlande. Les deux joueuses sont inscrites au British Ladies qui se déroule au Royal County Down Golf Club de Newcastle. Depuis la création du championnat en 1893, c’est la première fois que deux françaises y participent. Et pour une première, c’est une réussite.

Les deux Françaises sont en demi-finales. Opposée à Enid Wilson, Simone s’impose et Dorothy Pearson barre la route de la finale à Manette.

Les deux finalistes s’étaient déjà rencontrées en finale du British Girls et, Simone avait brillamment remporté le championnat. Suite à cet exploit, les plus grands experts britanniques avaient prédit à Simone qu’elle rivaliserait avec les meilleures joueuses du monde d’ici deux ou trois ans. 

Une fois de plus, le jeu de Simone est supérieur à celui de la britannique. Simone gagne la finale par 5 et 4 et le titre de Championne de Grande Bretagne Dames. Les experts britanniques avaient eu raison !

Digne successeur de Joyce Wethered ou de Cécil Leitch, le prodige français est désormais appelé par la presse britannique «Wonder Girl ».

Le mardi 24 mai 1927, le « Miroir des Sports » fait paraître un article écrit par la presse américaine dans lequel il est noté que « Simone Thion de la Chaume mérite de prendre place parmi les quatre meilleures joueuses de la terre ».

Au début du mois de juin à Saint Cloud, Simone Thion de la Chaume et René Lacoste parrainent la coupe Tennis & Golf. D’après Le Gaulois du 9 juin, « René Lacoste donna le départ aux nombreuses équipes que Simone Thion de la Chaume reçut à l’arrivée ».

Quelques jours après, au golf du Touquet, Simone s’impose pour la deuxième année consécutive dans l’International de France. Mrs Johnson n’a rien pu faire contre la nouvelle British Ladies Champion. Simone remporte la finale par 15 et 14. La Britannique a dû s’en souvenir toute sa vie !

Simone au Championnat des États-Unis

Le 20 août à Cherbourg, Simone accompagnée de ses parents embarquent à bord de l’Empress of Australia pour l’Amérique. Il est prévu de se rendre au Canada avant de jouer aux États-Unis.

Quelques semaines se sont écoulées et Simone arrive sur les lieux du championnat américain qui se joue du 19 au 24 septembre à Garden City (Long Island) dans l’État de New York.

La meilleure joueuse européenne est attendue avec impatience et tous les regards se portent vers la jeune Française. Avenante, souriante, parlant anglais couramment, le contact avec Simone est facile. Sa présence apporte une bouffée de fraîcheur au Cherry Valley Club et bien entendu « the french touch ».

Les interrogations du genre, comment joue-t-elle ? Et son swing ? Et son drive ? Et son putting …tout cela probablement, se susurre.

Lors de la journée d’entraînement, Simone avec un score de 80, fait jeu égal avec les meilleures joueuses américaines. Dans le quotidien Le Matin du 19 septembre qui annonce  « Pas mal de connaisseurs américains prédisent que la jeune joueuse française ravira le championnat à Miss Glenna Collett qui le détient ».

 A l’issue de la 1ère journée en stroke play, 32 joueuses sont qualifiées pour la phase finale qui se joue en match play.

La gagnante est la canadienne Ada Mac Kenzie avec un score de 77.

Quant à Simone, elle signe un 87 et se qualifie à la 16ème place.

Opposée à Mrs Steward Hanley, Simone gagne son premier match au 16 par 4 et 2. Puis, elle élimine Mrs Higbie par one up.

En quart de finale Simone rencontre l’US Ladies Champion 1916, 1919 et 1920, Alexa Stirling Fraser. Cette dernière vient d’éliminer au tour précédent la tenante du titre Glenna Collett. La championne française perd les deux premiers trous. Puis, elle fait jeu égal mais, cela n’est pas suffisant. Simone s’incline par 3 et 2.

Finalement, le championnat est remportée par Miriam B. Horn qui, opposée à Maureen Orcutt, gagne 5 et 4 sur 36 trous.

Quelques jours après le championnat, c’est le retour. Simone et ses parents embarquent à bord du paquebot Ile de France. Le transatlantique arrive au Havre le samedi 8 octobre. Parmi les autres passagers, figurait le tennisman René Lacoste. Récent vainqueur des Internationaux des États-Unis à Forest Hills, il vient également de gagner à Philadelphie, la coupe Davis en compagnie de Jean Borotra, Jacques Brugnon et Henri Cochet.

À la descente du bateau, Marcel Teisseire, journaliste à La Presse: « Cette traversée René ? « Lacoste répond  » Elle s’est passée au mieux du monde. J’ai eu le plaisir de voyager en compagnie de notre championne de golf, Mlle Thion de la Chaume et de Fonck. »

 Le lendemain, le 9 octobre 1927,  c’est l’inauguration du 18 trous de Morfontaine. Un match opposant les professionnels Jean Alsuguren du Golfer’s Club, Pierre Hirigoyen de Chantilly, Wood de Port-Marly et Audrey Boomer de Saint Cloud est organisé mais, l’honneur du premier drive est laissé à Simone Thion de la Chaume.

Le mariage avec René Lacoste

Le 26 octobre, le Golfer’s Club organise pour fêter les deux champions que sont  Simone Thion de la Chaume et René Lacoste. un dîner de gala suivi d’une soirée dansante avec le Gold Star Jazz  

En décembre, la revue American Golfer diffuse que les deux champions français « René Lacoste et Simone Thion de la Chaume compteraient fleurette ».

1928 : En ce début d’année 1928, Simone Thion de la Chaume se rend sur la côte d’Azur. À Cannes-Mandelieu, elle participe à plusieurs compétitions et sa présence est également remarquée à Hyères. D’après le Figaro du 6 février, Simone avait fort apprécié les links du golf varois qui aujourd’hui ont disparu.

À Fontainebleau, Simone gagne son quatrième titre national consécutif. Star du golf français, elle fait son entrée au Musée Grévin. Enfin, son double de cire ! Il y restera jusqu’en 1937.

En 1929, Simone remporte la Coupe de France pour la 4èmefois mais aussi son 5èmetitre consécutif de championne de France. Et, en septembre les divers quotidiens de la Presse nationale annonce sous le titre  » Mariage de Champions » ou  » Deux gloires du sport français se marient« , le mariage de Simone Thion de la Chaume avec René Lacoste. Le mariage est célébré à  Paris le 30 juin 1930.

En mai, Simone avait enregistré son 6ème titre consécutif de championne de France et quelques jours avant son mariage, son  3ème titre de Championne Internationale de France à Saint Germain.

Jusqu’en avril 1932, Simone ne va participer à aucune épreuve officielle individuelle. Elle participe cependant en octobre 1931, à la première édition du Trophée Vagliano, la rencontre France-Angleterre qui se déroule à Oxhey. À son retour, Simone Lacoste confie :« Dès notre arrivée à Oxhey, notre confiance avait été ébranlée par l’impossibilité que nous éprouvions à atteindre en deux coups toute une série de greens qui n’étaient point hors de portée du second de la plupart de nos adversaires… Ce premier match international, s’il ne fut pas un succès sportif pour le golf français, préparera la voie, je l’espère, à des matches plus disputés ». Dans Le Sport Universel Illustré du 24 octobre 1931.

 Son entrée en compétition individuelle et pour la première fois sous le nom de Madame René Lacoste est au golf de  Morfontaine où se déroule la coupe Fémina. C’est avec 12 points d’avance sur la tourangelle Mlle du Soulier que Simone remporte sa 6èmecoupe de France. En remettant le trophée à Simone, Pierre Lafitte, le donateur, s’exprime  » Aujourd’hui, vous personnifiez la sportive idéale; celle qui sait vaincre sans orgueil et triompher en ayant l’air  de s’en excuser. Votre cœur est aussi harmonieux que votre swing et votre âme charmante semble fleurir les greens sur lesquels vous paraissez glisser ».  Dans Le Journal du 29 avril 1932.

 

Palmarès de Simone Thion de la Chaume-Lacoste entre 1922 et 1939 :

–           International de Grande Bretagne Junior féminin en 1924.

–           International de Grande Bretagne Dames en 1927

–           International de France Dames en 1926, 1927, 1930, 1935, 1938 et 1939.

–           Championnats de France en 1925, 1926, 1927, 1928, 1929, 1930, 1936, 1937 et 1938

–           Coupe de France Pierre Lafitte (anciennement nommée coupe Fémina) en 1924, 1925, 1926, 1929, 1930, 1932 et 1937.

–           Coupe Vilmorin en 1933, 1934 et 1936

–           Coupe Gaveau en 1936

–           International de France double dames coupe Saint Germain en 1930 associée à Manette Thion de la Chaume.

–           International de France double mixte Coupe Thion de la Chaume en 1930 associée à Cap Sinclair et en 1932 associée à André M.Vagliano.

–           International de Grande Bretagne double mixte coupe Worplesdon en 1926 associée à Roger Wethered.

 

En 1946, Philippe Boulart, Jean Bourin, Michel Carlhian, Georges Huet, Jacques Léglise, Yan le Quellec, Jacques de Saint Sauveur ainsi que les professionnels Auguste Boyer, Marcel Dallemagne, Arnaud Massy et Simone Lacoste reçoivent la médaille d’Or de l’Education Physique.

Le trophée Simone Thion de la Chaume

En 1999, Le trophée Simone Thion de la Chaume est créé par Catherine Lacoste.

Hommage d’une grande championne à une autre grande championne, c’est surtout un hommage d’une fille à sa mère.

Mon souvenir personnel

C’est celui d’une dame, menue, toujours souriante, au regard doux, élégante, souvent coiffée d’un béret écossais ou d’un chapeau qui, toujours passionnée par le jeu, suivait sans déranger une ou plusieurs parties en longeant tranquillement le fairway. Discrètement, elle s’arrêtait. Là, assise sur sa canne siège, elle observait.

En fin de partie, Simone venait vous féliciter et au pire des cas, vous encourager.  

Philippe Palli

Dans la même catégorie
Seve Ballesteros Photo Harry How / Getty Images North America / Getty Images via AFP
5 avril 2021 | La Chronique de Philippe Hermann

Le plein de Seve

Vendredi 9 avril, le Masters se rappellera que Seve Ballesteros est né ce jour-là, il y a 64 ans. Cette année, le souvenir est teinté […]

29 mars 2021 | HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS, par Philippe Palli

Henri de Noailles, duc de Mouchy, président de la Fédération Française de Golf (1923-1940 et 1945-1946)

Après avoir présenté le rôle fondamental joué par Pierre Deschamps lors de la naissance du golf en France, Golf Planète vous propose de partir à […]

8 mars 2021 | Histoire du golf français, par Philippe Palli

Yves Botcazou (1881-1953) : l’incroyable histoire du pro manchot de La Boulie

 » Il faudrait avoir quatre bras pour pouvoir faire quelque chose de bien  » avait lancé un jour Arnaud Massy. Sur la Lune certainement ! […]

reed getty SIMON BAKER / AFP / Getty
15 février 2021 | Chronique de Philippe Hermann

Patrick Reed, plus naïf que tricheur ?

Courte leçon de choses… Déplacer sa balle ne serait-ce d’un millimètre au golf, sans le dire, et c’est la honte. Rapporté au quotidien de chacun […]

8 février 2021 | Une chronique de Philippe Palli

Histoire (2ème partie) : Pierre Deschamps, le père du golf français

Golf Planète vous présente la deuxième et dernière partie de l’article que Philippe Palli a consacré à Pierre Deschamps, le père du golf français. Il […]

21 décembre 2020 | La voix du golf

Repose en paix, Peter Alliss ! par Ivan Morris

Je ne pardonnerai jamais au R&A d’avoir mis fin à son accord annuel avec la BBC pour diffuser une couverture télévisée en direct de The […]

15 novembre 2020 | GOLF ART

Hubert Privé : expositions itinérantes dans les golfs régionaux et projets toujours fous !

Hubert Privé est cet artiste passionné de golf dont les oeuvres formidables célèbrent avec talent, humour et beauté son amour toujours en fusion pour ce […]

7 novembre 2020 | Partenariat

Michel Rivière, un des premiers sponsors de Victor Perez, nous parle du champion, de golf et de son entreprise

Victor Perez va accomplir un rêve cette semaine : fouler le parcours d’Augusta, les clubs à la main, et jouer un Masters pour la première […]

2 novembre 2020 | ENTRETIEN

Para-Golf : Vincent Helly, nouveau champion de France, nous parle de golf et d’autisme

Vainqueur du Pas de Calais Handigolf 2020, Vincent HELLY, 25 ans, atteint de troubles autistiques, est le nouveau Champion de France Para-Golf 2020. Golf Planète […]

1 novembre 2020 | ENTRETIEN

Christian Ledan nous livre ses souvenirs, ses projets, ses leçons de vie au moment de son départ de Canal+

Christian Ledan quitte Canal+ pour prendre sa retraite professionnelle. Autant le dire tout de suite, il va manquer comme des centaines de témoignages, lui rendant […]

17 octobre 2020 | HISTOIRE ET PHOTOS

Le Che, Fidel et le golf : révolution, sport et humour

Deux actualités nous ont plongés dans nos dossiers d’histoire pour tout savoir sur le rapport que le révolutionnaire cubain Che Guevara entretenait avec le golf. […]

11 octobre 2020 | HISTOIRE DU GOLF FRANÇAIS

Jean Gassiat (1883-1966) : au firmament du golf français

Dans notre rubrique « Histoire », Philippe Palli nous rappelle, cette semaine, l’extraordinaire carrière de Jean Gassiat, l’autre Biarrot et contemporain de Arnaud Massy. Sa longévité, son […]

5 octobre 2020 | ENTRETIEN

Jean Garaialde, 86 ans : passion, travail, discrétion. Les leçons d’une vie du plus grand champion français de golf

Golf Planète a rencontré Jean Garaialde, le jour de son anniversaire, à Chantaco au Pays basque. Le plus grand champion français de tous les temps […]

27 septembre 2020 | GRANDES RENCONTRES

Gaëtan Mourgue d’Algue : « La passion du golf a guidé ma vie. À 81 ans, je reste animé par cette passion »…

Golf Planète a rencontré, entre greens et vignes, Gaëtan Mourgue d’Algue, âgé aujourd’hui de 81 ans, retiré avec sa famille dans ses terres du Bordelais, […]